Revenir en haut
Aller en bas


 

- Allons prendre l'air... | AMARA -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Hôpital de Pellegrini
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Gabriele Conti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t748-c-est-marque-sur-nos-act http://ciao-vecchio.forumactif.com/t758-mon-temps-imparti-mon-esprit-glisse-ailleurs#13476
ID : Laurine
Faceclaim : Theo James ; Angie
Multi-comptes : Emma Cortesi
Messages : 221 - Points : 1005

Âge : 36 ans.
Métier : Agent infiltré dans un réseau de boxe sauvage.
Sujet: Allons prendre l'air... | AMARA ( le Jeu 19 Oct - 18:01 )
« Gabriele, tu peux accompagner Rafaele cet aprem pour une attestation qui risque d’être assez physique ? » demande le commissaire en entrant dans le petit bureau de l’agent détaché. A chaque fois qu’il y a une attestation un peu musclé et qu'il est au commissariat, on le demande. Depuis qu’il infiltre un réseau de boxe sauvage, l’homme a développé une musculature et une force encore plus intimidante qu'avant. Et le commissaire se sert de Gabriele comme « arme » a faire peur. Gabriele ne lève pas les yeux de son ordinateur, regardant un plan de route pour son infiltration de demain soir : un entrepôt bien planqué a la sortie de la ville. « Je ne bosse pas cet aprem, chef, je n’ai pas dormi cette nuit. » car il a combattu, deux matchs dont un plutôt difficile… contre une nana qui a une hargne impressionnante. Et cet après midi, il doit aller voir une amie qu’il n’a pas vu depuis des années. Car elle a souffert, Amara. Le flic a appris sa capture grâce à la police et il il ne l'a pas très bien vécu. Amara, il s’est attaché à ce bout de femme pendant plus d’un an. Elle a su l’écouter et lui aussi. Ces récits de guerre ont fait d'elle une femme admirable. Quand elle a été rapatriée à Naples, il n’a pas hésité à aller la voir et cet après midi il y retourne. Une fois par semaine quand il peut, histoire de lui changer les idées. 
 
Devant l'hôpital, Gabriele se gare sur le parking et entre dans le bâtiment blanc qu’il ne connaît que trop bien. Il se dirige vers les chambres de convalescence et croise le médecin d'Amara… et l’interpelle. « Excusez-moi, bonjour. Amara peut-elle sortir un peu, sur un fauteuil roulant ? Ca lui ferait du bien, au moral. » Dit-il sur un ton assez froid, comme à son habitude mais le toubib le dévisage sans vraiment se braquer : « Il n’y a pas de brancadier la prendre en charge et- »« Ca je m’en charge, je pense arriver à soulever le poids plume. Merci. » Et il tourne les talons pour s’approcher d’un fauteuil roulant vide tandis que le médecin précise qu’elle ne doit pas se fatiguer et que ça ne doit pas durer longtemps. Gabriele acquiesce simplement d’un signe de tête et toque à la chambre, n’attendant pas de réponse pour entrer. Il pousse la porte d’une épaule, entrant en poussant le fauteuil roulant et regarde Amara : « Allez ma grosse, on va faire une balade. » Dit-il avec une pointe d’amusement dans la voix, sachant que l’entrée en matière comme bonjour est loin d’être gentille, mais taquine. Il s’approche d’elle et demande : « T’es pas à poil sous tes draps, je peux t’embarquer ? »  


Never made it as a wise man.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Amara SheffieldLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1429-ghost-of-the-past-amara http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1437-a-picture-is-a-unforgettable-memory#27389
ID : kiss, Tiffany
Faceclaim : Stana Katic @cristalline
Messages : 153 - Points : 296

Âge : 34.5 ans
Métier : reporter de guerre, actuellement en convalescence
Sujet: Re: Allons prendre l'air... | AMARA ( le Ven 20 Oct - 21:55 )

   
ALLONS PRENDRE L'AIR
ft. Gabriele & Amara

   

   « SEEING YOU IS ENOUGH TO MAKE ME SMILE »
   
Je levais les yeux de mon magazine lorsque la porte de ma chambre s'ouvrit et que je vis le dos de Gabriele suivi d'un fauteuil roulant. Je le dévisageais lorsqu'il me salua de sa galanterie habituelle. Je posais mon magazine alors qu'il s'approchait et fis mine d'être outrée par ce qu'il venait d'insinuer. "Ca va pas ? Je tiens à ma pudeur !" Je me débarassais de mon drap, révélant une tenue décontractée et confortable. J'avais mis au placard les chemises d'hôpital dès le moment où j'avais pu recommencer à faire quelques pas. Je tenais à reprendre ma vie le plus vite possible et ça commençait par la façon de me vêtir. Je portais un legging foncé avec une tunique turquoise à manches longues, qui cachaient mes pansements aux bras. Je désignai mon corps d'un signe de mains pour lui prouver que je n'étais pas nue puis m'assis doucement au bord du lit. "Et d'où ça sort ça, "ma grosse" ? Je te rappelle que de nous deux, c'est toi qui a fait dérailler l'aiguille de la balance. Ma parole je n'arrive même pas à entourer ton biceps de mes deux mains !" Je joignis le geste à la parole et ma mâchoire se décolla en constatant que mon ami fidèle, celui qui était venu me voir dès mon retour en Italie, qui n'avait pas émis le moindre jugement sur ma situation ni sur mon vécu, qui m'avait accepté telle que j'étais, cet ami si cher à mon coeur, avait beaucoup changé pendant mon absence. Son travail lui imposait une certaine forme physique, qui lui allait bien soit dit en passant. Je m'appuyais sur lui pour me mettre sur mes pieds, profitant de notre proximité pour lui déposer un baiser sur sa joue barbue puis appréciai son aide pour m'installer dans le fauteuil. J'avais encore un peu de mal à bouger et je ne pouvais pas faire plus de quelques pas sans faiblir mais le progrès se faisait doucement sentir.
Une fois confortablement installée, je le laissais me guider vers la sortie de la chambre. Voir autre chose que ces quatre murs me faisait toujours un bien fou, même si ce n'était que pour aller à la cafétéria ou dans le parc de l'hôpital. Croiser d'autres personnes, des visages inconnus mais souriants, ça me faisait du bien. "On peut passer par la cafétéria ? J'adorerais boire un latte macchiato !" Je levais les yeux vers Gabriele qui me poussait à travers le dédale de couloirs. J'avais trouvé le fait d'être promenée comme une enfant un peu dégradant au début. Maintenant, je trouvais ça amusant Surtout lorsque celui qui poussait était un colosse de muscles. "On dirait que toi aussi, tu as besoin d'un café, je me trompe ?" Ses yeux étaient fatigués, je pouvais le voir derrière son sourire, même s'il n'en laisserait rien paraître, comme d'habitude.


   (c) made by panic!attack
   

   


when everything turns to grey
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Gabriele Conti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t748-c-est-marque-sur-nos-act http://ciao-vecchio.forumactif.com/t758-mon-temps-imparti-mon-esprit-glisse-ailleurs#13476
ID : Laurine
Faceclaim : Theo James ; Angie
Multi-comptes : Emma Cortesi
Messages : 221 - Points : 1005

Âge : 36 ans.
Métier : Agent infiltré dans un réseau de boxe sauvage.
Sujet: Re: Allons prendre l'air... | AMARA ( le Jeu 26 Oct - 17:56 )
Gabriele prend rarement des pincettes, disant ce qu’il pense sans filtre ou presque. Et malgré son habitude à être froid et distant avec les gens, il a ce côté taquin avec le sgens qu’il apprécie. Gabriele affiche un léger sourire amusé alors qu’elle sort de son lit. Habillée de manière simple, il se doute qu’elle n’est pas à poil toute la journée dans son plumard. Rester alité aussi longtemps, il n’arrive pas à comprendre comment elle fait, même si elle n’a pas le choix. Lui déteste ça. Surtout dans un hôpital, il signe toujours une décharge pour sortir dès qu’il se sent assez fort pour se lever. Il la laisse s’asseoir sur le bord du lit tandis qu’il coince le fauteuil avec le frein pour ne pas qu’il bouge et arque un sourcil alors qu’elle lui pelote le bras : « Hm… J’ai juste repris la boxe de manière… Intensive. Petite crevette. » Ajoute-t-il en la soulevant pour la mettre dans le fauteuil, délicatement afin de ne pas lui faire mal en l’installant mal. Elle va beaucoup mieux que la première fois qu’il l’a vu, il n’y a pas photo. Et ça lui fait plaisir de voir l’évolution de sa santé. Même si le moral ne doit pas être top après ce qu’elle a vécu, avec son amour qui est avec une autre en plus de ça… Il commence à rouler, prenant la direction de la cafétéria à sa demande et reste impassible et silencieux quelques secondes face à sa supposition. Il lâche un court soupir. Il doit avoir vraiment l’air fatigué pour qu’elle le remarque : « Le boulot est difficile, les nuits sont… Courtes. Dira-t-on. Je bosse principalement la nuit, en fait. Mais je ne peux pas trop en parler, tu le sais... » Il ne peut vraiment parler de ses missions d’infiltrations avec les gens qui l’entourent pour éviter de les mettre en danger ou que des infos fuitent. Il n’en parle qu’avec son chef et ses indics. Et ça lui permet aussi de décrocher quand il quitte le boulot, même si en réalité, il ne le quitte jamais vraiment. Hanté par ses enquêtes. « Et toi, tu as une date de sortie ou toujours pas ? » Arrivé à la cafét, il commande un latte macchiato et un double espresso bien serré, sortant un billet de dix euros pour payer les boissons et ajouter des petits gâteaux aux amandes à leur boisson. Il saisit le sac, le pose sur les genoux de sa malade : « Te brûle pas. Je nous emmène au parc pour déguster ça tranquille. » Hors du cadre hospitalier, il déteste cet endroit. «  Il vient te voir, Giovanni ? » Demande-t-il comme une simple question, même si dans le fond il sonde pour savoir où elle en est avec lui, ou plutôt lui avec elle. Il comprend Giovanni, elle revient après des années de silence, ça doit être dur à digérer pour les deux...


Never made it as a wise man.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Amara SheffieldLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1429-ghost-of-the-past-amara http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1437-a-picture-is-a-unforgettable-memory#27389
ID : kiss, Tiffany
Faceclaim : Stana Katic @cristalline
Messages : 153 - Points : 296

Âge : 34.5 ans
Métier : reporter de guerre, actuellement en convalescence
Sujet: Re: Allons prendre l'air... | AMARA ( le Mer 8 Nov - 18:23 )

   
ALLONS PRENDRE L'AIR
ft. Gabriele & Amara

   

   « SEEING YOU IS ENOUGH TO MAKE ME SMILE »
   
A chaque fois que Gabriele me rendait visite j'étais de bonne humeur. Il savait me faire rire et me faire oublier mes tracas avec ses taquineries et son attitude bienveillante envers moi. Une fois installée dans le fauteuil roulant, je le laissais me guider dans les couloirs pour atteindre la cafétéria et récupérer nos commandes. Ce n'était pas le meilleur café du monde et il était plus cher qu'en ville mais ça faisait l'affaire le temps que je puisse sortir. J'avais remarqué qu'il était fatigué ce qui n'était pas étonnant vu le travail qu'il faisait. J'avais parfaitement conscience qu'il ne pouvait rien me dire et je ne voulais pas le mettre dans une position délicate. Je m'inquiétais néanmoins pour sa santé. A force de laisser le sommeil de côté, il risquait d'être moins vigilant et de se mettre en danger. Je savais parfaitement à quel point il fallait être concentré dans son boulot, alors en tant qu'amie, c'était mon rôle de me soucier de lui. "T'en fais pas, je ne vais pas te faire un interrogatoire. Je constate c'est tout." Il détourna le sujet en me posant une question sur une éventuelle date de sortie. "Pas encore. Tant que je n'étais pas capable de marcher de toute manière c'était foutu. Donc je verrai d'ici là. En tout cas je fais tout pour accélérer ma guérison. J'en peux plus de ces couloirs aseptisés !" J'avais la chance d'être entourée d'un personnel compétant et compréhensif. Je n'étais pas toujours la plus patiente des malades et je m'en rendais compte souvent trop tard, après avoir exprimé un peu fort mon mécontentement. J'en avais tout simplement assez d'être enfermée dans ma chambre ou dans l'enceinte de l'hôpital. J'avais hâte de pouvoir quitter ce lieu ne serait-ce que quelques heures en journée pour revoir la ville de Naples dans son ensemble. Mais d'abord je devais être capable de marcher. Je tenais nos boissons tandis qu'il nous emmenait vers le parc autour de l'hôpital. Je me raidis à sa question suivante. "Il venait oui. Mais je lui ai demandé de ne plus le faire." Je savais qu'il serait surpris par ma réponse et même s'il ne pouvait pour le moment pas voir mon visage, ma voix trahissait ma souffrance. "Je me sens bien quand il est près de moi mais dès qu'il part, j'ai l'impression qu'il m'abandonne une nouvelle fois. C'est trop douloureux." Une fois dans le parc, je lui tendis son café puis voulus changer de sujet et dévier sur lui. Il ne pouvait rien me dire sur son job mais rien ne l'empêchait de me raconter d'autres choses sur sa vie. "Et toi les amours ? Ça ne peut pas être pire que moi de toute manière !"

   (c) made by panic!attack
   

   


Spoiler:
 


when everything turns to grey
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Gabriele Conti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t748-c-est-marque-sur-nos-act http://ciao-vecchio.forumactif.com/t758-mon-temps-imparti-mon-esprit-glisse-ailleurs#13476
ID : Laurine
Faceclaim : Theo James ; Angie
Multi-comptes : Emma Cortesi
Messages : 221 - Points : 1005

Âge : 36 ans.
Métier : Agent infiltré dans un réseau de boxe sauvage.
Sujet: Re: Allons prendre l'air... | AMARA ( le Dim 12 Nov - 17:55 )
Elle s’inquiète pour lui, mais il ne veut pas qu’elle le fasse. Car elle a déjà du soucis à se faire pour elle et sa santé, il ne vient pas pour qu’elle s’inquiète pour lui. Alors il esquive le sujet, un maximum. De toute manière, pour elle, il est agent de police. Il ne lui parle pas du fait qu’il soit agent infiltré pour ne pas qu’elle se fasse des films. Il faut vraiment qu’il arrive à se poser plusieurs jours pour avoir l’air moins crevé et que les gens lui posent moins de questions sur son état de santé. « Alors après le café, on va faire quelques pas histoire de remuscler tes cuisses de grenouille. Tu comptes reprendre le boulot ensuite ou chercher autre chose ? » Demande-t-il en la regardant. Il sait combien elle aimait son boulot, mais peut-être que l’expérience qu’elle a vécu l’a traumatisée et marquée au point d’abandonner son métier de reporter de guerre… Il la regarde alors qu’elle lui parle de Giovanni. Gabriele l’a déjà croisé, plusieurs fois, et il a bien vu que l’homme voyait une autre femme… Il ne peut pas le blâmer, les années passent sans nouvelles, le désespoir de revoir Amara… « Oui, je comprends… Tu démarreras une nouvelle vie, Amara. Avec, ou sans lui. Mais tu y arriveras. Comment tu le vis, tout ça ? » Le revoir, savoir qu’il a refait sa vie avec une autre et tout ça. Il gare le fauteuil roulant près d’un banc du jardin et s’installe, prenant son gobelet : « Pire, non. Tu sais, moi et l’amour… Je ne suis pas fait pour ça. »  Les femmes passent dans sa vie sans attache, depuis sept ans, il ne veut plus s’attacher. Il ne veut plus qu’une femme soit la cible de son métier. « Je suis plutôt du genre… Relation sans lendemain, tu vois ? Pas de prise de tête, pas d’anniversaire à se souvenir, pas de fleurs à offrir pour faire plaisir... » Rien de tout ça, il n’a pas envie. Gabriele boit une gorgée de son café et reprend : « Je vais finir retraité sur son voilier, ce n’est pas une bonne idée ça ? » Dit-il en posant son regard, presque amusé.


Never made it as a wise man.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Amara SheffieldLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1429-ghost-of-the-past-amara http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1437-a-picture-is-a-unforgettable-memory#27389
ID : kiss, Tiffany
Faceclaim : Stana Katic @cristalline
Messages : 153 - Points : 296

Âge : 34.5 ans
Métier : reporter de guerre, actuellement en convalescence
Sujet: Re: Allons prendre l'air... | AMARA ( le Mar 14 Nov - 18:02 )

   
ALLONS PRENDRE L'AIR
ft. Gabriele & Amara

   

   « SEEING YOU IS ENOUGH TO MAKE ME SMILE »
   
Je comprenais plus que bien qu'il ne pouvait pas parler de son boulot. Il côtoyait le danger tous les jours, tout comme moi lorsque j'étais en mission. Nous avions la passion de notre boulot en commun et ce n'était pas facile à comprendre. Mais nous, nous nous comprenions. Pas la peine de longs discours ni de grandes explications. "Cuisses de grenouille, vraiment ?" demandai-je en riant. Il n'avait pas son pareil pour me taquiner et ça me faisait du bien de rire un peu pour des broutilles. Sa question suivante, par contre, n'était pas humoristique et demandait tout mon sérieux. "Honnêtement, j'en sais rien. J'imagine que tout dépendra de ma rééducation... je n'y ai pas encore trop réfléchi." Mon métier comptait énormément pour moi. Mais depuis mon retour à Naples, je n'avais pas réfléchi à l'avenir. Ma place en tant que reporter avait été attribué à quelqu'un d'autre suite à ma disparition mais mon ancien employeur m'avait laissé entendre que je serais reprise si je décidais de revenir. Comme je n'avais aucune idée de ce que je voulais, je préférais laisser cette question de côté pour le moment. Je soupirais alors que Gabriele me garantissait que j'allais commencer une nouvelle vie. Je n'en avais aucun doute, sauf que tout était sous dessus dessous dans ma tête pour que je puisse être aussi enthousiaste que lui. "Je l'espère.. je l'espère vraiment Gaby. Mais je t'avoue que c'est dur. Je n'ai pas l'impression d'avoir perdu trois années puisque je ne m'en souviens pas. C'est comme si je me réveillais du jour au lendemain avec une vie qui partait complètement en vrille. C'est horrible." Je n'aimais pas me plaindre mais je savais qu'il appréciait que je me confie à lui. Et puis j'avais besoin de réconfort, il pouvait peut-être m'aider et me conseiller. Je l'écoutais me raconter sa façon de voir l'amour et je me demandais si au final il n'avait pas trouvé la solution pour ne pas souffrir. "Je pourrais traîner avec toi sur ton voilier ? J'ai l'impression que ce serait la meilleure façon de passer sa retraite." Voilier grâce auquel nous nous étions rencontrés, des années auparavant. Je souris en repensant à ce jour, où il m'avait prise pour une ennemie qui voulait lui nuire alors que je n'avais fait que prendre son bateau en photo parce que je le trouvais superbe entouré de la marée et du port. "Je crois que tu vas devoir m'apprendre deux ou trois trucs sur les aventures sans lendemain. Je vais peut-être me lancer là dedans moi aussi." Je levais mon gobelet comme pour trinquer à ce que je venais de dire. Je n'étais qu'à moitié en train de plaisanter. Je me rendais compte que mon coeur était en lambeaux et que le seul moyen de le protéger était d'éviter de tomber à nouveau amoureuse. C'était extrême comme solution, mais je n'avais rien de mieux à proposer pour le moment.

   (c) made by panic!attack
   

   


when everything turns to grey
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Allons prendre l'air... | AMARA ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Allons prendre l'air... | AMARA -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Hôpital de Pellegrini
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Hôpital de Pellegrini