- Naples en musique (suite) + Ugo & Sofia -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sofia De Massari10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t723-sofia-with-your-million- http://ciao-vecchio.forumactif.com/t747-sofia-give-me-your-soul
ID : khl
Faceclaim : Priyanka Chopra + © ultraviolences
Messages : 175 - Points : 52

Âge : 32 ans
Métier : agente sportive - sous contrat avec le pilote F1 Cesco Luci pour Squadra Ferrari
Sujet: Naples en musique (suite) + Ugo & Sofia ( le Sam 29 Juil - 19:44 )
La fête de la musique, voilà encore un événement qui fait vivre Naples et dont je me donne à cœur de participer. Cette année, je n’ai parlé de rejoindre personne mais je suis persuadée que je croiserai des têtes connues assez vite. Dans le pire des cas, ce n’est pas une après-midi en solitaire à papillonner dans les allées en découvrant de nouveaux artistes qui va me déranger. Comme à mon habitude, je vis ce genre d’événement à fond et joue le jeu dans les moindres détails. J’ai enfilé une robe jaune tombante au niveau des épaules, un sac et des sandales compensées rouges, aux couleurs de Naples, je suis fin prête à rejoindre les autres citoyens festifs. Je décide de m’y rendre à pieds, consciente de l’enfer des automobilistes coincés dans le centre-ville à cause de toutes les rues qui sont bloquées, et je préfère ne pas m’énerver derrière mon volant à la recherche d’une place assez proche de l’événement. À peine suis-je arrivée sur place que je m’octroie le petit plaisir d’une glace artisanale à ravir mes papilles. Déambulant entre les stands, ce sont surtout les odeurs de restauration qui m’attirent, mais je reste concentrée sur la musique. En avançant à travers la foule, j’aperçois Giulia au loin, lève le bras pour lui faire signe mais me dis que je la retrouverai plus tard. Un peu plus loin, au dédale d’une ruelle, je reste à l’écoute de cet adolescent qui manie son violon avec une grâce déroutante. En un instant, il a réussi à me transporter. Bien des accords plus tard, je décide de revenir vers le centre des activités vers un stand qui propose des cocktails. Je passe la commande de mon mojito royal au serveur avant de me retourner en attendant qu’il soit servi. C’est alors que je tombe nez à nez avec une tête connue. Et là, le blocage complet. Impossible de me souvenir de son nom. Ça se voit sur mon visage et je suis mal à l’aise. Il sourit, amusé. Je lève un doigt pour le faire taire. « Ne dis rien, je vais trouver !... » La poisse, je le connais bien, j’en suis sûre. Enfin je l’ai connu. En tout cas, j’arrive à le replacer. « Nnnn… » Je suis persuadée que son prénom commence par un “N”, je l’ai sur le bout de la langue ! « N… Ugo ! » Je ris moi-même tellement j’ai l’air bête, j’étais vraiment partie sur une mauvaise piste, mais je me suis rattrapée. « Ugo c’est ça ?! » Je suis sûre de moi mais je demande quand-même confirmation, sait-on jamais. La seconde d’après, je l’enlace, heureuse de le retrouver après toutes ces années. « Mais où étais-tu passé ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Ugo Castagliuolo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t714-ugo-reve-la-vie http://ciao-vecchio.forumactif.com/t728-ugo-les-relations-sont-surement-le-miroir-dans-lequel-on-se-decouvre-soi-meme
ID : Krampou
Faceclaim : Mathias Lauridsen - Croco/Wiise
Multi-comptes : Nope
Messages : 73 - Points : 212

Âge : 30 ans
Métier : Kinésithérapeute
Sujet: Re: Naples en musique (suite) + Ugo & Sofia ( le Sam 29 Juil - 19:47 )
Fier de ma ville, je manquais rarement les événements festifs qui la célébraient. Vedi Napoli e poi muori, comprenez « Vois Naples et puis meurs ». Voilà ce que j’avais fait inscrire dans ma chair quelques années plus tôt. Témoin de mon amour pour la capitale de Campanie, cette phrase était une sorte de slogan officieux que beaucoup de napolitains connaissaient et scandaient quand l’occasion leur en était donnée. Non, nous n’étions pas fous au point de le crier à tout va, sans raison particulière. Nous avions la décence de savoir nous tenir, dingue n’est-ce pas ? Chauvin donc, la fête de la musique était un incontournable de mon agenda. Incontournable qui avait comme seule ombre au tableau son dress code. Disons que le drapeau de cette magnifique cité était assez… coloré et que converti en code vestimentaire, c’était encore plus spécial. Jaune et rouge ? Vraiment ? Quelqu’un avait-il déjà réussi à combiner ses couleurs sans ressembler à un clown ou un mannequin Desigual ? Prévenez moi si c’est le cas, je veux à tout prix rencontrer cette personne ! Debout face à mon miroir en pied, mon air dépité trahissait mon avis pas vraiment convaincu sur la tenue que je portais. En effet, bien qu’un peu basique, l’association polo rouge et lunettes de soleil à monture jaune était plus que douteuse. Ainsi accoutré, on aurait pu croire que j’étais un employé de chez McDonalds ! Au moins, je pouvais me rassurer en me disant que je ne serais pas le seul ; on serait toute une brigade !

Dans les rues et ruelles, les sonorités de tous styles se mélangeaient aux odeurs culinaires de toutes origines. Eveil des sens garanti ! Visuellement, je ne cessais de croiser des personnes qui avaient visiblement eu le même mal que moi à combiner ces deux couleurs vives. Totalement rassuré, je pouvais enfin penser à autre chose et surtout à la fête. Errant à la recherche de la pépite musicale, je finis par abandonner momentanément cette quête pour me rafraîchir. Oui bon, je n’avais pas particulièrement chaud mais par contre, j’avais particulièrement soif. Et d’alcool si possible. Sans alcool, la fête est moins folle, vous ne connaissez pas ce proverbe ? Lunettes de soleil rangées dans la poche avant de mon polo, j’ai croisé un regard bien trop connu alors que j’attendais désespérément de pouvoir avancer vers le comptoir pour passer ma commande. Au moment même où nos regards s’accrochèrent mutuellement l’un à l’autre, mes lèvres s’étirèrent en un fin sourire. Qu’il était plaisant de revoir ce doux visage. Arrivé près d’elle, je compris très vite qu’elle ne se rappelait pas de moi comme je me rappelais d’elle. Ça aurait presque été vexant. C’est bien ça, Sofia. répondis-je tout sourire en insistant bien sur son prénom que je n’avais pas oublié, moi. C’est que la lycéenne que j’avais connu une petite quinzaine d’années plus tôt était devenue une sculpturale jeune femme. Je n’ai pas quitté Naples tu sais, et toi alors ? J’aurais aimé revoir ce beau visage plus tôt.


Howlin' for you

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Sofia De Massari10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t723-sofia-with-your-million- http://ciao-vecchio.forumactif.com/t747-sofia-give-me-your-soul
ID : khl
Faceclaim : Priyanka Chopra + © ultraviolences
Messages : 175 - Points : 52

Âge : 32 ans
Métier : agente sportive - sous contrat avec le pilote F1 Cesco Luci pour Squadra Ferrari
Sujet: Re: Naples en musique (suite) + Ugo & Sofia ( le Sam 29 Juil - 20:15 )
Perte de mémoire précoce ? Oui, c’est possible ! J’ai pourtant pour habitude de replacer facilement un visage et de mettre un nom dessus. Je décide pour ma conscience de mettre cette erreur sur le coup des années qui ont passées depuis. Cela doit faire quoi ? Quatorze ? Quinze ans ? À l’époque, le bellâtre qui se tient devant moi était en pleine puberté, se battait avec ses crèmes anti-acné et tentait de se faire une place au sein de ce qui était considéré l’élite du lycée. Je souris à ces souvenirs tout en me détachant de lui. Je reconnais ce regard fier et ce sourire à vous narguer. Oui, lui, il a su sortir mon prénom du premier coup. « Ne t’avise pas de croire que je vais t’offrir une médaille pour ça. » lui lançais-je, me retrouvant taquine et complètement à l’aise avec lui comme je l’étais avant. Je me détends à l’idée que les années qui passent n’ont pas toujours un poids énorme sur nos épaules. Il m’apprend qu’il n’a pas quitté Naples et je suis presque vexée de ne pas l’avoir recroisé plus tôt, bien que je n’aie pas vraiment fait grand chose pour garder contact après le lycée. « Moi aussi, tu sais. Je peux t’offrir un verre ? » lui proposais-je alors que mon cocktail vient d’arriver. Je le laisse passer sa commande au barman et décide de l’attendre pour trinquer. Je profite de l’attente pour enfin répondre à sa question « Moi non-plus, je n’ai pas quitté Naples. Enfin presque. Je voyage beaucoup avec le boulot, ce qui explique peut-être qu’on ne se soit pas croisés plus tôt. ». Je me surprends à l’observer du coin de l’œil. C’est vrai qu’il a changé. Il a mûri, ses traits sont plus marqués, mais en mieux. Il a enfin un visage d’homme, mais toujours ce regard mi-triste mi-distant, intriguant et mystérieux. Il ne doit pas avoir de mal avec les femmes, c’est certain. « Ne me dis pas que tu es devenu un sportif de haut niveau parce que là, je m’en voudrais de t’avoir loupé ! » dans mes souvenirs, Ugo était excellent en sports, un atout de plus mais maintenant que je le vois d’où je suis, si je devais tomber sur un gars comme celui-là, je placerais tous mes espoirs en lui ! « Ou alors t’as peut-être fini rat de laboratoire ? » Cette éventualité m’étonnerait plus mais c’est le genre d’homme qui possède des tas de facettes qu’on ne demande qu’à découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Ugo Castagliuolo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t714-ugo-reve-la-vie http://ciao-vecchio.forumactif.com/t728-ugo-les-relations-sont-surement-le-miroir-dans-lequel-on-se-decouvre-soi-meme
ID : Krampou
Faceclaim : Mathias Lauridsen - Croco/Wiise
Multi-comptes : Nope
Messages : 73 - Points : 212

Âge : 30 ans
Métier : Kinésithérapeute
Sujet: Re: Naples en musique (suite) + Ugo & Sofia ( le Dim 30 Juil - 18:35 )
Si physiquement elle s’était embellie avec les années, pour le reste elle n’avait pas changé : elle ne me ferait aucun cadeau. Je n’en attendais pas moins d’elle de toute façon, c’était comme ça que je l’avais connue, c’était comme ça que je la connaîtrais toujours visiblement. Lorsqu’elle me chambra, mes lèvres s’étirèrent un peu plus sur mon visage, révélant ma dentition parfaitement alignée. Nous nous retrouvions ce jour là comme s’il n’y avait eu qu’une quinzaine de jours de vacances depuis notre dernière rencontre, c’était agréable. Rangeant mon sourire, j’ai fait une petite moue accompagnée d’un haussement d’épaules. Je ne m’attendais pas à une médaille de toute façon. Un trophée par contre… ça serait avec plaisir. Je me laissai aller à imaginer la légende qui serait gravée sur la petite plaque en or au pied de la coupe. Ugo Castagliuolo, champion d’Italie 2017 de la mémoire. Il aurait sans doute fallu rajouter « sélective lorsqu’il s’agit de la gente féminine » mais bon, ça commence à faire long et compliqué à graver alors autant éviter de se donner tant de mal, non ? Je commandai mon verre – un Americano pour être plus précis – et vint le faire tinter contre celui de Sofia. Sans porter de toast particulier, j’appris qu’elle était elle aussi restée dans la ville. Naples sembla soudain être New-York, cette ville immense où il était quasiment impossible de croiser deux fois le même visage par hasard. Les voyages professionnels, voilà ce qui expliquait que je ne l’avais pas vue plus souvent, dommage. J’arrêtais de siroter mon cocktail pour pouvoir répondre à sa question non interrogative. Je ne suis pas devenu sportif non, pas professionnel du moins, je ne sais pas ce qui a pu te laisser penser ça. Mais je travaille parfois avec des sportifs puisque je suis kiné ! Ce qui implique une part de rat de laboratoire j’imagine. ajoutais-je tout sourire. Sofia avait mystérieusement évoqué son travail mais je n’avais toujours pas compris de quoi il s’agissait. La façon dont elle en avait parlé me laissait penser que j’aurais du être au courant mais il n’en était rien, je ne savais pas. Et toi tu es… ? lui demandais-je sans honte. Le cliché de la femme séduisante dans le sport aurait voulu qu’elle soit présentatrice d’une émission quelconque, servant de faire valoir et d’argument choc pour attirer des téléspectateurs mais la connaissant, je l’imaginais plus ambitieuse et surtout moins… potiche. Désolé mesdemoiselles les présentatrices. Présidente d’un club sportif ? tentais-je à tout hasard. Elle n’était pas présidente du Napoli, ça c’était évident, je l’aurai su plus tôt mais je la voyais cependant très bien tenir une fonction similaire ; Sofia c’était la main de fer dans le gant de velours.


Howlin' for you

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Sofia De Massari10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t723-sofia-with-your-million- http://ciao-vecchio.forumactif.com/t747-sofia-give-me-your-soul
ID : khl
Faceclaim : Priyanka Chopra + © ultraviolences
Messages : 175 - Points : 52

Âge : 32 ans
Métier : agente sportive - sous contrat avec le pilote F1 Cesco Luci pour Squadra Ferrari
Sujet: Re: Naples en musique (suite) + Ugo & Sofia ( le Mar 1 Aoû - 18:35 )
Croiser des personnes à l’improviste, c’est ce que je préfère dans ce genre d’évènement. Qui plus est quand il s’agit d’amis de longue date perdus de vue. Je ris de manière naturelle et légère. Ça fait du bien. « Toujours aussi modeste, mon cher Castagliuolo. » Si j’avais eu du mal à me souvenir de son prénom, je m’étonne moi-même d’être retombée sur son nom de famille si aisément. Un point pour moi. Je trinque avec l’homme qu’il est devenu, laissant nos verres s’entrechoquer tout en le dédiant mentalement à ces années qui passent sans effacer certaines amitiés. Nos chemins s’étaient séparés lorsque j’ai quitté le lycée pour la fac, une période bien lointaine et surtout, une époque ou nous nous formions seulement, où nos destins se dessinaient encore de manière incertaine. Nous n’étions que des adolescents et nous voilà aujourd’hui trentenaires. Heureusement que je n’ai aucun problème avec mon âge, autrement j’en frissonnerais certainement. Je l’écoute ensuite m’évoquer son emploi actuel et je me sens bête de na pas y avoir pensé plus tôt. C’est vrai que c’est un excellent compromis entre le sport et les sciences. « Et bien tu me passeras ta carte, je pourrai parler de toi ou bien même faire appel à tes services. » Pas forcément pour mes besoins personnels mais bien pour les sportifs que j’encadre. Cesco a-t-il un kiné personnel d’ailleurs ? Saverio est bien son médecin, mais je ne pense pas que nous ayons cherché quelqu’un de plus spécialisé. Je garde ces idées dans un coin de mon esprit, je n’ai pas vraiment envie de parler boulot ou de faire des affaires maintenant. Je reprends une gorgée de ce doux champagne au rhum et souris plus largement lorsqu’il se laisse aller à deviner ce que je fais dans la vie. Présidente d’un club sportif ? En ais-je l’étoffe ? C’est vrai qu’en tant qu’ancienne présidente du club des pompom girls du lycée, c’est un prolongement qui aurait pu laisser s’entendre. Sauf qu’au lycée, c’était juste pour faire joli, pour m’occuper, pour me donner une certaine notoriété. Pour la façade. Je ne vais pas faire durer inutilement le suspens. « Je suis agente sportive. Je ne sais pas si tu t’intéresses à la Formule 1 ? » Parce que oui, même s’il l’est, il est fort possible qu’il n’ait quand-même jamais fait de lien. Nous les agents, nous avons l’habitude de rester dans l’ombre des négociations. « Je m'occupe exclusivement de Francesco Luci au sein de l’écurie Ferrari, bien que j’aie d’autres sportifs à mon compte. » C’est vrai qu’avec Cesco, j’ai en quelque sorte touché l’élite. En tout cas dans le domaine des sports moteurs. Un bonheur dont je profite tous les matins en me glissant dans ma Ferrari California jaune canari sur laquelle se retournent tous les passants. Comment passer inaperçu avec une marque pareille de toute façon ? Je tire à nouveau sur la paille de mon cocktail et constate à regrets qu’il est presque vide. Freine-toi, Sofia ! Tu n’es pas venue ici pour rentrer ivre chez toi. Une question me vient alors à l’esprit et comme toujours avec Ugo, je ne me gêne pas pour la poser. « Tiens, et qu’est devenue Chiara ? Il me semble que tu étais son cavalier au bal de promo. » Curieuse, c’est vrai, je suis assez friande de ces histoires qu’on laisse généralement derrière nous et dont nous rigolons à présent. Quant à ma mémoire, disons que sur ce coup-là, elle se montre très sélective !


Poison in my veins

Sometimes late at night I lie awake and watch her sleeping. She's lost in peaceful dreams so I turn out the lights and lay there in the dark. And the thought crosses my mind : if I never wake up in the morning would she ever doubt the way I feel about her in my heart ?© signature by anaëlle.


Dernière édition par Sofia De Massari le Mar 8 Aoû - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ugo Castagliuolo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t714-ugo-reve-la-vie http://ciao-vecchio.forumactif.com/t728-ugo-les-relations-sont-surement-le-miroir-dans-lequel-on-se-decouvre-soi-meme
ID : Krampou
Faceclaim : Mathias Lauridsen - Croco/Wiise
Multi-comptes : Nope
Messages : 73 - Points : 212

Âge : 30 ans
Métier : Kinésithérapeute
Sujet: Re: Naples en musique (suite) + Ugo & Sofia ( le Lun 7 Aoû - 23:19 )
Mon sourcil gauche s’arqua lorsque la belle brune débita mon nom de famille sans s’y reprendre à deux fois. Elle avait eu du mal à retrouver mon prénom, Ugo, un mot de trois lettres mais n’avait pas semblé avoir de mal à prononcer un nom qui avait été de trop nombreuses fois écorché, pour ne pas dire torturé. Castagliuolo. Un nom originaire de Campanie et plus précisément de la province de Naples. Ce patronyme m’en avait causé des soucis, le plus basique étant d’être plus communément appelé Ugo Castamachin. Pas toujours évident de le faire prononcer correctement par des camarades de classes en manque de séances d’orthophonie. C’était un peu plus problématique lorsque ce surnom était employé par les professeurs eux même… Mais bon, nous n’allons pas passer la journée sur mon nom de famille alors passons. Il y a aussi son nom à elle. De Massari. Un nom que je n’avais jamais réellement oublié. Au lycée, plutôt qu’un fantasme, la demoiselle De Massari avait été un modèle pour moi. Sa place de cheerleader expliquait en partie la popularité qu’elle avait à cette époque là et n’étant dans aucune équipe du lycée, je ne pouvais pour ma part pas compter sur un poste sportif pour m’aider. Mais j’avais tout de même réussi à passer entre les mailles et me faire une place dans le cercle très fermé des amis de la jeune femme. C’était une sorte de caste de privilégiés qui réunissait ce qu’il se faisait de mieux en termes d’élèves. Pas forcement intellectuellement, non, mais en termes de renommée, de prestige, de considération. En gros, d’apparence. Pour en revenir à son nom, je ne l’avais pas oublié, comme un petit scarabée retient à jamais celui de son senseï. Aujourd’hui les choses avaient changées, nous étions adultes et un peu plus sur un pied d’égalité par rapport au lycée où les niveaux scolaires avaient leur importance et classaient les gens en groupes. La courte différence des deux années qui nous séparaient se voyait et se sentait peu ; Sofia ne faisait d’ailleurs pas son âge, elle avait les mêmes traits qu’au lycée. En plus sexy peut-être, j’avoue.

Je ne savais toujours pas ce qu’elle faisait dans la vie à ce moment là mais n’hésitai pas une seule seconde à lui donner ma carte lorsqu’elle me le demanda. Il était peu probable qu’elle cherche à me mettre en contact avec un baron de la drogue ou un marchand d’armes, tous les deux commerçants de la Mort. Pas de soucis, tu n’as qu’à appeler ce numéro et tu tomberas sur ma secrétaire qui se fera un plaisir de te trouver un créneau. A toi ou n’importe quel proche à qui tu transmettras la carte. Ladite carte était assez minimaliste. Sur trois lignes parfaitement centrées sur le rectangle blanc se trouvaient dans un premier temps mon prénom et mon nom inscrits en lettres dorées embossées puis dans un second temps le mot « Kinésithérapeute » et enfin mon numéro de téléphone. Les deux dernières lignes étaient écrites en noir, plus sobre, moins important. A croire que j’avais toujours ce petit côté arrogant, prétentieux. Agente sportive hein ? J’avais presque deviné, même si je lui avais prêté plus de grandeur, chose qui arrivera peut-être un jour, qui sait. Je ne m’y connais pas du tout en sport automobile non. répondis-je avec une moue désolée avant d’acquiescer machinalement de la tête lorsqu’elle compléta sa réponse. Ferrari ! Et bah dis donc, on sait se faire plaisir mademoiselle De Massari ! Je peux faire appel à toi si jamais il me vient l’idée de m’acheter un bolide jaune, tu pourras m’obtenir un prix ? Je doutais fortement de ça, elle était agente sportive, pas concessionnaire pour la marque au cheval cabré. Mais bon, on n’est jamais à l’abri d’un coup de chance. Baissant les yeux vers son verre, je remarquai qu’il était vide et m’empressai de finir le mien pour que nous puissions commencer le second round en même temps. Le… Impossible de finir ma phrase, la brune me coupa en commençant sa phrase au même moment et je m’étais attendu à tout sauf à ça. Ma main se crispa sur mon verre désormais vide et ce fut là la seule réaction visible à sa question. Chiara. Une longue histoire que je vous expliquerai peut-être plus tard. Peut-être. Plus tard. C’est exact, nous étions ensemble au bal. Deux années durant. Mais nous nous sommes quittés à la fin du lycée. Le genre de rupture froide… mais explosive. Une sale histoire. Nouvelle moue qui ressemblait plus à une grimace cette fois ci. Pour ne pas m’attarder trop sur le sujet, je repris ma phrase trop vite écourtée. Le second verre est pour moi ! Allons plus loin, c’est bondé ici, et puis tu me raconteras TES peines de coeur ! J'espérais être tiré d'affaire en lui renvoyant directement la patate chaude.


Howlin' for you

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Naples en musique (suite) + Ugo & Sofia ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Naples en musique (suite) + Ugo & Sofia -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples