Revenir en haut
Aller en bas


 

- Love is in the air. (eleanor) -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Helgi ArnkelsonLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1739-burning-desire-helgi#38 http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1745-burning-desire-helgi#38346
ID : Demon dance.
Faceclaim : Matthias Schoenaerts + © PRIMO.
Multi-comptes : Eskil Svendsen.
Messages : 108 - Points : 217

Âge : 38 ans.
Métier : Maçon et professeur de théâtre pour amateurs certains soirs.
Sujet: Love is in the air. (eleanor) ( le Lun 27 Nov - 0:18 )

Lorsque Helgi commence son service dans le cinéma où il est employé depuis plusieurs semaines, il ne peut pas s’empêcher d’écrire des messages à sa meilleure amie Ellie. Travaillant en matinée jusqu’à la fin d’après-midi, il est certain de pouvoir se libérer ce soir et prend le soin de lui indiquer. Elle ne tarde pas à lui répondre par la positive, toujours aussi enthousiaste à l’idée de savourer un instant ensemble. Alors il se sent tout de suite plus léger lorsqu’il avance dans les rangées de la salle pour nettoyer le sol parsemé de popcorns, ou les sièges sur lesquels les gens ont une la délicate idée d’y déposer un chewing-gum. Il prend du recul sur les tâches qu’il doit effectuer, sourit d’ailleurs naturellement à la clientèle qui vient acheter des friandises ou des tickets. Sa journée paraît moins fade lorsqu’il sait que la présence d’Eleanor viendra réchauffer sa poitrine. Elle est sa source de bonheur quotidienne, et elle rend son existence moins morne, plus stable. Depuis qu’il l’a rencontrée il y a deux ans, sa vie s’en porte mieux.

Alors il patiente sans perdre en engouement auprès de ces adorateurs du cinéma. Pourtant, quand il peut enfin mettre les pieds dehors, il sent le bien-être provoqué par ce sentiment de délivrance. La première chose qu’il entreprend en marchant jusqu’à son habitation, c’est d’attraper son portable pour lui envoyer un message. « Ramène tes jolies fesses, j’ai terminé ! Pizza 4 fromages pour Madame ? Je vais commander. » Lorsqu’elle lui a répondu, il appelle le service de livraison et s’introduit dans son appartement. Quelques minutes plus tard, son amie le rejoint dans son appartement, avec son perpétuel sourire accroché aux lèvres. Il lui rend, avant de l’accueillir chaleureusement en la pressant fermement entre ses bras. Il s’enivre de cette douceur qu’elle dégage, respire, puis relâche son emprise sur ce bout de femme frêle. Il aperçoit finalement cette cassette qu’elle retient entre ses doigts, et elle ne tarde pas à l’éclairer sur son choix de film. C’est toujours ça entre eux : l’un s’occupe d’un élément, et l’autre se charge d’un différent, afin de rendre la soirée idéale. Ils se complètent, fusionnent dans leurs idées. Cette organisation est devenue un rituel, qui le comble chaque fois. Il trouve ces entrevues amicales réjouissantes, avec ce mélange de pizzas et de films. Alors ils s’assoient sur le canapé du salon en attendant, et commencent à boire une bière. Le livreur les coupe en pleine conversation, mais Helgi s’empresse pour recevoir sa commande. Eleanor lance le magnétoscope, tandis que Helgi ouvre la première boîte en carton et prend une part.

Il s’intéresse au film romantique et finit sa pizza, avant de prendre la parole. « Ellie, je dois te parler. » Il a des choses à lui raconter de vive voix mais ignore comment s’y prendre. Elle l’aide toujours à s’ouvrir, comme cette fois où il lui a avoué son homosexualité. Il voit le regard d’Eleanor s’éclairer et manifester sa curiosité, alors il se lance dans la confidence. « Y’a ce mec à mon stage intensif de langue des signes… » C’est difficile d’exprimer quelque chose qu’on n’avait encore jamais ressenti et qui pourtant, vient troubler ses pensées et lui donne des crampes au ventre. Son corps n’avait encore jamais été en ébullition, ses hormones travaillent tardivement. Tout vient de s’être activé depuis qu’il a rencontré Ricardo. C’est une révélation, un élément déclencheur. « Il m’attire beaucoup. Il a l’air réservé, alors je n’arrive pas à cerner si je lui plais aussi. Je lui propose toujours de se mettre ensemble lorsqu’il y a un jeu de rôle, et il semble satisfait. Sauf que je ne sais pas quoi faire pour lui faire comprendre, sans le faire fuir. Mais si tu voyais comme il est sexy, ça ne donne pas envie d’être sage… » Un rire s’échappe de ses lèvres, tandis qu’il cherche le regard de sa meilleure amie. Quand il se perd dans l’intensité de ses yeux, il se sent toujours mieux. Il a aussi pris le soin d’utiliser l’anglais pour dialoguer avec la britannique ; c’est une langue qu’il a assimilée dans son école islandaise, et qu’il maîtrise bien mieux que l’italien. Il sait qu’Eleanor apprécie son utilisation, et même s’il n’est pas du pays, c’est comme un retour aux sources pour elle.


D'abord, il y aura le manque. Collé à la peau, chevillé, à nous pourrir la vie, chacun de son côté. Cette obsession amère, cette souffrance continue, cet appétit désert, le monde qu'on regarde par-dessus. Tantôt on vole, tantôt on chute. Souvent on chute, la tête en bas. Au bout de quelques mois, il nous restera ça. Un stylo survivant, à l'origine à toi, devenu avec le temps, un marqueur de nous.
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Hoffman10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1836-a-friend-is-what-the-he
ID : F
Faceclaim : Carey Mulligan ©luxaeterna
Multi-comptes : Astrid & Sienna & Stella
Messages : 353 - Points : 173

Âge : 36
Métier : Aide-soignante
Sujet: Re: Love is in the air. (eleanor) ( le Mer 29 Nov - 6:10 )

Occupée à faire un peu de rangement et de ménage chez elle, elle sursaute presque lorsqu’elle reçoit un nouveau message texte. C’est Helgi, son meilleur ami. Il lui parle un peu de sa journée, mais surtout, il lui propose de venir le rejoindre ce soir à son appartement. Heureuse d’avoir de ses nouvelles, même s’ils s’écrivent ou se parlent presqu’à chaque jour, elle répond par la positive à son invitation. Elle continue son ménage, tout en montant le volume de la chaîne stéréo afin de la motiver un peu. Heureusement qu’elle n’habite qu’un petit 3 1/2, sinon ça lui prendrait bien toute la journée pour y arriver. Normalement elle travaille à l’hôpital comme aide-soignante, elle vient d’ailleur de décrocher de job, mais aujourd’hui elle est exceptionnellement en congé. Ils ont beaucoup de personnel, et puisqu’elle est l’une des dernières arrivées, elle n’a pas vraiment son mot à dire pour ce qui est de son horaire. Parfois, elle travaille de nuit, la fin de semaine et même des dizaines de jours d’affilée sans congé. Puis des fois, elle n’est simplement pas sur l’horaire. C’est difficile de vivre et prévoir avec un salaire incertain, mais elle ne s’en fait pas plus qu’il faut. Elle a quand même quelques économies de côté, et puis c’est pas dans le genre d’Ellie de stresser avant l’argent, ou de stresser, point.

Quelques heures plus tard, elle recevait un nouveau message de son copain qui l’avertissait qu’elle pouvait s’en venir. Parfait...je me charge d’amener un classique. Je ne t’en dis pas plus. À tantôt! Xx. Elle attrapa son sac et y glissa une cassette qu’elle avait préalablement loué. Eleanor portait une robe bourgogne simple qui faisait ressortir sa chevelure blonde. Même si ses cheveux sont naturellement bruns, elle avait essayé cette couleur récemment, ressentant le besoin d’un changement drastique. Elle était comme ça Eleanor : elle faisait ce qu’elle voulait, sans trop se casser la tête ni se soucier des conséquences. Une vraie impulsive, mais toujours douce. Arrivée devant chez lui, elle sonna mais n’attendit pas qu’il vienne lui ouvrir pour entrer. Il était habitué à ce qu’elle agisse ainsi et ça ne lui dérangeait pas du tout. Elle en profita pour retirer ses souliers et sortir la cassette qu’elle lui tendit du même coup. Mais il préféra d’abord la prendre dans ses bras, la serrant contre lui quelques secondes. Elle profita de ce moment contre lui pour fermer ses yeux. Elle semble si frêle et petite à ses côtés, il pourrait probablement la briser en deux s’il voulait. Mais même si son étreinte est ferme, il reste toujours doux et délicat avec elle. Il replace d’ailleurs une mèche rebelle de la jeune femme derrière son oreille alors qu’elle lui montre le film qu’elle a apporté. Une comédie romantique, qu’ils ont probablement déjà vu, mais ils s’en fichent. Les films qu’ils regardent ne sont que prétexte pour se voir et se raconter leurs dernières péripéties. La pizza n’est pas encore là? dit-elle , faussement choquée, alors qu’elle dépose son sac sur une chaise avant de se laisser tomber sur le sofa. Il vient la rejoindre rapidement en lui amenant une bière. Ils trinquent rapidement et prennent quelques gorgées avant de se faire interrompre par le livreur. Ellie profite de l’absence d’Helgi pour mettre le film, question que tout soit prêt lorsqu’il revienne. Aaaaah je meurs de faim. À moi à moi la pizza! dit-elle en tendant les bras vers lui lorsqu’il revient avec la boîte. Elle prend tout de suite une part, sans utiliser d’assiette. À la bonne franquette quoi. Ses jambes repliées sous elle, elle regarde attentivement le film avant que le jeune homme n’attire son attention. Elle le regarde inquiète lorsqu’il lui annonce qu’il a quelque chose à lui dire. Sensible et émotive de nature, elle sent déjà son rythme cardiaque s’accélérer. Elle dépose sa pointe dans la boîte avant de vider sa bière tout en l’écoutant. Un mec. Une rencontre. Une attirance. Sexy. Une envie d’aller vers lui.

C’est énormément d’informations à digérer d’un coup pour la jeune femme. Bien qu’elle soit heureuse pour son ami, elle ressent une pointe de jalousie, son coeur qui se serre un peu. Elle n’arrive pas totalement à partager sa joie, mais elle ne veut pas lui montrer. Elle se force donc à sourire avant de prendre sa main et de la caresser. Wow...c’est...Il s’appelle comment? demande-t-elle curieuse, surtout pour savoir à qui elle avait à faire. En même temps elle sait comment les derniers mois ont été difficile pour lui, depuis qu’il lui a avoué son homosexualité. C’est la première fois depuis qu’il lui parlait d’un autre homme. Eleanor était tellement fière qu’il ait osé s’assumer et surtout qu’il s’intéresse à quelqu’un et qu’il ait assez confiance en elle pour le partager. Est-ce que tu lui as parlé? J’veux dire, à part lors de vos exercices...Vous êtes dans ce cours, ensemble, depuis combien de temps? Tu m’en avais jamais parlé il me semble...Elle tenait toujours la main de son ami avec les siennes, la caressant du bout de ses deux pouces. Le film prenait le bord, cette conversation étant bien plus intéressante et importante à ses yeux.


time is long but life is short
lightning before the tunder ✻ And all my life, before I met you, when I was trying hard in love, I thought the sun was going down, but the sun was comin' up.
Revenir en haut Aller en bas
Helgi ArnkelsonLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1739-burning-desire-helgi#38 http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1745-burning-desire-helgi#38346
ID : Demon dance.
Faceclaim : Matthias Schoenaerts + © PRIMO.
Multi-comptes : Eskil Svendsen.
Messages : 108 - Points : 217

Âge : 38 ans.
Métier : Maçon et professeur de théâtre pour amateurs certains soirs.
Sujet: Re: Love is in the air. (eleanor) ( le Mer 20 Déc - 16:36 )
Ellie, c'est ce bonheur manifeste qui vient délicatement caresser son cœur lorsque la morosité s'installe dans son esprit. C'est la douceur incarnée qui ne juge jamais, et qui ne laisse entrevoir aucune once de méchanceté. Elle est parfois bornée, râleuse, jalouse ; pourtant sa générosité et sa compréhension dominent la plupart du temps. Ellie, c'est son âme-sœur amicale, celle qui le réconforte et rend son existence moins insipide. Depuis leur rencontre, elle est devenue l'évidence frappante dans sa vie, et ce rayon de soleil indéniable. Alors quand elle s'introduit dans l'appartement, avec son sourire chaleureux habituel, il ne tarde pas à l'enfermer entre ses bras et savourer cette étreinte apaisante. Ils se placent sur le canapé, une bière dans les mains, et commencent à discuter avec cette teinte de joie qui rend naturellement leur discours plus vivace. Ils échangent simplement sur leurs journées respectives, et sur les derniers événements croustillants de chacun. Helgi est coupé lorsque le livreur sonne, et il revient avec la pizza. Il aperçoit les bras d'Ellie se faufiler au-dessus du canapé pour tenter d'attraper le carton. « Je ne sais pas si c'est une bonne idée de te mettre la boîte entre les mains. » Il sourit en évoquant sa gourmandise : elle serait capable de tout dévorer. Heureusement qu'il prend des plus grosses bouchées qu'elle et que la rapidité lui fait gagner du terrain sur la pizza. En tout cas, il était temps que le repas arrive s'il ne voulait pas entendre les plaintes - ou gargouillements - d'Eleanor.

Ils mangent tranquillement en s'intéressant surtout au début du film, avant que Helgi ne fasse part de son envie de communiquer. Il n'a pas envie de lui cacher ce qui le tourmente en ce moment, et ce pour quoi il tente de chercher son aide bienfaitrice. Sans étonnement, Eleanor demeure compatissante et à l'écoute. Elle pose ses mains contre les siennes, pour les caresser et l'apaiser. Elle capte facilement son regard et lui adresse toute sa compréhension à travers. Elle semble impressionnée de découvrir cette réalité qui chamboule tout autant l'islandais. « C'est perturbant ? Ouais, pour moi aussi. Il s'appelle Ricardo. » Il complète sa phrase avant de sourire. Il doit bien admettre que ces sentiments nouveaux : l'amour, le désir, le fantasme, sont perturbants, et il ne sait pas quoi faire avec. Surtout qu'il n'a pas de signes particuliers venant de Ricardo, autrement qu'une acceptation directe chaque fois qu'il lui propose de faire équipe pour un jeu de rôle. « Je pensais t'en avoir parlé ! Cela ne fait que trois semaines, mais c'est juste le samedi et le dimanche. » Il s'est inscrit parce qu'il aimerait communiquer plus simplement avec son paternel, chez qui il vit et qui est absent aujourd'hui. Il pratique la langue des signes désormais, mais Helgi continue de lui écrire quelques notes sur un carnet ou apprend à articuler en attendant d'assimiler tous ces codes non verbaux. « J'essaye toujours d'aller le voir en fin de cours. Le premier jour, il avait fui si vite que je ne l'ai même pas vu partir. Ensuite je ne lui ai pas laissé le temps et on discute toujours 5 minutes, mais plus sur le cours. Je sais qu'il apprend parce qu'il a une petite sœur sourde. Tu crois que je devrais l'inviter à boire un coup la prochaine fois ? Chez moi ? Ou dans un bar ? » Il demande conseil auprès de son amie, parce que c'est le soutien imparable auquel il s'accroche dans la vie. Ellie, c'est celle qui trouve toujours le moyen de l'encourager à faire certaines choses. « Non je ne t'en ai pas parlé, car je ne savais pas quoi en dire... Là, je sais qu'il me plaît vraiment. » Il ignorait comment formuler ses phrases pour faire comprendre à Ellie tout le trouble qu'il ressentait au contact de ce gars. Un trouble qu'il ne savait pas encore éclaircir. Peut-être même qu'elle aurait compris sans qu'il ait besoin d'expliquer. Il ne savait pas comment aborder les choses, c'était trop nouveau, et il le fait maintenant que l'attirance est plus nette, puissante.


D'abord, il y aura le manque. Collé à la peau, chevillé, à nous pourrir la vie, chacun de son côté. Cette obsession amère, cette souffrance continue, cet appétit désert, le monde qu'on regarde par-dessus. Tantôt on vole, tantôt on chute. Souvent on chute, la tête en bas. Au bout de quelques mois, il nous restera ça. Un stylo survivant, à l'origine à toi, devenu avec le temps, un marqueur de nous.
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Hoffman10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1836-a-friend-is-what-the-he
ID : F
Faceclaim : Carey Mulligan ©luxaeterna
Multi-comptes : Astrid & Sienna & Stella
Messages : 353 - Points : 173

Âge : 36
Métier : Aide-soignante
Sujet: Re: Love is in the air. (eleanor) ( le Dim 7 Jan - 21:38 )

Eleanor laisse tomber sa pointe dans la boîte avant de terminer ce qu’il reste de bière dans sa bouteille. Elle l’a bu plutôt rapidement, comme pour se remettre de cette nouvelle. Son meilleur ami qui est en train de tomber pour un autre mec. Bien qu’elle soit heureuse d’un côté de le voir tomber ainsi en amour, elle ne peut s’empêcher de ressentir une pointe de jalousie et surtout de s’inquiéter pour lui. Elle ne voudrait le voir malheureux ou blessé par cette relation. Qui sait si l’autre homme ressent la même chose? Helgi met finalement un nom sur cet inconnu : Ricardo. Un Italien. Son ami est tout souriant rien qu’en prononçant son prénom, des étoiles dans les yeux. Eleanor continue de caresser doucement sa main, l’invitant à continuer, à lui en dire plus sur cet être qui semble avoir voler son coeur.  Je crois que tu étais trop pris dans cette affaire...ou bien que tu voulais garder ce bonheur pour toi...je ne peux pas t’en vouloir. Son sourire était légèrement triste. Elle était encore une fois partagée dans ce qu’elle ressentait. D’une part excitée pour lui, mais de l’autre, cette annonce lui remettait le nez face à sa propre solitude, qui se ferait de plus en plus grande si les choses allaient plus loin entre Helgi et ce fameux Ricardo. C’était vrai qu’elle n’avait jamais été très chanceuse en amour. Soit elle se faisait des idées par rapport à ses fréquentations ou bien on la voyait comme l’amie, la petite soeur, la confidente. Ou bien elle tombait sur Helgi, l’homme qui aurait pu être l’amour de sa vie s’il n’avait pas été intéressé par les personnes du sexe opposé à elle...En même temps, elle se considérait chanceuse de l’avoir dans sa vie, de pouvoir être aussi proche de lui, de toujours pouvoir compter sur lui. C’était injuste de penser qu’elle était seule, et elle s’en voulut tout de suite que ça lui ait même effleuré l’esprit. Remettant son attention sur lui, il continuait en lui demandant son avis sur la suite des choses. Délaissant sa main, elle se leva pour aller vers le frigo, question d’aller se chercher une autre bière? Elle regarda celle d’Helgi, encore presque pleine. Hum...Je sais pas c’est un peu rapide non, de l’inviter chez toi? Elle ouvrit la porte du réfrigérateur et attrapa une bouteille qu’elle ouvrit aussitôt.  Je crois qu’un endroit neutre serait préférable...Elle ne savait pas si sa méfiance était légitime ou bien si elle tentait de mettre un frein à cette anticipation involontairement. Comme pour le garder que pour elle, quelque temps de plus. Aussi longtemps que possible. Eleanor pouvait se comporter comme une vraie enfant parfois. Après s’être enfilé deux grandes gorgées,elle ajouta :   Je crois qu’un bar serait la meilleure option. J’pourrais même venir, à une table près de vous. Tu sais, au cas où ça ne fonctionne pas...ou qu’un pépin survienne. D’une façon aucunement subtile, elle essayait de s’intégrer à cette histoire qui n’était pas la sienne. Le film continuait à jouer, ne servant que d’ambiance sonore, puisqu’aucun d’eux ne le regardait à présent.  En fait, avant même de l’inviter en quelque part, je crois que tu devrais éclaircir le tout avec lui d’abord. T’assurer que vous êtes sur la même longueur d’ondes...que vous voulez la même chose quoi...Ce n’était pas le genre d’Eleanor d’être aussi rabat-joie, mais elle ne pouvait faire autrement, là, tout de suite. Voyant l’incompréhension sur le visage d’Helgi qui s’attendait probablement à une réaction plus enjouée, elle revint vers lui, reprendre sa place à ses côtés sur le sofa. Se faisant une place contre lui, elle s’assied en posant sa tête contre le torse de l’homme, presqu’au creux de son cou. Puis une autre gorgée de bière.  Mais je suis heureuse pour toi tu sais. Vraiment. Relevant sa tête légèrement, son nez frôla la mâchoire d’Helgi alors qu’elle déposa un léger baiser dans le haut de son cou, de façon amicale bien évidemment.  Tu m’oublieras pas dit, quand vous aurez votre maison, un chien, des bébés et votre petite vie parfaite? Elle en mettait plus que le client en demandait, mais c’était ce qu’elle souhaitait pour son ami. Une vie paisible, avec un être aimé. Ell espérait pour lui tout ce qu’elle ne pouvait lui offrir, lui donner.  Lors de votre sortie, tu pourrais pas lui demander s’il a des amis hétéros célibataires par hasard? Elle rit en se défaisant légèrement de leur position pour reprendre sa pointe de pizza entamée. Retrouvant le sourire peu à peu, elle lui demanda plus de détails.  Il est comment, ce Ric’ ? Je sais pas pourquoi, mais je le vois grand, musclé, ténébreux...avec un de ces regards mystérieux...Est-ce qu’il a cet accent Italien hyper charmant? Dis-moi que oui! Elle avait finalement les mêmes étoiles que lui dans ses yeux. Sa gestuelle était exagérée alors qu’elle décrivait l’homme imaginé. Elle finissait son morceau de pizza alors qu’elle écoutait Helgi le décrire, pour son plus grand bonheur.


time is long but life is short
lightning before the tunder ✻ And all my life, before I met you, when I was trying hard in love, I thought the sun was going down, but the sun was comin' up.
Revenir en haut Aller en bas
Helgi ArnkelsonLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1739-burning-desire-helgi#38 http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1745-burning-desire-helgi#38346
ID : Demon dance.
Faceclaim : Matthias Schoenaerts + © PRIMO.
Multi-comptes : Eskil Svendsen.
Messages : 108 - Points : 217

Âge : 38 ans.
Métier : Maçon et professeur de théâtre pour amateurs certains soirs.
Sujet: Re: Love is in the air. (eleanor) ( le Jeu 11 Jan - 11:53 )
Helgi avait redouté ce moment, parce qu'il signifiait d'étaler ses pensées sur ce fameux Ricardo. Ignorant l'essence de l'Amour, il avait de la difficulté à se dépêtrer de tous ses sentiments, et surtout à mettre des mots dessus. Il devait y voir plus clair pour en parler avec son amie, sans se perdre dans ses phrases ou être peu enclin à admettre son attirance forte. Il aurait préféré se l'épargner, parce qu'à cause de Ricardo, il se pose des milliers de questions sans réussir à les oublier. « Je ne savais juste pas comment l'exprimer. » Il demeure toujours introverti et réservé, même s'il est différent avec Ellie. C'est la seule avec qui il se détend vraiment, celle qui lui a permis de savourer des conversations pleines de confidence, sans craindre qu'elle ne se retourne contre lui un beau jour. Il a développé une véritable confiance vis-à-vis d'elle. Elle s'intensifie chaque fois qu'elle l'écoute attentivement et qu'elle prend le temps de l'aiguiller, sans jamais le juger. Encore une fois, elle l'éclaire sur les mauvais chemins qu'il pourrait prendre. « Oui sans doute. Je n'en ai pas la moindre idée. » Il ne connaît pas l'amour et ses règles, alors il préfère écouter sa meilleure amie. Elle part chercher une bière en continuant de lui répondre et de lui transmettre ses idées. « Oui, cela peut être bien. » Il réfléchit en même temps de parler, mais il est certain qu'avoir son amie à proximité pourrait ne lui procurer qu'une bonne dose de courage. Elle pourrait percevoir s'il est attiré ou non. Une autre idée lui traverse toutefois l'esprit, établie avec cette fougue qui ne demande qu'à être activée. « Ou alors je ferais peut-être mieux de laisser la spontanéité s'exprimer, sans réfléchir, et voir ce que ça donne. » Il prend note de ce qu'elle lui conseille, sans répondre, prenant le temps de laisser la réflexion guider ses pensées. Il se dit que cela pourrait être une bonne idée, de lui déclarer ce qu'il ressent, en cours de langue des signes, si la situation s'y prête. Pas forcément cette émotion pure et puissante, mais au moins l'attirance physique indéniable.

Ellie revient sur le canapé, lui tend sa bière et vient se blottir contre son torse, la tête dans son cou. Étonné, il se demande ce qu'il se passe, avant de glisser naturellement un bras autour de son épaule. Il referme son emprise et la maintient contre lui. Elle dépose ensuite un baiser contre le haut de son cou, et Helgi lui enserre son bras d'une de ses mains pour caresser sa peau et la rassurer. Elle semble tellement chamboulée qu'il ne peut qu'en être interloqué et inquiet. Elle lance enfin ce qu'elle a sur le cœur et le sien se comprime. « Jamais, parce que tu en feras forcément partie. » S'il ne l'apprécie pas, il finirait par le quitter. C'est un critère indéniable pour une mise en couple : tolérer Eleanor dans leur vie. Il ne pourrait pas se lancer sans cette condition correctement respectée. Il veut qu'elle égaille leur habitation, leurs quotidiens, sans être privé de cette présence qui réchauffe son cœur en toute circonstance. Depuis qu'il l'a rencontrée, c'est un nouveau souffle agréable, qui lui rend l'existence plus légère et plaisante. « De toute façon rien n'est fait, je ne crois pas lui plaire. Mais je veux essayer. » Et cette éternelle confiance en lui qui revient. Ses doutes l'assaillent sans relâche. Il est toujours persuadé qu'il n'a pas beaucoup de chance de plaire. Finalement Eleanor semble rassurée puisqu'elle reprend cette touche d'amusement pour continuer la conversation. Helgi se prend au jeu, se détend à son tour, et s'exclame avec des yeux rieurs. « Il n'a pas l'air d'avoir beaucoup d'amis. Mais on finira par te caser, un jour, toi aussi. Ou on finira en éternels célibataires et on habitera dans un refuge pour chats. » Le sourire de sa belle revient, se colle à sa bouche, et il provoque immanquablement le sien. Elle quitte sa position, se redresse, et recommence à manger les bouts de pizza. Helgi en fait de même, après avoir bu une gorgée de bière. « Il est vraiment timide. Beaucoup plus que moi. C'est bizarre, mais je trouve ça vraiment charmant. Pour le peu que j'ai entendu, son accent est carrément... à tomber par terre. » Il commence à peindre son portrait, comme elle semble le réclamer avec enthousiasme. Il ne cherche plus à fuir cette conversation, il plonge même dans cette description avec un plaisir particulier. « Il a pas l'air méchant, juste un peu bougon. Je crois qu'on pourrait facilement tout lui dire, tout lui donner, sans qu'il ne s'en serve jamais. » Il fait plusieurs pauses, pour trouver ses mots et dire exactement ce qu'il a envie d'exclamer. « C'est ce qu'il transpire, la gentillesse, la bienveillance. Il y a quelque chose de particulier sans son regard. Parfois il a ce sourire, un peu timide, le rouge au joue, comme s'il était à la fois content et gêné d'être là. Ou d'être face à moi. C'est ce que j'espère forcément. » Il sourit avec cette joie palpable et incontrôlable. C'est fou comme il peut se laisser influencer par ce sentiment nouveau. « Sans oublier son charme de dingue. Il n'est pas forcément musclé, même plutôt mince, une vraie asperge sur pattes. Je le trouve très beau dans son genre. Puis il a un regard très clair et mystérieux, et cette tignasse blonde totalement défaite. J'ai juste envie de passer mes mains dans ses cheveux pour tout remettre en place, tu vois le genre ? » Il est complètement cramé, il croit, mais n'ose pas décrire ses sentiments devenus évidents de manière orale. Il les garde enfouis au fond de son cœur, prêt à les exploser lorsqu'il sera face à lui.


D'abord, il y aura le manque. Collé à la peau, chevillé, à nous pourrir la vie, chacun de son côté. Cette obsession amère, cette souffrance continue, cet appétit désert, le monde qu'on regarde par-dessus. Tantôt on vole, tantôt on chute. Souvent on chute, la tête en bas. Au bout de quelques mois, il nous restera ça. Un stylo survivant, à l'origine à toi, devenu avec le temps, un marqueur de nous.
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Hoffman10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1836-a-friend-is-what-the-he
ID : F
Faceclaim : Carey Mulligan ©luxaeterna
Multi-comptes : Astrid & Sienna & Stella
Messages : 353 - Points : 173

Âge : 36
Métier : Aide-soignante
Sujet: Re: Love is in the air. (eleanor) ( le Dim 14 Jan - 20:54 )

Alors qu’Eleanor se fait une place auprès d’Helgi, il ouvre ses bras naturellement, pour la laisser s’installer auprès de lui. C’est comme ça entre eux depuis le début, une réelle chimie, une connexion parfaite. Ils n’ont pas besoin de se parler pour se comprendre, pour saisir ce dont l’autre a besoin, là, sur le moment. Il referme son bras autour d’elle, caressant doucement son bras de sa main. Elle est inquiète, sent qu’elle le perd un peu plus à chaque fois qu’il s’excite en parlant de Ricardo. Qu’arrivera-t-il de leur amitié, aura-t-il encore du temps pour elle? Elle s’imagine déjà leur vie, leur relation parfaite. Quelle sera la place d’Eleanor dans ce duo? Elle sourit un peu lorsqu’il dit qu’elle fera toujours partie de sa vie. C’est facile à dire, maintenant...on verra dans quelques années. Toujours collée contre lui, elle retire quelques mousses qui s’étaient accrochées au chandail de l’homme. Comme un vieux couple, ils prennent soin l’un de l’autre, naturellement. J’crois que je suis incasable...Y’a que toi qui m’aime en fait. Elle rigole un peu en se redressant pour le regarder. Helgi a toujours le don de la faire rire, de lui faire décrocher un sourire, même dans les moments les plus difficiles. Il sait comment lui faire du bien, comment la rassurer. C’est pourquoi elle se prend elle-même au jeu et lui pose un peu plus de questions sur Ricardo. Comment il est, à quoi il ressemble. Elle se l’imagine déjà sans sa tête, mais Helgi corrige le tir. Plus timide que toi? J’y crois pas une seule seconde. C’est vrai que des deux, c’était lui le plus introverti. Ellie était très expressive, bruyante même. Elle n’avait aucune gêne et parlait à tout le monde, lors de fêtes ou soirées. Helgi c’était celui qui était un peu en retrait, qui attendait qu’on vienne vers lui. Il commençait rarement les conversations et avait du mal à s’imposer. C’était peut-être aussi pour cela qu’il n’avait pas encore osé aborder Ricardo. Il avait besoin d’un peu de courage. Un peu comme ta tignasse quoi. Elle passe ses doigts dans les cheveux d’Helgi, le dépeignant un peu avant de se reculer sur le divan, prenant un coussin comme armure, pour se protéger. Elle savait bien que la réplique se ferait, les deux ayant tendance à se taquiner et se chamailler comme ça. Elle n’arrive malheureusement pas à éviter les chatouilles de l’homme, bien qu’elle le supplie d’arrêter. Dans le moment, Eleanor fait même tomber sa bière sa par terre, le liquide se vidant automatiquement sur le sol. Shit! Elle se lève aussitôt et court vers la cuisine pour prendre un linge mouillé. Elle revient aussitôt dans le salon et éponge la bière au sol, s’assurant de tout essuyer pour ne pas que ça colle trop. Ellie reprend son souffle alors qu’elle termine de ramasser le dégât. Elle reste assise quelques instants au sol, les yeux baissés. Dis, si c’était pas du fait que t’es...pas intéressé par les filles, tu aurais pu m’aimer? J’veux dire, tu te serais vu en couple avec moi? Elle n’ose pas le regarder, un peu gênée par sa question. Mais elle a besoin de savoir, besoin d’être rassurée. Que ce n’est pas elle le problème. Qu’elle n’est simplement pas tombée sur le bon mec encore.


time is long but life is short
lightning before the tunder ✻ And all my life, before I met you, when I was trying hard in love, I thought the sun was going down, but the sun was comin' up.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Love is in the air. (eleanor) ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Love is in the air. (eleanor) -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé