Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] Tell me now, where was my fault In loving you with my whole heart. ❧ Angèle -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://ciao-vecchio.forumactif.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©abisror & Ealitya
Multi-comptes : Vera la chanteuse d'Opéra ; Malkolm le tatoueur connard
Messages : 258 - Points : 816

Âge : 35 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: [Terminé] Tell me now, where was my fault In loving you with my whole heart. ❧ Angèle ( le Jeu 29 Juin - 23:56 )


Angèle & Tobias
Tell me now, where was my fault in loving you with my whole heart.

Comme toutes les semaines, Tobias se dirigea vers le fleuriste à la fin de sa journée. Le vendeur avait appris à reconnaître l'Historien et le bouquet était toujours prêt en temps et en heure. La phrase devenue hebdomadaire toujours souffler une fois les fleurs payées. « Elle est chanceuse votre dame. » Mais jamais il ne répondait. Elle ne l'était plus. A ses yeux, il était mort. Et cela était mieux ainsi. Angèle avait dû faire son deuil. Il ne voulait pas imaginer les tourments qu'elle a traversés pour atteindre la phase d'acceptation. Tobias n'avait aucun droit de tout détruire. Quand bien même Angèle apprenait qu'il était en vie : ils ne pourraient pas être ensemble n'est-ce pas ? Elle n'avait plus son nom de jeune fille pour une raison. Un autre homme avait clamé son cœur. Une autre personne. Un chanceux parmi les gueux.

Depuis qu'il était à Naples il avait pris cette habitude, celle de laisser un bouquet devant la porte de son atelier. Sans un mot, sans indice quant à l'identité du livreur. Son Ange ne méritait pas qu'il chamboule à nouveau sa vie. Elle semblait heureuse, qui était-il pour lui dénier ce bonheur ? Lui n'arrivait pas à passer autre chose. Quand il se réveillait la nuit : c'était son prénom qu'il chuchotait, sa présence qu'il cherchait. Le chat qu'ils avaient adopté ensemble l'avait suivi en Italie et dormait sur l'oreiller près de son maître. Il était la seule chose de leur passé commun dans l'appartement et par la même occasion le seul à pouvoir calmer ses terreurs nocturnes en ronronnant. Bien qu'il ne voulait pas revenir dans la vie d'Angèle, rester loin d'elle était tout simplement impossible. Alors oui. Cette petite attention était devenue au fil des mois sa seule façon de témoigner silencieusement son amour encore ardent.
Aujourd'hui, il avait entre ses mains un bouquet de Lys blanc. Les mains tremblantes, le regard fuyant il avançait dans les rues de Naples : il avait toujours peur de ne pas être assez rapide et de soit la manquer ou bien qu'elle le remarque. Tobias avait réussi jusque-là à s'échapper avant qu'elle ne sorte. Mais il savait qu'un jour sa félicité l'abandonnerait et il devrait la regarder dans les yeux. Il devrait trouver les mots pour expliquer la situation. Pour qu'elle réalise qu'il était en vie et non six pieds sous terre.

Devant son atelier, il s'arrête et regarde longuement la porte. Ses mains deviennent moites et ses pensées s'entrechoquent dans son esprit. Il avait toujours ce moment d'hésitation avant de sauter le pas. Pourtant, il aurait dû prendre le pli à force. Faire sa rapidement. Mais ce n'était pas le genre de Tobias de précipiter les choses. D'une nature calme et méticuleuse : il ne bougeait, ne parlait jamais à la volée. Tout était soigneusement calculé. Il lui faut plusieurs minutes et de longues inspirations pour monter les marches du perron et déposer les fleurs sur le paillasson. Il se retourne déjà pour prendre ses jambes à son cou et celle qui encore aujourd'hui possède son cœur et son âme quand il entend la porte s'ouvrir. Son cœur s'arrête en même temps que le temps. Il pourrait fuir. Partir en courant, mais il n'avait jamais été un grand athlète et avec sa blessure encore douloureuse à sa jambe elle l'aurait rapidement rattrapé. Alors, lentement il fait demi-tour pour lui faire face. 
Elle n'a pas changé. Elle est toujours aussi belle, son visage toujours aussi doux. Son regard se plonge dans le sien et il se sent comme happer. Il tente d'avaler sa salive, mais cette dernière passe difficilement dans sa gorge. Bon sang qu'il se sentait idiot ! 

« Tu es magnifiqu-e. » Bégaye-t-il, témoin de son malaise croissant. « Tu n'ét-ais pas supp-osé me voir... J'ai tou-jours fait attention. » 
code by Chocolate cookie



you were my dream


⋆ sweet dreams are made of this.


Il faut oublier, tout peut s'oublier. Oublier le temps, des mal entendus et du temps perdus. Ne me quitte pas. Ne me quitte pas. Jacque Brel @excelsior


Dernière édition par Tobias Spilsbury le Jeu 3 Aoû - 22:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t119-incancellabile-angele http://ciao-vecchio.forumactif.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka
Faceclaim : margot robbie (valyria) ; gif sign: ealitya
Multi-comptes : Le pas fréquentable ex-taulard: Dante Silva
Messages : 487 - Points : 955

Âge : 29 ans (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique
Sujet: Re: [Terminé] Tell me now, where was my fault In loving you with my whole heart. ❧ Angèle ( le Ven 30 Juin - 14:45 )



Elle avait beaucoup pleuré cette nuit-là. C'était incontrôlable. Comment pouvait-elle échapper à cette sensation de solitude? Comment pouvait-elle retrouver celui qui cherchait désespérément à se dérober à ses bras? Gianluca n'était pas rentré. Il était en voyage d'affaires et ne revenait que le lundi suivant. Seule, au milieu de cette villa où elle ne trouvait pas toujours sa place, elle avait commencé à feuilleter de vieux albums photos que son père lui avait fait parvenir par la poste. Parmi eux, il y avait celui de 2006. "A year of Magic" avait-elle calligraphié avec poésie sur la couverture. A l'intérieur se trouvaient des photos de l'Angleterre. Ce pays si radieux où son coeur avait battu pour la première fois. Elle avait ouvert l'album avec un pincement au coeur, sachant qu'elle y trouverait des souvenirs d'un amour qu'elle ne verrait plus jamais.

Parcourant page après page, elle était vite arrivée à ce portrait bien trop radieux de son bonheur passé. Tobias souriait en regardant la vue de la Tamise tandis qu'elle l'entourait de ses bras. Ô combien elle l'avait aimé. Et ô combien elle l'aimait encore. C'était un fantôme du passé, un homme qui était mort et qu'elle ne reverrait jamais. Mais le sentiment vivant en elle demeurerait réel pour l'éternité. Ils étaient jeunes, elle surtout. Mais ça n'avait pas suffi à lui faire peur. Elle s'était engagée sans douter le moins du monde.

Prenant l'album photo avec elle à l'atelier, elle avait décidé de s'inspirer de cette romance morte prématurément pour créer quelque chose de nouveau. A la manière de Ghost, elle se mit à faire de la poterie dans un premier temps pour ensuite, se diriger vers le plâtre à modeler. Elle fit alors une forme ronde et une autre. Deux anneaux enlacés. Un infini un peu spécial. Celui qui se trouvait sur sa bague de fiançailles qu'elle gardait dans son portefeuille. Gianluca n'aimait pas ce petit objet qu'elle conservait précieusement, comme s'il sentait que l'amour qu'elle avait éprouvé autrefois pouvait être un péril pour celui qu'elle partageait avec lui.

L'heure de fin de journée avait sonné. Elle rangeait ses affaires pour partir quand elle devina une silhouette devant l'atelier. Etait-ce le mystérieux livreur de fleurs? Elle n'en savait rien mais elle essayait chaque semaine de sortir pour le découvrir, sans aucun succès jusqu'alors. Ouvrant la porte, elle vit le bouquet déposé sur les marches ainsi qu'une carrure qu'elle connaissait trop bien. Son coeur rata un battement tandis qu'elle murmura avec une voix qui semblait venue d'outre-tombe « Toby? » Il s'était alors retourné. Ce n'était pas possible, ce n'était tout simplement pas réel. Elle devait dormir. Après avoir regardé leurs vieilles photos toute la nuit, elle faisait un rêve. Mais sa voix s'élevait alors dans les airs et tout son corps se mit à trembler. Elle n'entendait qu'à moitié ce qu'il disait. Descendant les marches en courant, elle se jeta à son cou, l'enserrant entre ses bras, souhaitant profiter de ce miracle auquel elle ne croyait pas. « Co... Comment... Comment est-ce possible? » La radieuse américaine qui avait toujours quelque chose à dire bégayait maintenant. Elle se détacha de son cou pour poser ses yeux dans les siens. « Je suis morte, c'est ça? » Quelle autre explication à ce phénomène? Elle regardait tout en passant ses mains sur lui. Elle palpait ses épaules, ses bras, voulant sentir qu'il était là, devant elle, réel. « Mon Dieu Toby, tu m'as tellement manqué. » Elle était trop choquée que pour comprendre ce qui se passait ou ce qui s'était passée. Tout ce qu'elle savait c'était qu'il était devant elle, avec un air béat et triste à la fois.


What about us
We are problems that want to be solved, we are children that need to be loved. We were willin', we came when you called but man, you fooled us, enough is enough. What about us? What about all the times you said you had the answers? What about all the broken happy ever afters? What about all the plans that ended in disaster? What about love? What about trust? ▬ pink
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://ciao-vecchio.forumactif.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©abisror & Ealitya
Multi-comptes : Vera la chanteuse d'Opéra ; Malkolm le tatoueur connard
Messages : 258 - Points : 816

Âge : 35 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [Terminé] Tell me now, where was my fault In loving you with my whole heart. ❧ Angèle ( le Sam 1 Juil - 0:42 )


Angèle & Tobias
Tell me now, where was my fault in loving you with my whole heart.

Il regrettait immédiatement d’avoir été faible, de ne pas avoir su être assez fort et combattre l’envie de témoigner son affection à une personne qui de toute façon le pensait mort. Mais Tobias n’avait jamais été un homme raisonnable, capable de choisir la raison à la passion. Il avait tenté le diable, volontairement. Chaque fois qu’il déposait le bouquet : il prenait le risque de se faire alpaguer par la jolie Américaine. Un risque qui en valait la peine. Parce qu’Angèle ne quittait pas son esprit, pas depuis qu’il avait croisé son regard dans un train par le plus grand et heureux hasard. Elle avait ce pouvoir sur lui ; il avait cette attirance pour elle indéfinissable. Tobias avait toujours eut beaucoup de mal à parler de ses sentiments vis-à-vis de la jeune femme dans ses carnets : comme si les mots pouvaient faire affront à cet amour.
Quand elle prononce son prénom, son cœur s’arrête. Bon sang ce qu’elle pouvait le chambouler en un claquement de doigts. Il en restait pantois et en perdait son latin. Ses bégaiements prouvaient sa gêne. Il se trouvait bien idiot en cet instant. Même si au fond il n’y avait pas de bonne ou de mauvaises solutions pour annoncer à une personne aimer que le deuil n’était plus de rigueur car il était en vie. Tobias attend nerveusement la réaction de son ancienne fiancée. Allait-elle le gifler ? Lui dire de ne plus l’approcher ? Se jeter dans ses bras et ne plus les quitter ? Les secondes ont l’impression d’être des minutes et le conservateur à le temps de s’imaginer mille et un scénario. Ce n’est pas comme s’il n’avait jamais rêvé ou bien souhaité ces retrouvailles. Il les désirait. Parce qu’Angèle lui manquait.
Quand finalement elle se jette à son cou, il pousse un soupir de soulagement et ferme les yeux en fermant ses bras autour d’elle pour la serrer tout contre lui. Son visage plonge dans ses cheveux blonds et il respire son odeur : laissant couler quelques larmes tant son parfum enivre et réveille en lui des souvenirs. Des fous rires ; des folies ; des moments intimes au coin du feu ou bien leurs longues marches le long de la Tamise. Ils avaient été heureux, amoureux : peut-être bien trop pour que le poids des années détruisent leur complicité. Là, avec elle dans ses bras : il retrouve son calme et une paix intérieure.

« Les Américans… Il semblerait que ma vie ne soit ponctuée que par leur présence. » D’abord par celle d’Angèle puis par les militaires qui l’avaient sorti des geôles. Il sourit à sa question : « Non… Non tu ne l’es pas Darling. On est bel et bien vivant. » Et il y avait quelque chose de magique dans ces mots.

Tobias la laisse s’éloigner, mais pas trop : juste assez pour qu’elle l’examine. Il avale difficilement sa salive et ne prend même pas la peine de cacher ses larmes. L’artiste qui lui faisait face avait toujours lu en lui comme un livre ouvert. De toute manière, il ne se sentait pas honteux d’exprimer ses sentiments de la sorte. Quand elle avoue le manque qu’à causer son absence son cœur se serre. Tout ce qu’il voulait à la fois entendre et ne pas entendre. Désemparé, complètement perdu entre la joie et la peine que procure ces retrouvailles, il lève sa main pour glisser son pouce sur sa joue et essuyer les larmes de la jeune femme :

« Je n’ai pas arrêté de penser à toi. A chaque instant. A chaque seconde : c’est ton visage que je voyais et ta présence que j’imaginais près de moi quand… Quand j’étais emprisonné. » Il n’avait jamais partagé les détails de sa captivité. Il soupire longuement et s’approche pour céder à l’envie de déposer un baiser sur son front. Un geste tendre, affectif qu’il s’autorisait. Par égoïsme. Parce qu’il en avait besoin. « Tu m’as permis de rester en vie. » Comme si la déclaration faite avant n’était pas assez forte. « Pardonne-moi de ne pas être venu te voir plus tôt. » Tobias savait que le couperet allait tomber, il préférait prendre les devants et couper l’herbe sur le pied à celle qui avait partagé sa vie.
code by Chocolate cookie



you were my dream


⋆ sweet dreams are made of this.


Il faut oublier, tout peut s'oublier. Oublier le temps, des mal entendus et du temps perdus. Ne me quitte pas. Ne me quitte pas. Jacque Brel @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t119-incancellabile-angele http://ciao-vecchio.forumactif.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka
Faceclaim : margot robbie (valyria) ; gif sign: ealitya
Multi-comptes : Le pas fréquentable ex-taulard: Dante Silva
Messages : 487 - Points : 955

Âge : 29 ans (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique
Sujet: Re: [Terminé] Tell me now, where was my fault In loving you with my whole heart. ❧ Angèle ( le Mer 2 Aoû - 18:01 )



Son monde tournait autour d'elle. Tobias était le premier homme qu'elle avait aimé. Elle ne pouvait oublier son sourire et parfois alors qu'elle se laissait aller à rêvasser le soir, elle se souvenait de sa manière de la reprendre quand elle disait une bêtise. Il avait ce sourire collé au visage, ce sourire paisible qui la rendait tout simplement heureuse. Si la vie avait été juste, jamais elle n'aurait séparé ces deux-là. Ils étaient jeunes et le père d'Angèle craignait qu'elle ne fasse une bêtise en s'aventurant à épouser le jeune britannique. Mais en rencontrant Tobias, en voyant comment l'homme regardait sa fille, il avait su que ce n'était pas une erreur. Ces deux-là avaient été faits pour s'aimer. Et comme l'amour est aussi bon que destructeur, quand Angèle avait appris la nouvelle de sa mort, elle avait été dévastée. Tout ça pour aujourd'hui regarder ce qui devait être un fantôme. Avait-elle trop pleurer cette nuit-là et maintenant cela se retournait contre elle? Les larmes avaient-elles provoqué un anévrisme cérébral lui créant des hallucinations? Tobias semblait réfuter cette idée. Il prétendait qu'ils étaient en vie. Et Angie se demandait si cela pouvait être vrai alors que elle elle se sentait si morte à l'intérieur.

Le contact de ses doigts sur son visage, cette caresse qui n'est pourtant plus permise à une femme mariée à un autre. Mais Angèle ne le repousse pas. Elle laisse son Toby la toucher, lui prouver silencieusement que c'est bien lui qui se trouve face à elle. Elle était sa bouée de secours pendant son exil... Et lui, il était l'ancre qui la faisait sombrer tandis qu'elle le pensait mort et enterré. « Je ne comprends pas. » Et cela doit se voir sur son visage ahuri. Il lui demande pardon mais elle ne voit pas de quoi il s'agit. Pardon pour quoi? Plus tôt? Angèle est trop bouleversée pour assembler les pièces du puzzle. Pourtant elle sent que ce qu'elle est sur le point de comprendre risque de ne pas lui plaire. Elle le regarde au fond des yeux et se rapproche de lui, chassant ses peurs pour profiter encore un peu de sa présence avant de devoir faire face à la réalité.  « Toby... j'ai cru... j'ai... je suis... » Les mots s'étranglent dans sa gorge tandis qu'elle essaie de lui expliquer tout ce qui s'est passé entre temps, depuis qu'il a quitté sa vie. Elle voit des passants les regarder et elle réalise alors que sa réputation est en jeu. Quand Gianluca la frappe, c'est loin des regards de la foule. Si elle prend son ex-fiancé dans les bras, cela doit se faire en privé aussi sinon les gens vont jaser. Elle se défait de ses bras et soudain une pièce du puzzle se met en place.  « Ca fait longtemps que tu as été libéré?» Il n'y a pas d'accusation dans le ton de sa voix, juste une douleur sourde et indéfinissable.  « Answer me Tobias, answer me now.» Sa voix prend une couleur tremblante tandis qu'elle s'écarte plus de lui. Elle sait comment il était et ne se souvient que trop bien de sa manière de lui faire accepter tout ou encore de tourner autour de pot quand il le veut. Mais maintenant il ne s'agit plus de savoir qui a renversé la litière du chat. Maintenant il s'agit de savoir s'il était là et qu'il a fui au lieu de revenir auprès d'elle. Toutes ces roses sur le pas de sa porte...  « Oh my god...» Elle porte la main à sa bouche, réalisant que cela fait au moins des semaines. Mais au fond d'elle elle sait que ce n'est pas une question de semaines, elle voit sur le visage de celui qu'elle a tant aimé qu'il porte une culpabilité bien plus lourde que cela.


What about us
We are problems that want to be solved, we are children that need to be loved. We were willin', we came when you called but man, you fooled us, enough is enough. What about us? What about all the times you said you had the answers? What about all the broken happy ever afters? What about all the plans that ended in disaster? What about love? What about trust? ▬ pink
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://ciao-vecchio.forumactif.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©abisror & Ealitya
Multi-comptes : Vera la chanteuse d'Opéra ; Malkolm le tatoueur connard
Messages : 258 - Points : 816

Âge : 35 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [Terminé] Tell me now, where was my fault In loving you with my whole heart. ❧ Angèle ( le Mer 2 Aoû - 23:37 )


Angèle & Tobias
Tell me now, where was my fault in loving you with my whole heart.

Le monde pourrait s’arrêter de tourner, les oiseaux de chanter et le vent de souffler que Tobias n’en aurait eu cure. Devant lui, il avait la femme de ses rêves, celle qui hantait chaque instant de sa vie pour le rendre mélancolique. Nostalgique des journées à rires et à s’aimer dans une chambre à l’abri des regards : son regard se refusait à bouger. Il avait besoin de la regarder, pour se projeter dans le passé lors de leurs nombreuses ballades, ces moments de paix où il la regardait peindre. Une partie de lui ne voulait pas croire que tout cela était vrai. Qu’Angèle était devant lui : à portée de main. Ce n’était pas un songe. C’était la réalité. Et comme sur beaucoup de sujets : la vie assombrit rapidement le tableau. Car après le temps des retrouvailles, vient toujours celui des explications. Tobias se sentait comme ces soldats de la Première Guerre mondiale qui ont déserté le champ-de-bataille et qui ne sont pas revenus dans le foyer pendant des années pour éviter le bagne. Son foyer, c’était la jeune femme. Son passé : c’était elle aussi. Le présent était si vide sans elle que ses entrailles se serraient à chaque fois qu’il serrait dans ses bras le chat qu’ils ont adopté ensemble. Évidemment : elle ne comprenait pas. Lui non plus. Il s’était toujours trouvé idiot de ne pas avoir eu le cran de se battre pour elle ; de ne pas avoir été assez égoïste pour revenir dans sa vie.
Les mots semblent manquer à son ancienne promise qui est désemparée. Tobias lui laisse le temps de tout assimiler. Après tout, maintenant, ils avaient la vie devant eux n’est-ce pas ? Il se contente de la serrer un peu plus encore contre lui avant de la laisser s’éloigner lorsqu’elle pose la question fatidique. Il répond d’un hochement de tête.

« Since 2011, when your people arrived in Irak. » Tobias avala sa salive : « As soon as I was able to move, I wanted to see you but... » Un soupire las traversa ses lèvres : « Another man stole your heart. It was the 09th of January 2012. »

Nerveux et à la fois désireux de faire table rase sur le passé, il tira ses cheveux en arrière avant de replonger sa main dans les poches de son pantalon de costume. Ils ne pouvaient pas avoir cette conversation ici. Tobias se faisait violence pour ne pas la serrer à nouveau contre lui ; pour ne pas caresser sa peau opaline et savourer sa présence.

« I will explain you everything, Darling, I promise but… May we go inside, please? It's just… I’m not feeling comfortable in having this discussion here. » Déjà que sur le divan de son psy il n’y arrivait pas alors le faire en pleine rue… Disons que ce n’était pas sa tasse de thé. Et puis cela ne regardait personne d’autre. Seulement eux. « If you wish to know what happened, I will tell you.»
code by Chocolate cookie



you were my dream


⋆ sweet dreams are made of this.


Il faut oublier, tout peut s'oublier. Oublier le temps, des mal entendus et du temps perdus. Ne me quitte pas. Ne me quitte pas. Jacque Brel @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t119-incancellabile-angele http://ciao-vecchio.forumactif.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka
Faceclaim : margot robbie (valyria) ; gif sign: ealitya
Multi-comptes : Le pas fréquentable ex-taulard: Dante Silva
Messages : 487 - Points : 955

Âge : 29 ans (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique
Sujet: Re: [Terminé] Tell me now, where was my fault In loving you with my whole heart. ❧ Angèle ( le Jeu 3 Aoû - 7:40 )



La vie avait été injuste mais plus le temps passait et plus Angèle réalisait qu'il n'y avait pas que la vie qui avait été injuste. Tobias aussi avait joué mais mal. Elle n'avait pas besoin de l'entendre dire une date pour comprendre que cela ne faisait pas que quelques semaines qu'il était rentré du combat, d'ailleurs si on regardait les faits... c'était impossible. Elle entendit la date et son coeur s'arrêta. 2011.  « Bloody hell... » Elle jurait comme une américaine quand elle était agitée. La femme pleine de classe qu'elle était devenue n'était plus habituée à s'énerver ou à s'emporter comme avant. S'ils avaient eu 20 ans tous les deux, elle se serait jetée sur lui, lui aurait asséné quelques coups avec ses petits poings et l'aurait envoyé paître pendant quelques heures. Probablement que le jeune Tobias l'aurait empêchée de vraiment partir, il l'aurait retenue et l'aurait forcée à le pardonner. Mais aujourd'hui, rien n'était plus pareil. Et elle lisait dans son regard la souffrance passée. «Why didn't you?! » S'il avait voulu venir la voir, pourquoi se retenir? Elle pouvait comprendre le trauma. Mais elle pensait être sa dose de bonheur, elle pensait qu'elle était la mieux placée pour l'aider à se remettre. Elle se souvenait encore du moment où on lui avait annoncé que son fiancé avait été fait prisonnier. Elle avait tenu bon et stoïque avait annoncé "That's ok, we'll go through this too." Le père d'Angie avait posé une main sur ses cheveux blonds et avait murmuré "Yes of course" bien que son regard ait été aussi pétrifié que le coeur de sa fille. Tout le monde savait les traumas que la guerre infligeait à un peuple et encore plus à ceux qui étaient plongés dedans jusqu'aux entrailles. Angèle avait hurlé quand Tobias lui avait annoncé qu'il partait sur le terrain mais elle avait fini par capituler. Son passionné de fiancé ne pouvait renoncer à ce qui lui donnait des ailes. Elle avait espéré compter plus que son désir de connaissance mais elle l'avait laissé partir, convaincue que sinon leur histoire prendrait l'eau.

« Nobody stole my heart. You left it here and never came back to claim it. » Sa voix était sombre. Elle comprenait qu'il avait cédé sa place à Gianluca. Aurait-il dû agir autrement? Personne n'aurait pu le dire. Sa vie aurait été différente s'il s'était présenté à elle à temps. Peut-être que jamais Gianluca n'aurait eu l'occasion de poser la main sur elle et de lui faire mal. Il voulait rentrer pour discuter à l'intérieur mais elle n'entendait plus rien à ce qu'il lui disait. « You've been so wrong, you have no idea. » Le regard voilé par la peine, elle le dévisageait avec douleur. Elle comprit qu'il lui demandait pour aller se cacher à l'intérieur et il avait raison, ce n'était pas un endroit pour discuter de leur linge sale. Les anglais n'aimaient pas étaler leur vie privée devant tout le monde. Les italiens eux... c'était une autre histoire. Mais Angèle vivait dans la haute sphère, là où tout le monde se comportait comme des snobs dont la vie privée était sacrée. « Oh we can go inside. Though nobody understands us you know? I don't even understand you so do you think the lady over there or the little boy who just crossed the street understand better? » Elle sortit ses clés et remonta les marches qu'elle venait de descendre pour le prendre dans ses bras. Rentrant furieuse dans son petit atelier, elle n'attendit pas qu'il arrive et partit se verser une tasse de café. Quand Tobias ferma la porte, elle explosa enfin. « Good Lord, Toby! You were alive! ALIVE! And you didn't come to me? We were engaged! I don't care what you thought, I don't care if you've seen me marrying the King of Sweden... You SHOULD and I insist on it SHOULD! You should have come to me. » Elle le regarde puis délaisse la machine à café qui tremblote en essayant de délivrer sa boisson. S'approchant de lui avec agacement, elle se retient de le frapper. Les gestes violents n'ont plus le même sens pour elle maintenant. « I thought you loved me... » Sa voix est triste et son regard faible l'accuse. « You left me. You left me to go to this stupid war, and you left me by not coming back to me when the war was over for you. »


What about us
We are problems that want to be solved, we are children that need to be loved. We were willin', we came when you called but man, you fooled us, enough is enough. What about us? What about all the times you said you had the answers? What about all the broken happy ever afters? What about all the plans that ended in disaster? What about love? What about trust? ▬ pink
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://ciao-vecchio.forumactif.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©abisror & Ealitya
Multi-comptes : Vera la chanteuse d'Opéra ; Malkolm le tatoueur connard
Messages : 258 - Points : 816

Âge : 35 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [Terminé] Tell me now, where was my fault In loving you with my whole heart. ❧ Angèle ( le Jeu 3 Aoû - 9:49 )


Angèle & Tobias
Tell me now, where was my fault in loving you with my whole heart.

Tobias s’était attendu à une telle réaction. Recevoir une étreinte de sa part avait une punition bien trop douce. Le calme avant la tempête probablement. Il n’avait aucun droit de revenir dans sa vie après son retour d’entre les morts ; tout comme il n’avait aucune volonté à l’obliger de lui pardonner. D’une nature toujours aussi franche et sincère, il ne cache pas la date où il l’a revu. Elle finirait bien par le découvrir un jour de toute façon. Parce que tout finissait par se savoir, Tobias était bien placé pour le savoir. Certains dans le passé ont caché des trésors pour les protéger et ces derniers sont retrouvés des siècles plus tard. L’Historien voulait qu’Angèle l’apprenne de ses lèvres. S’il souhaitait faire table rase et demander le mea culpa à la belle :  c’était maintenant et retenir des informations n’étaient pas la meilleure des cartes à jouer. L’entendre jurer lui donne envie de sourire de bonheur. Il avait toujours aimé insulter le monde avec des mots tellement Américains qui ont fait l'aberration de sa mère tant de fois. Mais Tobias il aimait ça dans le caractère de la blonde. Ce côté volcanique lui qui est d’une nature plus calme. C’est d’ailleurs en gardant une voix douce qu’il répond :

“Because I had no right to come back knowing I was half the man you knew.” Là était la triste vérité : le constat que son père lui avait jeté une fois dans la figure. A juste titre. Pour lui ouvrir les yeux.

Tobias n’était pas le même homme. Il n’aurait pas supporté lire la déception dans le regard de la dame. Non. Quitte à rester mort pour qu’elle ne garde que de bons souvenirs de lui et que ces derniers ne soient pas ternis par ce qu’il était malheureusement aujourd’hui. Une coquille à moitié vide qui tente de survivre dans un monde qui lui demande d’être entier.

“I know and this is one of the biggest regret of my life.”

Ces mots lui arrachèrent le coeur et la salive ne passa pas dans sa gorge. L’homme de Lettre baissa les yeux, de honte. De gêne. Il avait envie de prendre les jambes à son cou et de partir. De Naples, d’Italie : retourner en Israël loin de la douleur de la perte que suscite celle d’un être aimé. Parce qu’il l’aime Angèle. Plus que tout. Même un aveugle pourrait le voir.

“I never say I was smart and always right. I’ve took the decision that seems the best for you without asking. You don’t need to repeat it : I blame myself everyday for this.”

Et cela n’aidait pas à sa guérison comme lui avait si gentiment pointé du doigt son doc. Pas besoin d’être Sherlock Holmes pour le comprendre de toute façon. Tobias devait ou faire une croix sur la blonde ou bien s’accrocher à elle et se battre pour avoir son coeur à nouveau. L’issu serait donné après cette conversation. La rage qu’elle crachait était réelle. Il la laissa déverser son venin.

“Maybe they will let me explain.”  Il était prêt à se confier si Angèle était prête à l’écouter.

Suivant la jeune femme, il pénétra dans l’atelier aux odeurs de peintures fraîches qui le propulsa des années en arrière. La porte fermée, il l’écouta lever à nouveau la voix tout en regardant les peintures achevées ou qui ne sont pas terminées. C’est en les regardant qu’il trouve le courage de l’affronter. Il s’approcha et prit appui contre la table avant de croiser ses bras. Angèle revenait déjà vers lui.

“Almost five years have passed when I came back to see you. How was I supposed to know you’ll still be ready to live our relation where we left it ? Do you really think I enjoyed turn my back on you ? Do you actually believe that I did this on purpose ? To hurt you ?”

Il ne s’énervait pas, il gardait sa voix calme mais cette dernière était teintée de chagrin.

“I did and I do love you. It is because of that love that I didn’t destroy your life again. When you love someone as much as I love you : then you prefer live far from them and see them happy. That’s true love. I’ve put your happiness before mine.”

Toby n’avait tout simplement pas été égoïste et n’avait pas eut le coeur de balayer d’un revers de main les cinq années qu’elle avait passé sans lui. Ce n’était tout simplement pas possible, ni concevable dans son esprit.

“You knew who I was, how passionate I was the day you meet me. I’ve told you that this was my dream. What I didn’t told you is that you were my new dream. A life with you was sweeter than save the past. I was ready to cancelled everything and come back to your arms.” Tobias se redressa et s’approcha d’elle, il passa sa main sur son bras : “War is not over Angèle. Not for me.” Son regard suit les mouvements avec sa dextre, il est incapable de la regarder dans les yeux : “They broke me, not only my body but... Here.” Sa main libre pointa son cerveau. Sa respiration se fait plus lourde. Il perd rapidement l’éclat dans ses yeux. “They left nothing to save, to love. Even mother was… Confused and didn’t know how to act with me. Only dad understood because he survived too.” Son départ avait probablement été un soulagement pour sa génitrice. “You…” Un sanglot l’arrête. “You have no ideas what they did to me… None… What it costs me to keep breathing and not let myself die. The hope to see you again... This is the reason why I am alive today and my friends are not.''
code by Chocolate cookie



you were my dream


⋆ sweet dreams are made of this.


Il faut oublier, tout peut s'oublier. Oublier le temps, des mal entendus et du temps perdus. Ne me quitte pas. Ne me quitte pas. Jacque Brel @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t119-incancellabile-angele http://ciao-vecchio.forumactif.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka
Faceclaim : margot robbie (valyria) ; gif sign: ealitya
Multi-comptes : Le pas fréquentable ex-taulard: Dante Silva
Messages : 487 - Points : 955

Âge : 29 ans (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique
Sujet: Re: [Terminé] Tell me now, where was my fault In loving you with my whole heart. ❧ Angèle ( le Jeu 3 Aoû - 10:37 )


«And what makes you believe that you have any right now? » Elle était sèche. Son regard le fusillait avec une ardeur qu'elle n'avait plus ressentie depuis longtemps. Il reconnut avoir fait une erreur mais elle n'était pas prête à la lui laisser passer aussi facilement. «Yes and you should. » Il se fustigeait et elle lui disait qu'il avait raison de le faire. Elle rajoutait une couche alors qu'elle voyait qu'il était en peine. Mais elle était encore plus en deuil que lui.

L'atelier était rempli de toiles. La plupart étaient des toiles blanches ou à moitié blanches, tâchées par le temps et la poussière. Angie aimait dessiner sur du papier qui n'était pas vierge, sur un papier avec un vécu, avec une histoire. Elle aimait colorer le papier avec sa joie et sa bonne humeur mais laisser subsister par dessous l'atrocité de ce qui avait été le passé de son objet de base. Autour d'eux on retrouvait ainsi des oeuvres maladroites mais faites ainsi de manière volontaires. Son plus grand coup de coeur était un tableau peint avec ses doigts. La toile avait un trou en plein centre, elle avait été transpercée par une balle. Angèle l'avait trouvée sur le net et en était tombée amoureuse. Elle l'avait commandé et Gianluca l'avait regardé bizarrement en découvrant qu'il avait déboursé 227 dollars pour une toile trouée. Mais il la laissait suivre ses passions même s'il aurait préféré qu'elle reste chez eux et se comporte comme les autres épouses d'homme riche.

Maintenant, Tobias pénétrait dans l'antre de son imagination. Il marchait au centre et elle le voyait comme dans un rêve. Etait-il le fruit de son imagination lui aussi? Angèle craignait de se réveiller à tout moment. Elle lui en voulait énormément mais se réveiller aurait été bien plus pénible que d'accepter qu'il avait caché le fait qu'il était en vie.  Il se lança dans une explication sur le fait que pendant cinq années elle avait eu le temps de se reconstruire et que réapparaître comme une fleur aurait été égoïste de sa part. « How were you supposed to know? Are you kidding me right now?! And how did you know I would rather go on with my life than knowing the truth? Who gave you the right to keep this a secret?! What on earth made you believe I would rather think you were dead! Do you hear yourself?! I thought you were dead for Christ sake!»

Elle lui dit qu'elle pensait qu'il l'aimait et la réponse de Tobias lui transperça le coeur. Elle ne savait si c'était exprès mais il avait employé le temps présent. Se pouvait-il qu'il l'aime encore? La vraie question était plutôt: pouvait-elle en douter? «What do you know about happiness? » Sa voix était amère. Il avait pensé bien faire mais au contraire, il l'avait laissée dans les bras d'un homme qui l'aimait bien différemment de ce qu'elle avait espéré. Elle continuait d'aimer Gianluca certes... mais comment pouvait-elle pardonner à Tobias de lui avoir ôté son droit à le savoir en vie. Il continue à lui parler et elle lutte pour ne pas céder à la tendresse de ses mots. L'entendre lui dire qu'elle était son nouveau rêve la rend terriblement triste. «I was your dream but you left anyway... and you died. » Elle relève ses yeux vers lui. Depuis quelques minutes elle évitait de se plonger dans ce vert qui la rendait si folle autrefois. Mais là elle le regarde avec intensité et sans aucun détour lui demande « Do you have any idea what it feels like to open the door and to see two soldiers waiting there on the treshold with their neutral faces? » Elle le regarde tout en freinant les larmes qui lui montent aux yeux tandis qu'elle se remémore ces souvenirs affreux. «Do you know what it feels like to hear them sey "Sorry Miss, we couldn't find him for the last four days." ? Because you didn't die at first, you know that? First you disappeared. And I lived with the fear of seing them coming again and telling me the unthinkable... the unthinkable that came days later when they said "We're sorry for your loss madam". Suddenly I wasn't a miss anymore, I was a madame. I was older because of the worries, because of the fear that kept me company at night. » Elle secoue la tête et se frotte l'oeil droit pour chasser les larmes qui virulent en dessous sans sa permission. «You had no right to hide your return from me. No right, do you hear me?! »

Tobias est désemparé et elle sait qu'elle l’accable beaucoup. Mais elle n'arrive pas à ne pas lui en vouloir. Elle voit l'heure passer sur son horloge mural et elle sait qu'elle devrait partir car Gianluca pourrait rentrer ce soir. Ils se sont disputés la veille, elle a pleuré toute la nuit et par conséquent, elle sait qu'il pourrait rentrer pour lui demander pardon. S'il ne la voit pas, il lui fera une crise de jalousie. Mais elle écoute Tobias lui parler de la guerre et son coeur se serre. Entendre qu'elle est celle qui l'a sauvé la rend malade. Comment peut-elle l'avoir sauvé et en même temps être si loin de lui? Comment peut-il l'aimer autant et être resté dans l'ombre tout ce temps? « You're right Toby... war isn't over. It will never be.» Son ton n'est plus agressif, elle est juste lasse. «I know you must be broken and I knew you would be. But when we got engaged it was a promise that I would stay by your side for the rest of my life, no matter what. I was ready to do that. But you thought I would be happier without you. You thought I wouldn't be able to handle what war made to you. You... doubted me and my love for you. »


What about us
We are problems that want to be solved, we are children that need to be loved. We were willin', we came when you called but man, you fooled us, enough is enough. What about us? What about all the times you said you had the answers? What about all the broken happy ever afters? What about all the plans that ended in disaster? What about love? What about trust? ▬ pink
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://ciao-vecchio.forumactif.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
ID : Sharky // Ingrid
Faceclaim : Eddie Redmayne ©abisror & Ealitya
Multi-comptes : Vera la chanteuse d'Opéra ; Malkolm le tatoueur connard
Messages : 258 - Points : 816

Âge : 35 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
Sujet: Re: [Terminé] Tell me now, where was my fault In loving you with my whole heart. ❧ Angèle ( le Jeu 3 Aoû - 15:13 )


Angèle & Tobias
Tell me now, where was my fault in loving you with my whole heart.

"Nothing. I've no right. You wasn't supposed to see me."

Tobias se serait volontiers contenter -à contre coeur- de n'être que le coursier. L'homme de l'ombre dont on ne sait jamais l'identité. Il aurait préféré rester un mort sur une liste. Ne pas revenir dans la vie des personnes qui lui sont chers pour ne pas les perturber. Il était parti si longtemps que chaque jour passé sur terre ne faisait que lui rappeler qu'il ne pourrait jamais retrouver la vie parfaite qu'il avait en partant pour sa dernière mission en Irak. Le regard d'Angèle tuait Tobias qui avait le coeur au bord des lèvres tant son rythme cardiaque était effréné. La douleur était pire que celle de devoir rester loin d'elle.
Rentrer dans l'atelier ne fait que raviver le souvenir et la peine. Son spleen se nourrissait de ce fuel et de cet abondance de similitude entre les jours heureux passés avec Angèle et la cruelle réalité. Tobias était meurtri et il combla les derniers mètres la tête baissée plutôt que de devoir affronter ces fantômes du passé. Bon sang que chaque pas lui faisait regretter d'être venu dans un premier lieu.

"Because I've done the mistake to leave you. If I wasn't able to forgive myself : how could you ?" Angèle levait sa voix, l'Historien mettait un point d'honneur à ne pas dire un mot plus haut que l'autre. Pour ne pas regretter au cas où la vie aurait une nouvelle surprise macabre pour eux. Il vivait déjà assez dans le regret pour vouloir en supporter d'autres. Tant qu'il pouvait les éviter il le ferait. "A part of me die. I cannot deny this fact." Il suffisait de le regarder dans les yeux pour comprendre qu'une flamme s'était éteinte.

Sa question sur le bonheur remue un peu plus le couteau dans la plaie. Il pouvait sentir la lame invisible transpercer son coeur.

"I knew happiness when I was in your arms or when I was able to save the past and the population for the mass killing. Not since I'm back. I'm just wondering and try to find a place in a world that doesn't make anymore sense."

Comment reprendre le court d'une vie quand vous êtes partis aussi longtemps ? Quand tous vos proches ont continué d'avancer sans vous. A part prendre le train en marche ou bien en changer : il n'y a pas cinquante mille solutions. Lui n'avait pas encore fait son choix.

"Believe me or not, I was going to come back to you. It was supposed to be the last mission." Evidemment, tout avait mal tourné. Il serre les dents en entendant comment elle a apprit sa mort. Ces enfoirés. Ces hypocrites. "They never looked for us. They knew exactly where we were but they washed their hands and left us to die. They could have step up and save us. They didn't." Grogna-t-il en serrant ses poings alors que ses mains tremblaient de plus en plus.

Tobias se confie, offre son coeur sur un plateau d'argent. Il n'est pas capable de faire autre chose. Il est sincère, il ne tente pas de l'apitoyer, de lui faire du mal. Il s'exprime juste maladroitement sur son état d'âme. Sa salive passe finalement et il déglutit plusieurs fois pour chasser les sanglots alors que des larmes silencieuses dévalaient ses joues creusées : lui donnant un air malade alors que tous les tests sanguins étaient bon.

"I... I... I just tried to protect you from this..." Ses efforts sont détruits. Il n'arrive pas à contenir ses larmes. "I knew you would, you would not have let me down, but I didn't wanted to be a burden for you."

Il releva finalement la tête pour se plonger dans ses yeux. Il se redressa et glissa sa main sur sa joue, puis dans son cou en se collant à elle pour l'enserrer.

"Forgive me my Love... Forgive me. I'm so... So sorry." Il déposa un baiser sur sa tempe et ferma les yeux pour respirer doucement son odeur. "If you don't want me in your life anymore... I understand and I will respect your will."
code by Chocolate cookie



you were my dream


⋆ sweet dreams are made of this.


Il faut oublier, tout peut s'oublier. Oublier le temps, des mal entendus et du temps perdus. Ne me quitte pas. Ne me quitte pas. Jacque Brel @excelsior
Revenir en haut Aller en bas
Angèle De SantisLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t119-incancellabile-angele http://ciao-vecchio.forumactif.com/t135-vivo-per-lei-angele
ID : sparka
Faceclaim : margot robbie (valyria) ; gif sign: ealitya
Multi-comptes : Le pas fréquentable ex-taulard: Dante Silva
Messages : 487 - Points : 955

Âge : 29 ans (10 juin 1988)
Métier : Artiste, elle se spécialise dans le graphisme manuel (croquis, peinture, street art) et la sculpture, elle est fort éclectique
Sujet: Re: [Terminé] Tell me now, where was my fault In loving you with my whole heart. ❧ Angèle ( le Jeu 3 Aoû - 15:39 )


C'était encore pire que de se prendre une gifle. Il n'avait pas voulu qu'elle le voie. Elle se souvint alors qu'il avait réussi à laisser ces fleurs par le passé sans qu'elle ne sache de qui elles provenaient. Elle se souvint du sentiment qui l'accaparait en en humant le parfum. Elle avait pensé à Tobias évidemment. C'était son genre de chose, c'était son style d'agir ainsi. Mais cela ne pouvait pas être lui car Tobias... était supposé être mort. «Stop talking, it's even worse. I wasn't supposed to see you. I was supposed to believe you were dead and go on with my life. » Alors pourquoi lui amener des fleurs? Pourquoi ne pas totalement disparaître? Elle lui en voulait. S'il avait pris la décision de s'écarter de sa vie pour ne pas être égoïste, il aurait dû le faire jusqu'au bout. Là c'était encore pire que tout. «That wasn't your call to make. If I forgave you or not, that was my decision to take! » Elle le regardait encore plus énervée qu'au début. Pourtant elle se sentait lasse aussi. Sa vie n'était plus un long fleuve tranquille depuis bien trop longtemps. Elle soupira en l'entendant lui dire qu'une part de lui était morte. « A part of me too.» C'était la vérité. En le perdant, elle avait perdu une part essentielle d'elle. Elle avait perdu sa jeunesse. Elle avait dû lutter pour se forcer à survivre, elle avait dû se donner des coups de pieds pour partir en Italie et étudier à l'étranger. Rien n'était pareil sans Tobias, rien. Et pourtant elle s'en était sortie. Et voilà que maintenant elle apprenait qu'elle avait souffert de trop et que lui... il avait préféré la laisser dans l'ignorance plutôt que de la soulager de cette peine qui vivait en elle depuis des années maintenant. « Your definition of happiness isn't mine. And you can't decide for me when I am supposed to be happy or not.» Elle se fichait qu'il ait sauvé des vies. Elle se fichait de tout ça. «Do you believe I'm selfish because your life mattered more to me than one thousand of other lives? Because I can say it, I really don't give a shit of the others. You were the only who mattered. The only one. » C'était légèrement disproportionné dit ainsi mais elle le pensait. Si elle avait eu le choix, elle aurait sacrifié mille vies plutôt que celle de Tobias. Quand elle avait appris qu'il était mort, elle avait damné ceux qui avaient survécu. La douleur vous change. Et la douleur qui l'habitait dernièrement avait elle aussi changé Angèle.

«You didn't protect me. You don't know what my life is like. » Le défaitisme se fait entendre dans sa voix. Elle voit qu'il craque et inconsciemment elle s'en veut de lui faire mal. Mais elle n'est pas prête à lui pardonner. Si il s'était manifesté, si il lui avait dit qu'il vivait... tout serait peut-être différent aujourd'hui. Elle secoue la tête et ne répond rien. Qu'il pense qu'il aurait pu être un calvaire à supporter l'indigne. Il sous-estime l'amour qu'elle lui portait. Et maintenant il lui demande le pardon. Les yeux d'Angèle étincellent tandis qu'il s'en approche pour déposer un baiser sur sa tempe. « I'm sorry Toby, I can't. It's too much to process in such a short time. I.. I just can't.» Sa manière de dire "can't" était tellement british. Bien qu'elle ait été américaine, elle ne pouvait se résoudre à dire certains mots avec l'accent de son pays d'origines. Et le "can't" anglais résonnait comme une fatalité dans ce petit atelier qui était le sien.
«I didn't say that. It's just that... I need time Toby. And... » elle s'écarta un peu de lui avant de dire ce qui lui pesait sur le coeur depuis qu'elle l'avait reconnu devant la porte de l'atelier. «... oh God, I'm married. » Cette simple petite phrase lui décrocha deux larmes supplémentaires qui vinrent glisser sur sa joue droite. «Everything changed while you were... gone. »


What about us
We are problems that want to be solved, we are children that need to be loved. We were willin', we came when you called but man, you fooled us, enough is enough. What about us? What about all the times you said you had the answers? What about all the broken happy ever afters? What about all the plans that ended in disaster? What about love? What about trust? ▬ pink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Terminé] Tell me now, where was my fault In loving you with my whole heart. ❧ Angèle ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] Tell me now, where was my fault In loving you with my whole heart. ❧ Angèle -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples