Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] stabbed in the back | florianna & nato -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Nato Leonelli10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1327-rather-a-dangerous-free http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1330-walk-the-line-nato
ID : camille, tennessee
Faceclaim : chris evans + morsmordre
Messages : 134 - Points : 488
Âge : 32 ans
Métier : anciennement cuistot, il vient tout juste de trouver un boulot comme chauffeur personnel.
Sujet: [Terminé] stabbed in the back | florianna & nato ( le Mar 10 Oct - 17:44 )
Il était tard. Il faisait d'ailleurs déjà nuit, enfin sûrement. Cela faisait un bon moment que Nato ne regardait plus au dehors. Il était bien trop plongé dans la contemplation de son verre. Certains diraient qu'il était à moitié plein, lui il le voyait à moitié vide. C'est comme ça quand on n'a plus de but dans la vie, quand on a perdu son existence et qu'on a eu le coeur brisé. Et encore c'était un euphémisme. Rien n'est plus atroce que la perte lente et douloureuse d'un enfant, et c'est ce qu'avait vécu Nato. Pas un jour ne passait sans qu'il ne pense à son fils. Alors si Nato arrivait en général à garder la tête en dehors de l'eau parfois, bien plus souvent qu'il ne le voudrait, il se laissait sombrer dans l'alcool, pour oublier. Ce soir-là c'était ce qu'il faisait, il oubliait. A coup de whisky. Et ça marchait presque, du moins ça marcherait quand il en aurait bu un autre et encore un autre. Alors il avala son verre et demanda au barman de lui en servir un nouveau. Après tout pourquoi faire bonne figure ? Il avait bien ses soeurs et sa mère, mais elles n’étaient pas là, et puis elles ne savaient pas tout ce qu’il se passait dans sa tête. Elles ignoraient que Nato était si mal en point, après tout il se montrait sous son meilleur jour avec elles, il souriait, il faisait semblant d’être heureux. Pourquoi ne l’auraient-elles pas cru ? Il sortait tout juste de sept ans de prison, il devrait être heureux. Mais il se figurait avoir de trop lourds fardeaux sur les épaules. Alors il buvait, tout simplement. Il s’était de nouveau perdu dans son verre, et ses pensées, quand il sentit une présence derrière lui. Une femme. Elle lui adressa quelques mots et il eut l’impression étrange de reconnaître sa voix. Un peu suspicieux il se retourna lentement vers la demoiselle qui l’avait approché. “Floriana Mennini ? Tu dragues dans les bars toi maintenant ?” s’exclama Nato ne sachant pas trop comment réagir à cette apparition soudaine. Il avait un peu perdu l’habitude du contact humain en prison. “Je ne pensais pas que le monde pouvait autant changer en sept ans!” Comme d’habitude il essayait de plaisanter, pour ne pas montrer qu’il souffrait. Un stupide mécanisme de défense. “Comment tu vas depuis… le temps ?” demanda t-il alors en l’invitant d’un geste à prendre place sur le tabouret d’à côté.

@Floriana Mennini
Revenir en haut Aller en bas
Floriana MenniniToujours frais après un litre de café
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t691-floriana-sei-in-arresto http://ciao-vecchio.forumactif.com/t844-floriana-casier-relationnel
ID : Djoan, yohan
Faceclaim : Anna Kendrick + : © Avatar Djoan | gif Doriana : mrs chaplin | Gif Anna : Djoan | Sign : bat'phanie
Multi-comptes : Roberto Khalil & Danilo Mikklesen
Messages : 511 - Points : 606

Âge : trente-trois printemps.
Métier : PDG de TFPC.com (Te Fais Pas Choper, distributeur d'alibis).
Sujet: Re: [Terminé] stabbed in the back | florianna & nato ( le Mer 11 Oct - 15:37 )
Ce n’est pas tous les soirs que je pars à la chasse. J’ai mes habitués, mais parfois, j’ai besoin de changement. Je ne suis pas mariée, je ne compte pas me faire passer la bague au doigt. Qui serait assez fou pour ça ? Et puis je n’ai franchement pas de prétendant dans les parages, ni de sentiments pour l’un d’entre eux. Il n’y a pas un homme qui hante mes pensées. Quoi Jago ? C’est mon colocataire, c’est normal qu’il soit dans ma tête la plupart du temps, j’ai sa foutue image à chacun de mes réveils puisqu’il rôde dans l’appart. Qu’est-ce que j’y peux ? D’ailleurs, ce soir, il est en vadrouille cherchant une proie pour la nuit. Il n’a pas voulu me dire où il allait. Alors je fais la même chose de mon côté. Rien à foutre. Moi jalouse ? Absolument pas. Et non, je n’espère pas le voir dans ce bar ! Où peut-être un peu, mais c’est juste par curiosité. En parcourant la salle, j’observe le monde à la recherche de Ja…d’un éventuel homme pouvant passer la nuit avec moi. Je remarque de nombreuses personnes déjà en couple. Il y a deux ou trois groupes d’homme plutôt joyeux qui reluquent les serveuses, leurs langues presque pendantes. Aucun d’eux ne me fait de l’effet. Je m’avance vers le bar et c’est là que je le remarque. Son dos est si large que je pourrais me cacher derrière sans qu’on ne me voit. Ça me plait bien. J’ai toujours eu un faible pour les mecs baraqués.  Je sais, Jago n’est pas très baraqué, mais il… Hé ! Mais j’ai jamais dit que j’avais un faible pour Jago. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Je me place derrière cet homme et je lui dis, sans même me présenter : « Quelle carrure ! Y’a du boulot là-dessous. » Je sais que de nombreuses femmes sans trop d’assurance se seraient mordues la joue en pestant sur cette phrase ridicule. Moi, je m’en fous. Je sais que les hommes aiment qu’on les complimente. Ce que je n’ai pas prévu, c’est que cet homme était loin d’être un inconnu. J’ai failli avaler ma salive de travers lorsque lui-même n’a pas tarder à me reconnaitre. « Nato ! Qu’est-ce que… ? » Je suis, pour la première fois depuis bien longtemps, déstabilisée. J’ai envoyé ce mec en taule il y a quelques années. Je m’entendais pourtant bien avec lui, mais, très à cheval sur la loi à cette époque, je n’avais pas apprécié de le voir se servir dans les saisies de la police pour faire son propre commerce. Dans ma tête, je me suis imaginé des tas d’histoires, plus grotesque les unes que les autres, lorsque j’y repense. Aujourd’hui, j’en sais un peu plus sur le fond de cette histoire. Ce qui me fait presque regretter mon geste. Presque parce que je n’aime pas les regrets. Et dans les faits, je ne suis pas la seule à blâmer. Je décide de répondre à sa deuxième remarque au lieu de m’enfoncer dans ma surprise. Sourire aux lèvres, je m’installe à ses côtés : « ça a toujours été l’une de mes activités, tu sais. Mais c’est pas le genre de chose dont je parlais au collègue. Va savoir pourquoi ? » Peut-être parce que la profession est déjà bien assez macho comme ça. Je n’avais pas envie de passer pour la salope du commissariat. Bien que certains étaient bien au courant de mes activités pour avoir pratiqué. Nato n’en fit pas partie. Ce n’est pas par manque d’intérêt envers sa personne. Il était et est toujours à mon goût. C’est juste que, s’il y a eu des exceptions, je n’aimais pas lier le boulot à mes activités sexuelles. Et il a raison Nato, sur ce point, j’ai bien changé. J’observe le barman qui s’affaire un peu plus loin pour servir quelques clients, je peux attendre un peu, alors je pose mon coude sur le comptoir et pose ma tête sur ma paume tout en regardant le beau Leonelli, son regard est envoûtant : « Et bien tu as dû apprendre que j’ai démissionné de la police pour… » Je m’arrête, et bien que je continue à mentir sur ce sujet à tout ceux que je croise, je décide que je lui dois bien la vérité à lui. Alors je me rattrape : « Non, en fait, j’ai été virée pour faute grave. J’ai semé un vent de panique dans un centre commercial. Ca a fait pas mal de bruit. J’ai pris un projet scientifique d’un gamin pour une bombe et ai hurlé à la bombe. Y’a eu un mouvement de panique, des blessés et tout… Je n’en suis pas fière. » Je baisse les yeux. Ce n’était pas ma première bourde dans mes fonctions de policière. J’en avais fait des conneries, mais je pense que chacune d’entre elle a apporté des résultats. Je me suis toujours donnée des excuses, je n’allais pas changer : « Mais imagine si cela avait été une vraie bombe. J’en aurai sauvé des vies et j’aurai une médaille aujourd’hui. Au lieu de ça, c’est la médaille de la honte que je porte. » Je soupire, lasse de toute cette histoire. « J’ai soif, Elvino !! » je hurle en direction du barman que je vois sursauter. Si Nato doute de ma fidélité au bar, il peut se rendre compte, à présent, que je suis dans le vrai puisqu’à peine après m’avoir aperçu, Elvino me sourit et me prépare, sans même que je lui demande, un Mojito. Une fois qu’il le pose sur le bar, je lui adresse un grand sourire : « Merci, tu es un amour ! » J’ai pu paraitre brutal, mais ce n’est qu’un jeu entre nous. « Et toi, Qu’est-ce que tu deviens ? La dernière fois qu’on s’est vu,… » J’ai failli dire qu’il était menotté et s’apprêtait à rejoindre une cellule, mais je me suis interrompue pour reprendre : « Enfin, ça fait un bail maintenant. Cela dit, je comprends mieux la carrure. » je lui dis en parcourant son corps musclé, très plaisant à reluquer, sourire envieux aux lèvres. Je faisais bien sur référence à ses années de prison.


Moi t'aimer ? Plutôt mourir !
Si je te dis que je veux te parler : je veux entendre ta voix. Que je dois te voir :être près de toi. Que je veux du sexe : Étreins-moi ▬ Si tu me demandes si je t'aime, je rirai aux éclats et pleurerai dans mes draps.
Revenir en haut Aller en bas
Nato Leonelli10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1327-rather-a-dangerous-free http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1330-walk-the-line-nato
ID : camille, tennessee
Faceclaim : chris evans + morsmordre
Messages : 134 - Points : 488
Âge : 32 ans
Métier : anciennement cuistot, il vient tout juste de trouver un boulot comme chauffeur personnel.
Sujet: Re: [Terminé] stabbed in the back | florianna & nato ( le Dim 15 Oct - 11:33 )
Nato était sorti depuis quelques mois maintenant, et depuis il essayait de rester généralement au plus loin des postes de police. Après tout, il n'était plus flic, et il n'avait jamais été vraiment proche de ses anciens collègues. Enfin il avait eu son partenaire, mais il avait été tué en service, ça faisait un bail maintenant. Et il y avait Floriana, avec qui il avait bossé sans vraiment aller chercher plus loin. Il l'avait toujours trouvé sympa comme nana, mais bon, à cette époque il était déjà perdu entre son fils, l'hôpital et les saisies de drogues. Au final, heureusement qu'il avait été coffré, parce que toutes ces histoires commençaient à partir en vrille, les dealers commençaient à prendre le dessus il n'aurait pas pu gérer. Maintenant il était plus tranquille. Il n'avait plus de lien avec les criminels et encore moins avec la police. Il se contentait d'errer comme une âme en peine, et maintenant voilà qu'elle apparaissait. En toute honnêteté il n'était pas encore certain d'être heureux de la voir. Tout ce qui se rattachait à son passé était ce qu'il tentait de fuir en général. "Pour être honnête j'en avais aucune idée. Mais ça ne m'étonne même pas t'as toujours été une tête brûlée, agir et réfléchir après. C'est ce que j'aimais en toi. Toujours à fond même quand y avait pas besoin !" s'exclama Nato en rigolant. Il finit son verre tandis que le barman - que Floriana connaissait visiblement - préparait un mojito pour la demoiselle. Il profita que le barman soit à côté pour lui demander de remplir son verre. "La dernière fois j'étais menotté et prêt à rentrer en taule, ouais." Elle n'avait pas osé prononcé les mots. Tout le monde autour de Nato semblait marcher sur des oeufs, toutes ses connaissances en fait. Comme si en parler pourrait le faire péter un câble ou lui rappeler de mauvais souvenirs. Sauf qu'en vérité son temps en prison était ancré en lui à présent, il y pensait tous les jours. Pas un jour ne passait sans qu'il regrette presque d'être sorti. Presque. "J'ai pas mal soulevé de fonte ouais, faut croire qu'il y a au moins un avantage à être enfermé." Nato esquissa un sourire en suivant le regard de Floriana. Elle le dévorait des yeux, et en toute honnêteté c'était loin de lui déplaire. Il se permit à son tour de l'observer, ou plutôt de la reluquer lui aussi. "Faut dire que t'es pas mal non plus. J'avais jamais remarqué qu'il y avait un si joli corps sous l'uniforme!" dit-il avec un petit sourire en coin. "Et pour répondre à ta question, je deviens pas grand chose. Ex-taulard c'est pas super reluisant sur un CV. Et crois le ou non, mais ça plait pas tant que ça à la gente féminine, les bad-boys c'est surfait apparemment." lâcha t-il finalement, en ponctuant la fin de sa phrase par une longue gorgée de whisky.
Revenir en haut Aller en bas
Floriana MenniniToujours frais après un litre de café
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t691-floriana-sei-in-arresto http://ciao-vecchio.forumactif.com/t844-floriana-casier-relationnel
ID : Djoan, yohan
Faceclaim : Anna Kendrick + : © Avatar Djoan | gif Doriana : mrs chaplin | Gif Anna : Djoan | Sign : bat'phanie
Multi-comptes : Roberto Khalil & Danilo Mikklesen
Messages : 511 - Points : 606

Âge : trente-trois printemps.
Métier : PDG de TFPC.com (Te Fais Pas Choper, distributeur d'alibis).
Sujet: Re: [Terminé] stabbed in the back | florianna & nato ( le Dim 15 Oct - 22:34 )
Je sais que de nombreuses personnes culpabiliseraient s’ils étaient dans ma position. Mais je ne suis pas ce genre-là. D’accord, j’ai appris sa triste histoire un peu plus tard et j’ai un peu regretté de l’avoir balancé. Mais qu’est-ce que je pouvais faire d’autres ? Pardon ? Me taire ? Quelle idée ! Ouh ouh ! je suis Floriana, me taire ne fait pas partie de mes principes. Moi, je parle, toujours et tout le temps. J’aime parler. Dites-moi votre secret et le quartier sera mis au courant dans les plus brefs délais. Bon d’accord, j’abuse un peu. Je sais tenir ma langue. Mais pour ça, il me faut parler d’autres choses. Il faut que ma langue soit en exercice constant. C’est ainsi. Mais Nato l’a parfaitement compris, moi j’agis et je réfléchis après. Enfin, si je pense qu’il est nécessaire de réfléchir. Il m’arrive souvent d’agir pour agir. Sinon, je ne coucherai pas avec autant d’homme. « Que tu aimais chez moi ? Que tu parles au passé me brise le cœur. » Je lui avoue, une mine exagérément triste sur le visage. « Mais tu as raison, Je vais au bout des choses. La réflexion, c’est pour les tapettes. Pas que j’ai quelque chose contre les gays, c’est juste une manière de parler. Quand je vois certains au commissariat qui se pissaient dessus à l’idée d’aller arrêter un colosse… Et dire qu’ils bossent encore là-dedans eux. Pfff ! » Certains collègues n’avaient rien d’agent de police. Ils n’étaient pas faits pour le job, c’était évident. Il n’y avait qu’à voir leur tête lorsqu’on parlait d’affaires sérieuses et d’arrestations à venir. Moi, j’étais toujours la première à lever la main pour participer et j’étais toujours la dernière choisie d’ailleurs. Si j’avais le droit à quelques arrestations délicates, c’était grâce à mon binome. Sacré misogynie ! Le Mojito devant moi à présent, je porte ma bouche à la paille pour siroter cette fraiche boisson. C’est tellement bon que je vois le cocktail diminuer fortement alors que j’en bois quelques gorgées. Oui, j’ai soif. C’est souvent ce qui m’arrive lorsque j’ai chaud. Nato n’arrange rien à cette situation. Pendant qu’il me répond, je pose ma boisson et affiche un air navré. Je me retiens de lui dire que c’est en partie à cause de moi qu’il a fait un très long séjour chez les taulards. « C’est vrai ! J’aurai pu venir te voir à la prison, mais nous n’étions pas si proche que ça. Et puis bon, ça aurait fait mauvais genre. » Franchement ! J’ai envoyé quelques-uns des détenues en prison en affirmant que je détestais qu’on ne respecte pas la loi. J’étais comme ça à l’époque, très à cheval sur tout ça. Alors soutenir un collègue qui nous l’a mise à l’envers, très peu pour moi. « Excuse-moi hein ! Mais, surtout à l’époque, je n’étais pas très à l’aise avec les détenus. » Puis-je lui dire que je lui en ai voulu ? Je n’en fis rien, préfèrant l’écouter se consoler de sa détention qui lui a apporté une carrure digne des héros que l’on voit à la télévision. Je m’en mords la lèvre inférieure. Qu’est-ce que je pourrais faire de tout cela ? J’en ai bien une idée… Sortons toutes ces pensées de notre esprit et concentrons-nous sur ce qu’il a à raconter. « Attends, tu me dragues ? » Je demande en me tortillant un peu, sous l’excitation, un sourire amusé aux lèvres et le regard pétillant. Je vois bien son petit sourire à lui et le message qu’il incite. Il me fait un compliment et ce n’est clairement pas pour me déplaire. La suite de son récit est un peu moins joyeuse. Cela dit, je le soupçonne de jouer avec moi. Alors qu’il boit une partie de son verre de Whisky, je me penche et pose ma main sur sa cuisse : Merde que s’est musclé aussi ici ! Je me veux rassurante : « Je n’ai absolument rien contre les bad-boy, tu sais ? Et très honnêtement, c’est pour se donner un genre, toutes ces filles apeurées. Je suis sûre que derrière ton dos, elle ne demande qu’une chose : le contraire de ce qu’elles te font croire. Je vais te dire un secret : nous les filles, on ne dit pas toujours la vérité aux mecs, sur nos désirs. » Je quitte sa cuisse pour reprendre un peu de mon Mojito, mais avant, je préfère lui préciser : « Attention, ça ne veut pas dire qu’il faut nous forcer, non plus ! » Je me rends compte que mes paroles sont un peu floues. C’est vrai ce que je dis. Il n’y a qu’à voir avec mon coloc. Je le fais tourner en bourrique, pourtant, je veux toujours l’inverse de ce que je lui fais croire. Mais en même temps, cela pourrait être mal interpréter.


Moi t'aimer ? Plutôt mourir !
Si je te dis que je veux te parler : je veux entendre ta voix. Que je dois te voir :être près de toi. Que je veux du sexe : Étreins-moi ▬ Si tu me demandes si je t'aime, je rirai aux éclats et pleurerai dans mes draps.
Revenir en haut Aller en bas
Nato Leonelli10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1327-rather-a-dangerous-free http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1330-walk-the-line-nato
ID : camille, tennessee
Faceclaim : chris evans + morsmordre
Messages : 134 - Points : 488
Âge : 32 ans
Métier : anciennement cuistot, il vient tout juste de trouver un boulot comme chauffeur personnel.
Sujet: Re: [Terminé] stabbed in the back | florianna & nato ( le Dim 15 Oct - 23:26 )
Une sorte de jeu commençait à s'installer entre Nato et Floriana. Un jeu dangereux et ils le savaient tous les deux. Du moins Nato en était conscient, mais en vérité il en avait marre de devoir se contrôler en permanence, de devoir contrôler ses actes, ses gestes, ses mots, ses pensées. On l'avait relâché mais il était loin d'être libre au fond, et il en avait marre, alors il allait se libérer de ses chaînes et peut-être qu'il s'amuserait pour une fois. Peut-être qu'il oublierait sa vie merdique, ne serait-ce qu'un instant. Alors il jouait le jeu. "C'est parce que jusqu'à présent t'étais qu'un souvenir dans ma vie. Mais ça ne veut pas dire que les choses ne peuvent pas changer..." Nato avait le chic pour sortir des phrases dans ce genre là, à la limite entre le dénué de sens, le poétique et le mystérieux. Ou peut-être c'est qu'il disait juste ce qu'il lui passait par la tête, c'était sûrement ça être "spontané". "Tu les intimidais. Faut croire que certains perdent leur moyens devant une femme forte et sûre d'elle, d'autres trouvent ça plutôt excitant." Oui, Nato n'en loupait pas une. Et après tout ce n'était pas faux non plus ! Et puis il n'avait pas dit dans qu'elle "catégorie" il se trouvait, même si en le regardant, la dévorant des yeux, c'était plutôt évident. Mais en vérité elle avait raison, la plupart de ses anciens collègues n'étaient que des lâches qui n'étaient au poste que par complaisance et non pas par conviction comme il l'avait été autrefois. Il avait jadis cru aux vertus, aux valeurs, au bien et au mal. Avant il n'existait pas de gris pour Nato, mais un jour il avait eu un fils, son fils était tombé malade et il avait du renier tout ce en quoi il croyait par amour pour son enfant. Et puis il y avait eu la prison, évidemment. Il l'avait mérité et ne l'avait jamais renié. D'ailleurs il avait plaidé coupable et même pas pour réduire sa peine ou éviter les procès à rallonge, juste parce qu'il reconnaissait sa culpabilité, il avait même refusé au droit d'avoir un avocat. Il avait passé son temps en prison à retrouver ses valeurs d'antan, ou du moins essayer, parce qu'au fond il savait que plus jamais il ne redeviendrait ce jeune homme enthousiaste qui s'est enrolé dans la police pour faire régner le bien et mettre les méchants en prison. Le monde était bien plus complexe que ça, c'est après presque un an en isolement qu'il l'avait compris, après qu'il ai pu enfin recevoir sa première visite. "Dommage, j'aurais pas dit non à une visite conjugale!" s'était exclamé Nato, laissant échapper un petit rire avant de complimenter l'apparence de la jeune femme qui sembla remarquer, alors, qu'il la draguait. "J'ai failli croire que j'avais perdu tout mon charme! Et puis c'est toi qui a commencé !" s'exclama Nato avant d'enchaîner sur son petit monologue sur les bad boys. Soudain la main de Floriana se retrouve sur la cuisse de Nato. A lui seul ce contact déchaîna ses pensées, certaines images lui passaient en tête, des images qu'il ne pourrait pas réprimer tant que cette main se retrouverait aussi proche de sa virilité. Quand cette main se retira, Nato se pencha vers son ancienne collègue et demanda "Et toi qu'est-ce que tu désires ?"
Revenir en haut Aller en bas
Floriana MenniniToujours frais après un litre de café
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t691-floriana-sei-in-arresto http://ciao-vecchio.forumactif.com/t844-floriana-casier-relationnel
ID : Djoan, yohan
Faceclaim : Anna Kendrick + : © Avatar Djoan | gif Doriana : mrs chaplin | Gif Anna : Djoan | Sign : bat'phanie
Multi-comptes : Roberto Khalil & Danilo Mikklesen
Messages : 511 - Points : 606

Âge : trente-trois printemps.
Métier : PDG de TFPC.com (Te Fais Pas Choper, distributeur d'alibis).
Sujet: Re: [Terminé] stabbed in the back | florianna & nato ( le Lun 16 Oct - 18:51 )
J’aimais beaucoup le jeu de la séduction avant une bonne conclusion au plumard. C’était toujours appréciable de se sentir attirante, surtout lorsque la barre de la trentaine avait été franchie. Je n’ai pas l’impression de ressembler à la plupart de mes anciens camarades de classe. La plupart sont mariés, parfois divorcés, ils ont des enfants, des animaux de compagnie, une maison, un monospace. Yieurk, ce n’est clairement pas ma vie. Lorsque je vois leur profil sur facebook, je suis obligé de m’accompagner d’une bassine pour pas dégueuler sur mon clavier. Et on me dit : Ah mais tu ne sais pas tant que tu n’y as pas goûté. Ben voyons ! Permettez-moi de vous dire qu’actuellement, j’ai envie de goûter à autre chose. (Et ne soyez pas aussi focaliser sur ce que votre esprit pervers vous incite à croire. Je ne parle pas forcement de cette partie-là.). Mon regard traduit forcément ce désir qui ne me quitte plus depuis que je l’ai vu assis au bar. Voir son visage n’a qu’amplifier les choses, malgré un sentiment de reproche qui m’avait assaillie pendant quelques secondes. A présent, je vois bien que notre intérêt est peut-être partagé. Je souris donc lorsqu’il me fait comprendre que je n’étais qu’un souvenir et qu’il y avait moyen de contrer cela. J’explique ma relation avec les anciens collègues et la remarque de Nato me décroche un air intéressé. « Et tu te situais où toi ? Parce qu’à mon souvenir, tu ne m’as jamais dragué au boulot. » Je fais des gros yeux choqués, prête à lâcher une connerie : « Ne me dis pas que… dans les vestiaires…tu pensais à moi ? » Je baisse la tête de manière défaitiste et lâche : « Quel gâchis ! »  C’est vrai, s’il était intéressé et pensait à moi pendant ses petites affaires, j’aurai préféré en profiter. Je tentais de le faire rire parce qu’on dit souvent femme qui rit à moitié dans ton lit, mais je suis persuadé que ça fonctionne aussi chez les mecs. Ne me retenant pas sur la boisson, je la vois diminuer à vue d’œil, espérant que Elvino s’en aperçoit rapidement pour le remplir de nouveau. S’en suivit le sujet de la prison. Ce n’est pas que ça me met mal à l’aise, mais plus on s’approche de ce sujet, plus l’envie de lui dire que je suis, en partie, la cause de son emprisonnement me tiraille. Alors je fais bonne figure, me montrant plutôt franche, évasive et souriante. Mon sourire, cette fois, n’a rien de joyeux. Il est un mélange de compassion et de regret. Je ne peux me retenir de tenter de cacher tout ça : « Et voilà que tu nous maries. J’ai peut-être loupé quelque chose avec toi. » Je lance, un clin d’œil pour clôturer ma phrase. Je n’approuve pas l’idée du mariage. Je sais ! On va encore me dire que c’est parce que je n’y ai pas encore goûté. Mais cette idée d’être dépendant d’une autre personne me perturbe. J’aime ma liberté, ne rien devoir à personne d’autres qu’à moi. Je ris à la façon dont il détourne ma question. J’ai l’impression d’être retourné sur les bancs de l’école, à jouer à nos jeux d’enfant. C’est toi qui a commencé. Même pas vrai ! Il est une atteinte à l’abstinence. Comment le regarder et croire qu’on peut éviter de fantasmer sur sa personne ? Je ne réponds pourtant pas à sa remarque, préférant me contenter de l’écouter me parler de ses expériences. Ce n’est qu’après cela que je décide de jouer franc jeu, en posant ma main sur sa cuisse, tentant de le rassurer sur le charme qu’il dégage. Si ma main est ici, ce n’est pas anodin. Je sais bien qu’un homme désireux perd le contrôle lorsqu’on effleure cette zone. Il ne peut pas en sortir indemne ou alors il est complètement hermétique à ma personne. Mais lorsqu’il se penche pour répondre à mes paroles, je comprends que ce n’est pas le cas. J’ai profité qu’il se soit approché de moi pour lui susurrer ceci à l’oreille : « Moi ? Je veux qu’un bad boy s’occupe de moi. Et toi ? »  Je recule mon visage pour plonger mon regard désireux dans le sien, puis, me mordant la lèvre inférieure, j’observe ses lèvres. Je ne cache clairement pas ce que j’attends de lui.


Moi t'aimer ? Plutôt mourir !
Si je te dis que je veux te parler : je veux entendre ta voix. Que je dois te voir :être près de toi. Que je veux du sexe : Étreins-moi ▬ Si tu me demandes si je t'aime, je rirai aux éclats et pleurerai dans mes draps.
Revenir en haut Aller en bas
Nato Leonelli10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1327-rather-a-dangerous-free http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1330-walk-the-line-nato
ID : camille, tennessee
Faceclaim : chris evans + morsmordre
Messages : 134 - Points : 488
Âge : 32 ans
Métier : anciennement cuistot, il vient tout juste de trouver un boulot comme chauffeur personnel.
Sujet: Re: [Terminé] stabbed in the back | florianna & nato ( le Lun 16 Oct - 22:24 )
Les choses commençaient sérieusement à s'épicer et ce n'était pas pour déplaire à Nato, ni à Floriana pour ce qu'il en savait. Le plus drôle c'était que jusque là il n'avait jamais pensé à elle comme ça. Faut dire qu'à l'époque il avait d'autres choses à l'esprit, et puis il avait une copine aussi surtout. Il avait peut-être l'air d'un bad-boy mais au fond Nato était un mec gentil, le genre affectueux avec qui on aime faire des câlins. Du moins c'est ce qu'il était avant son passage en prison, en fait avant de devenir père plutôt. Aujourd'hui il ne savait même pas lui même ce qu'il était vraiment. Ce qui était sûr c'est qu'il était loin de vouloir s'engager, avec qui que ce soit, il était fermé totalement aux sentiments, il ne voulait pas se livrer. Il se le refusait, même si ce n'était pas vraiment conscient. "Te lance pas trop de fleurs Mennini, j'étais un gentil garçon à l'époque, et j'avais une copine." lança Nato en réponse à Floriana, son éternel sourire en coin accroché à ses lèvres. Oui, ça pour avoir changé, il avait changé. Il avait l'impression que c'était une de ses anciennes vies, comme un lointain mirage qui n'avait jamais vraiment existé. La prison change un homme, oui certainement. Mais la mort d'un enfant encore plus, il en avait vécu des épreuves le beau Leonelli. Il s'était construit sa petite carapace et s'était barricadé derrière un sourire enjôleur et des blagues. C'est ainsi qu'il avait suggéré que des visites conjugales n'auraient pas été du luxe avec elle. "Du calme, il en faut plus pour me passer la bague au doigt !" répliqua t-il, sentant la tension s'accumuler entre eux. Après tout, Nato était croyant, pur fruit de l'éducation religieuse de ses parents, alors il croyait en l'institution du mariage. Seulement, pas pour lui. Se retrouver marié ce serait comme retourner en prison pour lui au final. Il fallait déjà qu'il trouve qui il était vraiment, qui il était devenu, avant de même ne serait-ce que songer un jour -lointain- à se chercher une épouse pour vivre des jours heureux comme dans ces comédies romantiques à la noix. La tension entre Nato et Floriana arrivait à son paroxysme, il le sentait, ils le sentaient tous les deux. "Moi c'est toi que je veux." Sans plus attendre, Nato franchit le maigre espace qui les séparait encore, laissant sa main rapprocher le visage de Floriana, pour venir plaquer ses lèvres contre celles de la brune. Sa langue, avide de sensations, ne tarda pas à franchir le rempart de leurs lèvres, venant danser autour de celle de sa partenaire. "Et si on se trouvait un endroit plus tranquille ?" proposa Nato dont le corps tout entier n'allait pas tarder à s'enflammer pour de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Floriana MenniniToujours frais après un litre de café
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t691-floriana-sei-in-arresto http://ciao-vecchio.forumactif.com/t844-floriana-casier-relationnel
ID : Djoan, yohan
Faceclaim : Anna Kendrick + : © Avatar Djoan | gif Doriana : mrs chaplin | Gif Anna : Djoan | Sign : bat'phanie
Multi-comptes : Roberto Khalil & Danilo Mikklesen
Messages : 511 - Points : 606

Âge : trente-trois printemps.
Métier : PDG de TFPC.com (Te Fais Pas Choper, distributeur d'alibis).
Sujet: Re: [Terminé] stabbed in the back | florianna & nato ( le Dim 22 Oct - 14:47 )
Je suis de ces femmes qui n’ont pas froid aux yeux. Alors lorsqu’il s’agissait de trouver un partenaire pour la nuit, mes scénarios catastrophe étaient en mode pause. Le désir prend le dessus. De tout façon, je sais me défendre. En témoigne les nombreux délinquants qui m’ont affronté. J’avoue que j’ai souvent été aidé par mon coéquipier de l’époque, et parfois cela ne s’était pas bien terminé pour lui, En témoigne ces quelques séjour à l’hôpital.. Mais je n’y pense pas lorsqu’il est question de prendre du bon temps. Aujourd’hui, j’ai de la chance. Devant moi, il y a le fantasme de l’ex-taulard à la carrure impressionnante, mais ancien flic dont je connais la gentillesse. La prison l’a peut-être changé et je me risque alors à un jeu dangereux dans ce cas. Vivre dangereusement, n’est-elle pas la plus belle façon de vivre ? Bien que je le taquine, je le vois me reprendre, non sans charme. Il n’arrange rien à mon état, car à l’intérieur, je boue. « Ah ce n’est pas moi qui ai parlé de visite conjugale. Je ne fais qu’emprunter tes propos. » Je lui réponds en posant mes lèvres sur la pipette de mon cocktail, mon regard toujours ancré dans le sien afin d’y voir sa réaction. C’est marrant, mais plus le temps passe et plus nos réponses sont courtes, surtout les miennes et me voilà à lui avouer que j’ai envie de lui, aux creux de son oreille. Sa réponse est sans appel et il lie le geste à sa parole en m’embrassant langoureusement. Cette fois, c’est bon, je suis au maximum de mon excitation. Si je n’avais pas un minimum de pudeur, j’aurai continué notre affaire devant tout le monde. Mais il interrompt ce baiser pour nous permettre de trouver un autre endroit, plus intime. Moi, je me pince les lèvres pour me donner l’impression qu’il m’embrasse encore. Je jette un coup d’œil au barman. Ce dernier croise mon regard et comprend tout de suite de quoi il est question. Il est à l’autre bout et je vois bien qu’il n’est pas d’accord. Mais le temps qu’il vienne jusqu’à nous, j’ai déjà pris la main de Nato et l’entraine avec moi : « Viens avec moi. Je sais où on peut aller. » J’entends mon prénom derrière nous, je n’y fais pas attention. Je me dirige vers les toilettes, mais avant d’y arriver, je me tourne vers une porte où il est noté « Personnel uniquement ». J’ai bien compris à la réaction d’Elvino qu’elle ne serait pas verrouillée, alors je tourne la poignée, et nous entrons dans un grand bureau. Il n’y a personne, alors j’entraine Nato dans la pièce et ferme la porte derrière moi. C’est seulement après que je plonge sur ses lèvres, tentant de combler ma petite taille en m’accrochant à son cou et en tenant sur la pointe de mes pieds. Je vous avoue que ça n’est pas évidant, surtout à talon haut, mais lorsqu’on désire à ce point une chose, les obstacles sont tous surmontable. Je ne tarde pas à trifouiller sa ceinture afin de lui ôter, tout cela sans quitter ses lèvres, nos langues entrelacées, dansantes l’une avec l’autre. Je me suis mise contre la porte, afin que personne ne puisse entrer, mais je sais parfaitement que cela sera le cadet de mes soucis dans les prochaines minutes.

HS:
 


Moi t'aimer ? Plutôt mourir !
Si je te dis que je veux te parler : je veux entendre ta voix. Que je dois te voir :être près de toi. Que je veux du sexe : Étreins-moi ▬ Si tu me demandes si je t'aime, je rirai aux éclats et pleurerai dans mes draps.
Revenir en haut Aller en bas
Nato Leonelli10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1327-rather-a-dangerous-free http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1330-walk-the-line-nato
ID : camille, tennessee
Faceclaim : chris evans + morsmordre
Messages : 134 - Points : 488
Âge : 32 ans
Métier : anciennement cuistot, il vient tout juste de trouver un boulot comme chauffeur personnel.
Sujet: Re: [Terminé] stabbed in the back | florianna & nato ( le Mer 6 Déc - 16:03 )
Il est évident qu'en prison les distractions sont moindres et en général, les détenus fraîchement libérés en profitent un maximum. Et c'est ce que Nato avait fait, et faisait encore. Après tout il était libre, il n'avait de comptes à rendre à personne - enfin, pas de ce côté là en tout cas. Alors oui Nato prenait du bon temps, il se fichait des conséquences, il ne voulait pas se poser mille questions. Et surtout il ne voulait pas se sentir entravé à nouveau. Il était absolument hors de question qu'il se laisse entraîner dans une relation de couple avec des sentiments et toutes les conneries qui vont avec. Il avait travaillé pendant des années pour se refermer, pour se réparer et il ne voulait pas souffrir à nouveau. Même si au fond aucune femme ne l'avait fait souffrir, c'était le fruit de sa relation qui l'avait détruit. Quoi qu'il en soit, il était temps pour lui de passer du bon temps, comme il en avait bien l'habitude ces derniers temps. Alors il se laissa entrâiner à la suite de Floriana. Pendant un instant il pensait qu'elle allait le conduire aux toilettes - et ça n'aurait pas été la première fois qu'il aurait fait des bêtises dans des toilettes publiques - mais elle se détourna au dernier moment pour entrer dans un endroit "réservé au personnel". "Je me trompe où je suis pas le premier mec que t'emmène ici ?" demanda t-il avec un grand sourire. Au fond il se fichait bien de sa réponse. Après tout il était évident qu'ils avaient tout les deux une certaine expérience dans le domaine. D'ailleurs son attention se reporta très vite sur les lèvres de la demoiselle et les courbes de son corps. Il allait la soulever pour rendre la "manoeuvre" plus simple, mais elle se mit à détacher sa ceinture. Il décida donc de se contenter de caresser ses hanches, le bas de son dos, ses fesses. Il ne voit peut-être pas grand chose mais ce qu'il touche le satisfait déjà grandement. Tout comme le témoigne la bosse qui se forme peu à peu, rendant son pantalon de plus en plus étroit. Finalement il laisse ses lèvres dériver, il embrasse sa mâchoire puis vient se nicher dans son cou tandis que sa main se pose sur son ventre et monte jusqu'à sa poitrine qu'il se met à caresser. Il se recule un instant, et lui enlève ce haut qui n'est qu'une entrave à ses caresses. "Ce que t'es bien foutue..." lâcha t-il alors que son regard était rivé sur la poitrine de Floriana. Quelques seconde plus tard ses lèvres en épousaient déjà les courbes, les découvrant, les parcourant. Si la plupart des hommes préféraient les fesses des femmes, Nato, quant à lui, ne résistait pas à une belle poitrine comme celle qu'il avait justement sous les yeux.

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Floriana MenniniToujours frais après un litre de café
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t691-floriana-sei-in-arresto http://ciao-vecchio.forumactif.com/t844-floriana-casier-relationnel
ID : Djoan, yohan
Faceclaim : Anna Kendrick + : © Avatar Djoan | gif Doriana : mrs chaplin | Gif Anna : Djoan | Sign : bat'phanie
Multi-comptes : Roberto Khalil & Danilo Mikklesen
Messages : 511 - Points : 606

Âge : trente-trois printemps.
Métier : PDG de TFPC.com (Te Fais Pas Choper, distributeur d'alibis).
Sujet: Re: [Terminé] stabbed in the back | florianna & nato ( le Lun 11 Déc - 18:15 )
Pourquoi j’ai mis fin à ce petit jeu ? Ça ne me ressemble pas. Je sens que je vais le regretter et probablement être frustrée toute la nuit. Qu’est ce qui me prends de dire non à ce corps qui me fait tant baver ? Ok, les mecs ne sont pas des bouts de viande, mais on ne parle pas de sentiments là ! Juste de plaisir charnel. Alors pourquoi ma conscience me dicte d’agir ainsi ? Quelle connerie ! En quittant la police, je crois qu’un déclic s’est produit en moi. Je crois que j’ai dit au revoir à mon rêve de gamine et, de ce fait, j’ai aussi enterré une partie de ma puérilité. J’en ai gardé un peu, faut pas déconner. Mais être à la tête d’une entreprise m’a poussé à être plus responsable. Je réfléchis avant d’agir. Enfin, parfois, je réfléchis pendant que j’agis, comme maintenant. Et me voilà à mettre un terme à une nuit de folie. Le pire, c’est que je ne déteste pas la femme que je suis en train de devenir. L’ancienne Floriana m’exaspère parfois et dans certains cas, elle me dégoûte, comme cette fois où j’ai envoyé Nato en prison. Ce dernier doute de mes paroles, mais je sais que dans quelques minutes, il pensera le contraire. Peut-être sera-t-il dégouté d’avoir ressenti de l’attirance pour moi. Je le préviens : « Oh que si, il n’y a pas de doute possible là-dessus, crois-moi. » Je lui parle comme si c’était une évidence. Et c’en est une. Il se pose des questions, croit qu’il est la cause de ce revirement. Non, celle qui a un problème, c’est moi, pas lui : « Ce n’est pas toi. ? C’est moi. J’ai l’impression de profiter de la situation. Habituellement, je m’en fous. Agir avant de réfléchir, ça a longtemps été ma devise. Mais je crois que j’ai une conscience aujourd’hui. » Je soupire et j’en profite pour dégager mon bras de ses caresses. Non pas qu’elle ne me plaise pas. Je ne les mérite simplement pas. Et il en sera persuadé dès qu’il en connaitre les tenants aboutissants. Je pénètre son regard. Maintenant que cette lampe est allumée, je peux me perdre dans la beauté de celui-ci. Je me perds parfois sur son torse aussi, mais me ressaisis rapidement. Je ne veux pas faire machine arrière, je lui dois bien ça. La culpabilité n’a jamais été aussi présente qu’aujourd’hui. « J’ai un aveu à te faire. Ça ne va vraiment pas te plaire. » Je reste muette quelques secondes et me permet de remettre mon haut. La fête est finie. Je baisse ensuite les yeux et ose enfin le fixer : « Je suis celle qui t’a dénoncé il y a sept ans. » Je n’en mène pas large. Je sais qu’il va m’en vouloir. J’ai des choses à dire, mais pour une raison qui m’est inconnu, je suis n’arrive pas à continuer, à me justifier.


Moi t'aimer ? Plutôt mourir !
Si je te dis que je veux te parler : je veux entendre ta voix. Que je dois te voir :être près de toi. Que je veux du sexe : Étreins-moi ▬ Si tu me demandes si je t'aime, je rirai aux éclats et pleurerai dans mes draps.


Dernière édition par Floriana Mennini le Sam 13 Jan - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: [Terminé] stabbed in the back | florianna & nato ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] stabbed in the back | florianna & nato -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto