- Ne me déçois pas -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nina RossinoLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t516-la-vita-mia-nina http://ciao-vecchio.forumactif.com/t525-chase-life-with-a-heartbeat-nina
ID : day.light
Faceclaim : alessandro mastronardi + by bren
Je suis absent(e) : présence réduite
Multi-comptes : none
Messages : 482 - Points : 440

Âge : 31 ans
Métier : infirmière
Sujet: Ne me déçois pas ( le Jeu 29 Juin - 6:58 )
La soirée était chaude et la ville semblait terriblement paisible. Assise à la terrasse de son petit appartement napolitain, Nina observait la ville, un verre de vin dans la main. Elle avait eu trois jours de repos de la maternité après avoir passé 1 mois à accepter de faire les nuits. Elle avait bien entendu voulu passer ses trois jours avec ses fils qui lui avaient tant manqué mais au troisième jour sa sœur Natalia s’était pointée à la maison en disant qu’elle voulait que Nina dorme. “Une vraie nuit de sommeil” avait-elle dit. Insinuant par la même occasion que la jeune femme ne dormait pas bien quand les enfants étaient là. Pourtant elle faisait des nuits complètes. Certes elle se couchait à 22h pour se lever à 6h, mais cela n’avait jamais été un souci ces 3 dernières années. Même quand les garçons faisaient mal leur nuit ou qu’il fallait se lever régulièrement pour le pipi nocturne ou donner le sein elle avait fait avec. Mais il semblait que tout le monde en doutait quand elle affirmait que tout allait bien.
Lâchant un soupir entre bonheur et lassitude, elle avala une petite gorgée de vin avant de retourner dans son appartement. Les garçons avaient embarqué par leur tante moins de 2h auparavant et pourtant l’appartement était parfaitement rangé, et à part un bac de jouets dans un coin rien ne laissait supposé que des enfants pouvaient vivre ici. Bien sur il y avait quelques photos, les dessins sur le frigo, mais parfois Nina se disait que c’était tres rangé par rapport aux maisons des autres mamans qu’elle connaissait. Était-elle donc si efficace et trop dévouée ou le problème venait-il des autres ? “Bah... Si on range directement c’est nrmal que ça soit toujours parfait” elle finit son verre en passant outre les critiques qu’elle entendait régulièrement. Ce qui comptait c’était que tout aille bien. Lesenfants allaient bien. Elle allait bien. La vie allait bon train... Pourquoi chercher la petite bête.
Nettoyant son verre dans l’évier, elle se rendit compte qu’en effet la vie allait bon train et elle allait si bien qu’elle netait pas fatiguée. À vrai dire... Elle sennuyait presque de ne pas avoir les enfants dans les pattes. Appuyé à son plan de travail elle se mit à réfléchir un peu, incapable de trouver quelque chose d’intéressant à faire. Finalement elle attrapa un petit bomber et ses clef décidant de partie faire un tour de la ville en vélo. Elle n’avait pas d’autres idees à l’instant et l’italienne navait pas fait ça depuis si longtemps de nuit... Décidée et ravie de l’opportunité bien qu’étant un peu déçue de s’être fit piquer ses enfants -ils auraient pu faire du popcorn et regarder un disney- elle enfourcha son vélo et parti faire un tour de la ville. Petite rue après petite rue elle finit par se retrouver dans la bordure extérieure oú elle n’avait pas traîné depuis l’enfance.
Enchaînant les tours et les détours, la jeune femme fini par revenir lentement vers le centre et entendit des bruits étranges. Des vombrissements et rires venaient depuis une allée tout près. Partagée entre curiosité et inquiétude -des rires et des voitures ca ne fonctionnaient pas dans sa tête - elle descebdit de sa bicyclette pour aller voir ce qu'il se passait.


sei il mio ciao più bello e il mio ultimo saluto mai.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: Ne me déçois pas ( le Ven 30 Juin - 15:37 )
- ne me déçois pas - trop tard
ft Quintiliano & Nina
C'est calme et comme toujours, je ne supporte pas, je ne supporterai jamais. J'ai toujours eut ce besoin d'action, d'Activité dans ma vie. Il m'est impossible de rester assit à ne rien faire très longtemps. Je m'ennuie facilement et je cherche toujours à faire quelque chose d'énergique. J'ai réalisé il y a quelques temps que si je ne cours pas, je suis capable de faire des conneries énormes. Des conneries qui m'ont valu un tour à l'hôpital. Je suis quelqu'un d'assez droit, bon pas si droit que ça, mais je n'aime pas me lancer dans des magouilles, mais je vais avouer que je peux être inconscient simplement pour pouvoir conduire ma voiture à travers la ville et comme un fou. Conduire une Maserati à vitesse moyenne, c'est bien lassant à la longue. J'ai essayé depuis l'âge de seize ans de me passer de ces courses, de la conduite dangereuse, mais je suis accroc, c'est une drogue, la mienne. Je n'arrive pas à m'en empêcher pour plus d'une semaine. Même blessé, je me permettais de courir.

Dans la rue je m'étais créé une réputation, j'avais un nom que je devais garder dans les normes qu'il m'avait imposé. Zed. Zed le coureur, c'était ce  que j'étais  quand j'arrivais dansa cette voiture jaune canari. Je vais avoué qu'elle était facile à distinguer, c'était une américaine, une corvette. La couleur se démarquait des autres, ce n'est pas tous les jours que l'on voit une voiture jaune et une américaine surtout. Cette voiture me suis depuis peu, elle me suit depuis trois ans, mais le jaune a été la couleur de mes voitures de la rue depuis le début. Je crois bien que je suis l'un des seul qui n'a jamais causé d'accident, ni  même frôler l'accident une seule fois. Ça me suit et beaucoup essaie de me dérouter durant les courses. Je suis quelqu'un de très alerte et je fais attention pour ne faire de mal à personne. Je tiens à la vie des autres plus qu'à la mienne. Je vais préféré m'encastrer dans un poteau que de rentrer dans l'autre voiture.

La course venait de finir et sans surprise, j'avais gagné la course. La ligne d'arrivé passée - ligne imposé par le rassemblement - je pouvais frimer un peu. Je ne tenais jamais vraiment à frimer, mais parfois pour faire le plaisir des spectateurs, je le faisais. Je fis gronder le moteur et fit tourné la voiture en faisant crier les pneus. Beaucoup appelerait ça un show de boucane. Les cris de joie ce sont fait entendre et après quelques tours, je freine la voiture. Sourire aux lèvres, je sors de l'habitacle en gardant un pied à l'intérieur. Une jeune femme s'approcha de moi, prête à s'accrocher à ma veste, mais mon regard scrute la foule comme à chaque fois. Je m'éloigne pour fermer la portière. Je crois que le vent que j'ai envoyé à cette fille n'a pas été apprécié. Je reçois un coup derrière la tête ce qui me plit un peu vers l'avant. Je grimace en soupirant. Je m'éloigne sans rien dire et m'avance vers un mec. Je tend la main et j'attend. « Les clefs Don et mon argent. » C'est en grognant qu'il m'a donner ce qu'il me devait. Je retourne vers ma voiture et m'installe sur le capot pour compter l'argent. Je me sens soudainement fixé. Je lève les yeux et à travers la foule, je ne vois qu'elle. Mon sourire traditionnel disparaît et je me redresse. Et Merde. Nina. J'enfonce l'argent et les clefs dans les poches de ma veste. Je me redresse et garde mes mains bien cachées. Je baisse la tête. Grillé par la veuve de mon frère.

Revenir en haut Aller en bas
Nina RossinoLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t516-la-vita-mia-nina http://ciao-vecchio.forumactif.com/t525-chase-life-with-a-heartbeat-nina
ID : day.light
Faceclaim : alessandro mastronardi + by bren
Je suis absent(e) : présence réduite
Multi-comptes : none
Messages : 482 - Points : 440

Âge : 31 ans
Métier : infirmière
Sujet: Re: Ne me déçois pas ( le Ven 30 Juin - 18:01 )
On peut vivre une vie entière en supposant que l’on connaît les gens qui nous entourent. On les voit si souvent, on leur donne tant et on tient tant qu’il est impassable que ces personnes aient encore des secrets pour soi. Nina pensait connaître ceux qui l’entourent. Lissandro, elle pensait le connaître. Jusqu’à ce que son rôle de mari ne devienne une toxine qui empoisonna son cœur et le rendit … comme lui était jusqu’à son décès. Mauvais. Père del Toro elle pensait le connaître. Jusqu’à ce que le prêtre soit incarcéré. Quin… elle pensait tout savoir de lui, jusqu’à ce qu’elle le découvre dans ces cour, en pleine nuit récupérant des clefs et de l’argent à un homme inconnu au milieu de gens étranges et de voiture. Peu informée sur la vie nocturne napolitaine , la trentenaire se fit plusieurs hypothèses mais aucune n’avait l’air prudente, légale ou même de coller à l’image qu’elle avait de celui qu’elle considérait comme son petit frère.
Aussi quand elle croisa son regard, depuis le petit spot qu’elle s’était faite au milieu de la foule, son regard était simplement emplie d’une déception sans nom. Que faisait-il là ? parier sur des voitures ? ça avait l’air plus sérieux que cela… les conduisait-il alors ? mais dans ce cas… ça ne pouvait pas être une simple course de voiture… à cette heure ci… avec tant d’argent. Ça ne pouvait qu’être illégal et donc dangereux. Fébrile et incapable de réfléchir plus que cela, elle sentit les larmes lui monter aux yeux alors qu’elle imaginait tout ce qui pouvait lui arriver. Une fausse manip. Elle le perdait lui aussi. Un virage mal pris. Elle le perdait à son tour. Un adversaire mal intentionné. Elle ne le reverrait jamais en un morceau. Phobique automobile depuis des années, elle ne pouvait  s’empêcher de psychoter en sentant ses joues se couvrir de larmes, alors qu’elle fixait son petit Quin. Puis quelqu’un la bouscula, et elle sembla revenir à elle et à la place d’un grand sentiment de déception c’est une colère froide qui monta en elle. Maintenant qu'elle était face au fait Elle se rappelait qu'il avait évoqué ça une fois... Mais vu qu'elle avait perdu son mari et ses parents dans un accident, Elle avait refusé de le croire... En furie Elle marcha d’un pas décidé vers lui Non mais c’est ce bordel Quin !!! elle ne voulait pas y croire. Elle le voulait en vie... je ne... Je pensais que c'était juste une farce...


sei il mio ciao più bello e il mio ultimo saluto mai.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: Ne me déçois pas ( le Sam 1 Juil - 3:32 )
- ne me déçois pas - trop tard
ft Quintiliano & Nina
J'étais là, dans un état second. Je ne m'attendais pas à la voir là, pas maintenant, pas depuis la mort de mon frère. Depuis l'accident de mon frère, je coursais comme un fou. Tout ce que je voulais c'était me l'enlever de la tête. Je ne l'ai dit à personne parce que Lissandro me l'avait fait promettre, mais j'étais sur les lieux le premier. Il m'a supplié de partir. Le dernier souvenir que j'ai de mon frère, c'est son visage couvert de sang et je ne peux en parler à personne, surtout pas à Nina. Comment expliquer à celle qui est devenu depuis longtemps un membre de ta famille, que tu aurais pu faire quelque chose pour sauver son mari. C'était beaucoup à prendre sur mes épaules, mais je le faisais, pour elle, pour lui, pour eux. Si seulement je pouvais le faire pour moi, ce serait trop simple.

Son regard me transperce de loin et mon coeur s'arrête l'instant de quelques secondes. Tout semble se ralentir autour de nous. Tout s'embrouille sauf elle. Je n'avais pas réalisé que je ne respirais plus. Ce n'est qu'à son premier pas que le temps à reprit son court. C'était trop vite pour moi, trop pour que je réagisse, trop vite pour que j'aie le temps de bouger. À peine mon souffle retrouvé, elle était là devant moi et mon coeur a reprit trop vite. J'avais mal, mon coeur me faisait souffrir. Je savais ce qui s'en venait et c'était plus agressant que si c'était vraiment mon sang qui m'avait trouver ici. Dès que sa voix s'élève, mes yeux se baissent au sol, je n'arrive plus à la regarder dans les yeux. Je me sens soudainement impuissant. Moi qui ne lui avait jamais dit. Je crois que dans ma famille, il n'y avait que Lissandro qui le savait. J'avais dut faire la bêtise une fois de le dire en sa présence en parlant à Liss, mais mon frère avait rattrapé le coup. Ce qu'elle dit ensuite me fit froncer les sourcils et je finis par la regarder. « Attend quoi? Nina, qu'est-ce que tu fais ici? » Je regarde autour de nous réalisant qu'elle m'avait appeler Quin. Je glisse mon bras dans son dos pour nous éloigner un peu de ma voiture. Je m'arrête à mi chemin de l'endroit désiré et m'approche d'un homme. Je lui tend la main et lui transfert les clefs en lui marmonnant quelque chose à l'oreille. Je croise le regard de la jeune femme près de lui et lui fait un clin d'oeil avant de continuer mon chemin en prenant la main de Nina. Une fois plus à l'écart, je plante mon regard dans le sien. « Qu'est-ce que tu veux dire par une farce ? Quelqu'un t'en as parler? Qu'est-ce qu'il a dit? Qui t'a dit ça? » Comment est-ce que c'était possible?
Revenir en haut Aller en bas
Nina RossinoLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t516-la-vita-mia-nina http://ciao-vecchio.forumactif.com/t525-chase-life-with-a-heartbeat-nina
ID : day.light
Faceclaim : alessandro mastronardi + by bren
Je suis absent(e) : présence réduite
Multi-comptes : none
Messages : 482 - Points : 440

Âge : 31 ans
Métier : infirmière
Sujet: Re: Ne me déçois pas ( le Sam 1 Juil - 9:13 )
Une discussion d'oreiller, quelques rares mots sur leur vie et Lissandro lui avait parlé de combien il trouvait agaçant le besoin de risque qu'avait son frère. Combien Quin et son addiction a l'adrénaline le rendait nerveux. il veut juste de l'attention.avec ses courses de voiture la... Imbécile avait-il maugréé. Pendant qu'il exagerait, Nina lui avait dit quelques douceurs, avait tenté d'apaiser son mari et ils s'étaient endormis sans plus jamais en parler. Elle avait fini par voir cela comme une remarque anecdotique, jusqu'à ce que Guilia en fasse une pseudo mention. Le souvenir de cette conversation avec Lissandro lui était devenu mais la encore l'innocence du cœur de l'italienne avait pris le pas sur sa raison. Son petit Quintiliano ne pouvait être un drogué à l'adrénaline... Pas brute comme cela... Il ne lui ferait pas ça.
Il n'avait pas le droit. La phrase bourdon ait dans la tête de la jeune femme alors qu'elle se sentit emportée par celui qu'elle considérait comme son frère. Il l'attira un peu plus loin et ce regard qui avait paru un instant désolé senflammait à présent. c'est pas à toi de t'énerver ! elle mis ses poings sur ses hanches, se redressant sur son petit mètre soixante cinq en serrant la mâchoire comment tu ose me faire ça ? À moi ! Tu crois que je vais te laisser risquer ta vie comme ça ? J'ai perdu Lissandro, je vais pas te perdre toi aussi dans un bagnole ! s'emporta-t-elle en le repoussant . Elle ne s'énervait que très rarement mais quand c'était le cas elle était une vraie tempête. dire que je pensais que c'était des bêtises quand Lissandro l'a évoqué ! Mon dieu mais quelle imbécile !n elle recula dégoûtée en serrant les poings. Elle pouvait sentir la migraine monter alors qu'elle se souvenait avoir pris tout cela pour des blagues... Un frère jaloux ou une soeur qui s'inquiète pour rien. Des bêtises que l'on raconte juste pour créer des problèmes. Pour inquiéter une force tranquille. Oui... Ils avaient juste voulu lenerver. Qu'on... Je t'en prie dis moi que c'est faux ! Que je rêve. Que je me monte la tête...


sei il mio ciao più bello e il mio ultimo saluto mai.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: Ne me déçois pas ( le Jeu 6 Juil - 3:08 )
- ne me déçois pas - trop tard
ft Quintiliano & Nina
Je ne me sentais pas très bien à l'idée que Nina connaisse mon secret. Tous, mais pas elle. Elle ne méritait pas cette crainte, cette constante peur de pouvoir me perdre. C'est bien pour ça que je le cache à tout le monde, je fais ce que je veux, je suis assez grand, mais elle, c'est autre chose. Elle est dans ma famille par choix, elle m'a choisi moi par choix, alors lui faire vivre tout ça c'est au dessus de mes forces. Je ne pourrais pas plus m'arrêter de courir, j'en ai besoin. Lui mentir me tuerait sûrement à petit feu. Elle était ma grande soeur, c'est qui comptait le plus, parce que si j'agissais pour la blesser, je la perdrais à jamais. Je n'ai pas envie de la perdre, je me retrouve au pied du mur et ma gorge se noue. Je ne sais pas si je devais oser la regarder dans les yeux ou si je devais éviter son regard comme si je faisais pire. Je n'arrivais pas à me décider. Je l'avais entraîner plus loin pour épargner que mon véritable nom se disperse dans la foule. J'avais ce surnom : Zed et j'y tenais vraiment. Plus simple quand il s'agit de la police. Ma main se glise contre mon menton et puis contre mes lèvres. Un soupire et je ferme les yeux. « Je ne m'énerve pas. » C'est pas totalement vrai, ais ce n'est pas totalement faux. Mon coeur battait la chamade, il m'empêchait de réfléchir. Voilà que mon frère embarque sur le tapis. Je baisse la tête et fixe mes pieds comme si j'étais un gamin qui avait brisé quelque chose de précieux. Je me risquerais à dire que je lui ai brisé le coeur en quelques secondes. Je me retrouve forcé à reculer de deux pas et je ne la regarde encore pas. Puis ma mâchoire se serre au moment où elle balance que  Lissandro lui en avait parler. S'il n'était pas mort, je l'aurais tué pour ça. Il n'avais pas à lui dire. Dire qu'elle n'y croyait pas et maintenant, tout est gâché. J'ai préféré me taire lorsqu'elle parlait de mon frère, je ne voulais pas entendre son nom sortir de ma bouche. Maintenant qu'elle était là, je ne pouvais pus lui mentir, je devais lui dire la vérité. « Tu connais la réponse à ta question Nina. Te dire que je suis désolé me vaudrait une gifle. Te dire que je ne le suis pas ferait la même chose. Je serai franc avec toi. » Je passe ma main dans mes cheveux et regarde ailleurs un moment. Je grogne avant de m'approcher d'elle à nouveau et plonge mon regard dans le sien. « Tu sais que je peux pas te mentir. Il avait raison. Il a toujours eut raison. » Je regarde vers la folle et replace un de mes gants. « Je suis désolé. »
Revenir en haut Aller en bas
Nina RossinoLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t516-la-vita-mia-nina http://ciao-vecchio.forumactif.com/t525-chase-life-with-a-heartbeat-nina
ID : day.light
Faceclaim : alessandro mastronardi + by bren
Je suis absent(e) : présence réduite
Multi-comptes : none
Messages : 482 - Points : 440

Âge : 31 ans
Métier : infirmière
Sujet: Re: Ne me déçois pas ( le Jeu 6 Juil - 8:24 )
Un coup de poing. Non. Une gifle non. Même ça, ça n'était pas suffisamment fort pour décrire la sensation qu'eut la réponse de Quin sur les nerfs de Nina. Elle hésita entre le frapper, partir en courant, s'énerver, pleurer ou juste abandonner tout tout de suite. Elle le regardait et elle sentait son cœur se briser lentement. Lui, de toutes les personnes de ce monde, lui avait caché un si gros secret tout ce temps. Ce n'était pas la course en elle même qui la rendait folle mais l'idée qu'il se sente obligé de lui cacher quelque chose. mais... Mais... elle le regardait, ses yeux plantés dans les siens comme si elle le découvrait pour la première fois. Oui elle le découvrait pour la première fois dans son habit de coureur. De son aura secret. Elle le voyait pour la première fois sous ces traits et c'était douloureux. Tellement douloureux comment t'as pu me cacher ça Quin... Tu aurais du me le dire... Toi même ! Pas lui ! elle se mit à pleurer sans savoir se contrôler alors qu'elle frappa contre son torse, une fois deux fois, trois fois..  elle n'y mettait pas vraiment de coeur. Elle ne voulait pas lui faire mal mais c'était sa seule façon d'extérioriser. Elle savait qu'à l'époque Lissandro l'avait dit pour lui faire peur, parce qu'elle était proche de Quin et son mari n'aimait pas ça. Mais elle n'avait pas voulu y croire... Et maintenant la douleur était pire tu aurais du me le dire ! Toi ! Pas lui... Tu navais pas le droit ! ses joues se couvrant de larmes, elle arrêta de le frapper en s'essuyant les joues du revers de la main. t'avais... Pa..pas le droit c'était une sensation si étrangère à son cœur, cette douleur, elle ne savait même pas comment gérer la chose. Elle n'avait jamais eu l'occasion de s'énervait contre aucun des imprudent à du volant qui lentouraient... Son père et sa mère étaient morts dans leur accident. Lissandro était mort dans son accident. Elle n'osait même pas vérifier si quelqu'un d'autre dans sa famille avait péri sur la route. Mais à l'instant Quintiliano prenait pour lui, toute la frustration, toute la peur qu'elle avait accumulé à l'idée de reperdre quelqu'un en voiture. Il prenait pour son frère imprudent qui avait cru bon de rouler dans les virages en pleine pluie. Il prenait pour son père qui avait trouvé amusant d'aller faire une pointe de vitesse sur une route de campagne déserte sans supposer que des animaux pouvaient arriver à n'importe quel moment et lui faire perdre le contrôle. Nina avait tant accumulé que cette découverte ne l'énervait pas en elle même outre le mensonge. Elle était énervée par la situation, par les gens, tout... Elle recula se sentant instable et appuyant ses palmes de main sur le visage en respirant difficilement. non.. non non non ! T'as pas le droit. .


sei il mio ciao più bello e il mio ultimo saluto mai.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Ne me déçois pas ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Ne me déçois pas -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples