Revenir en haut
Aller en bas


 

- Walking my shoes ~ Eliott Braxton -

CIAO VECCHIO :: Partie Hors Jeu :: Archives :: Fiches
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
InvitéInvité
avatar
Sujet: Walking my shoes ~ Eliott Braxton ( le Sam 16 Sep - 17:49 )
They showed me a world where I could be so dependable, clinical, intellectual, cynical...
ELIOTT BAXTON
scénario de Milo Ferrucci
identité : Eliott William Braxton. On l'a longtemps surnommé "son âge, Angleterre" lors des castings. Certains le nomment la "tête brûlée" en raison de son mépris des risques. Enfin, ces derniers mois, il semble tout de même s'être quelque peu rangé, cela dépend des jours. Ses humeurs varient allègrement.

naissance : Il a 28 ans et est né dans le nord de Londres un 29 janvier 1989.

origines : Keep calm and be british. Ses origines, il ne les nie pas, que du contraire. S'il aime bien frimer deux, trois mots dans la langue des pays où il doit mettre les pieds pour ses castings, il brille de toute sa splendeur lorsqu'il s'exprime de son anglais maternel. Il vous en fera avec plaisir, des plaisanteries sur les Américains. Il lui arrive souvent d'avoir le mal du pays, même s'il ne l'avoue pas tout haut et qu'il clame plus souvent que nécessaire son indépendance par rapport à sa famille.

statut : Célibataire, il a longtemps collectionné les aventures. Ses relations sérieuses - avec des femmes exclusivement - n'ont jamais duré plus de quelques mois. À vrai dire, il finit toujours par se demander l'utilité de s'encombrer d'une petite amie, alors qu'il ne s'attache pas vraiment. Il a un drôle de rapport au sexe par ailleurs, ne s'y intéresse pas particulièrement pour quelqu'un qui n'hésite pas à se ramener de la compagnie. Mesdames, vous risquez d'être déçues de son bien peu de dévouement si vous partagez ses draps. L'hétérosexualité s'est imposée à lui comme une simple norme, sans se poser la moindre question sur le sujet. À dire vrai, il lui arrive quelques fois de poser les yeux sur les hommes. Mais en être attiré ?... Cela lui évoque une toute drôle d'impression pour le moment, comme une lutte pour sa virilité qu'il n'est pas prêt à perdre même au profit d'une nouvelle expérience qui, avouons-le, attise chez lui une certaine curiosité.

métier :Mannequin depuis neuf ans. Il aurait voulu être acteur, monter sur les planches des théâtres londoniens ou jouer pour la caméra... Avouons donc qu'il ne se trouve pas si mal sous les flashs des caméra et en première page des magazines.

argent :Il a un compte en banque bien fourni, même si son ancien agent lui a pris une grosse part sur ce qu'il touchait réellement. Cela lui permet d'ailleurs de se montrer gosse pourri gâté quelques fois, même s'il a appris ces dernières années à s'occuper de lui-même et donc, à faire preuve de la maturité nécessaire pour être pris au sérieux par les bonnes personnes.

à Naples depuis le : Eliott est Napples depuis à peine moins de trois ans. Il y fêté son vingt-cinquième anniversaire. C'était une idée de son ancien agent, question de l'isoler un peu plus de sa famille et de mieux pouvoir le contrôler. Londres lui manque, mais il s'est aussi attaché à la ville et au soleil italien.

   Il est le premier à en être irrité, mais quelque chose au plus profond de lui...est toujours en colère. Cela se cache derrière ces grands éclats de rire, les moqueries, son côté irrémédiablement séducteur avec les femmes et l'évidente passion qu'il a pour son boulot. Enfin, même cela, il n'est pas rare qu'il se mette à bouder ou à faire des siennes avec de véritables conneries sans importance. Ce n'est pas qu'à l'adolescence qu'on peut avoir cette impression d'être incompris. Il s’enivre de tout, veut faire de nouvelles rencontres, vivre à cent mille à l'heure, mais toujours lui revient ce sentiment de profonde insatisfaction. Eliott ne l'a pas eu facile, à vrai dire. Plus jeune de sa fratrie, il a hérité des miettes de tout le monde. Il n'était pas moins aimé, seulement, en étant le cinquième enfants forcément, ses deux frères et ses deux soeurs pouvaient lui filer un tas de leurs vieilles babioles au lieu qu'on ait à lui en acheter de nouvelles. Ça en a fait un enfant gâté aussitôt baigné dans le monde de la mode. Pour la première fois, il avait droit à tout ce qu'il pouvait bien vouloir, l'attention des gens par-dessus tout. Eliott aime qu'on le regarde, essayez de l'ignorer une minute pour le voir faire des pieds et des mains pour capter l'attention à nouveau. Il ne supporte pas les gens qui veulent l'utiliser, car il a déjà assez donné en la matière lors de ses premières années de mannequinat avec son ancien agent. Il peut se montrer extrêmement mesquin lorsqu'il a le sentiment que l'on tente de le mener en bateau ou alors, un peu trop protecteur envers les quelques rares personnes qui gagnent vraiment sa confiance et son affection. Au fond, c'est tout de même un type brillant qui s'intéresse à un tas de choses. Il s'y connait plutôt bien en cinéma international, à force des longues heures passées en déplacement qu'il investit souvent à regarder des films de partout dans le monde. Il aurait d'ailleurs aimé être acteur, avant de ne se dédier au mannequinat. Il aime bien les langues aussi, ce qui lui permet de frimer devant les jolies filles peu importe dans quel pays il se trouve. Autodidacte, il a appris à parler français et italien sans jamais avoir eu à suivre de cours et a quelques bases en espagnol. Malgré tout, Eliott peut faire de grands efforts pour avoir l'air plus idiot qu'il ne l'est vraiment. Les apparences comptent énormément pour lui et il ne veut pour rien au monde avoir l'air d'un type ennuyant la tête fourrée dans les bouquins.

   
poids :
72 kg
alcool :
2 verres
cigarettes :
0 par jour


   la chanson la plus écoutée en boucle :
Dreamer Supertramp

   

   conclusion de votre vie. La trentaine, vous en connaissez vous, une chose plus terrifiante que cela ? Au plus profond de lui, Eliott a le sentiment d'être une coquille vide. Le beau gosse que l'on voit dans les magazines, qui se ramène les plus jolies filles, qui ne manque pas de fric dans son compte en banque. Mais en vérité, il a traversé de sales périodes. La première moitié de sa vingtaine était faite d'excès en tout genre, de beuveries, de consommation de drogue à l'occasion lorsqu'on lui en offrait, de clopes, de sexe. Il a franchement de la chance de s'en être tiré sans trop de conséquences. C'est que même dans l'excès, Eliott ne s'est jamais vraiment démarqué. Il fumait, sans être accroc. Il draguait, sans jamais se trouver quelqu'un l'ayant particulièrement marqué. Il entretient cette image de réussite, plus étincelante d'ailleurs maintenant qu'il est posé auprès d'un bon agent et qu'il a su prendre sur lui pour se montrer raisonnable auprès des bonnes personnes dans les bons moments. Mais au fond, Eliott manque de quelque chose qu'il n'arrive pas même à identifier. Il ne sait pas ce que c'est encore, mais il vibre de cet intense sentiment de manque qui le fait agir en imbécile à certains moments.

   
(un) « Eliott » était le prénom de son grand-père paternel et « William » celui de son père. Entre nous, il avait de la chance de ne pas avoir hérité de prénoms abominables, mais ce criant manque d’originalité lui a toujours laissé un amer sentiment. Comme s’il n’était pas si unique aux yeux de ses parents, pourtant aimants, comme s’il était l’enfant de trop. Ils se sont toujours gardés de le lui faire sentir ou de dire quoi que ce soit le confirmant, mais Eliott a bien l’impression qu’il n’était pas prévu ni même voulu. Cinq, c’est un nombre qui fait tâche. Ça ne se vend pas en forfait familial au zoo et ça rompt le parfait équilibre qu’il y avait avant sa venue au monde.
(deux) À la petite école, Eliott était un enfant plutôt timide. Il n’avait qu’un seul ami nommé Gabriel. Gabriel et lui faisaient tout ensemble, se suffisaient à eux-mêmes. Les deux gamins étaient presque fusionnels, passaient tout leur temps ensemble sans se soucier de leurs autres petits camarades de classe. La famille d’Eliott a toujours vu cette amitié d’un mauvais œil, pour des raisons qui ont toujours dépassé la compréhension du garçon. Ils ont d’ailleurs été ravis de voir la famille de Gabriel déménager aux Pays-Bas quelques années plus tard. Les années suivantes furent été particulièrement pénibles pour Eliott, qui passa doucement mais surement d’un enfant calme et discret à un gamin turbulent se faisant toujours entendre des autres. Ce que ses parents ont toujours attribué comme faute sur l’amitié exclusive qu’il avait à Gabriel était plutôt le manque qui s’en était suivi, lorsqu’il s’est retrouvé seul contre le monde.
(trois) Adrian était l’ainé de la fratrie. Adrian était aussi celui dont Eliott était le plus proche, peut-être parce que son autre frère et ses sœurs ne supportaient pas les commentaires un peu crus de l’ainé sur divers sujets et sur tout le monde. Eliott était ravi d’avoir davantage d’attention de la part d’un membre de la famille. À l’adolescence, Adrian devenait cependant une mauvaise influence pour le plus jeune ; première cuite, premières cigarettes… Il encourageait même le petit frère à draguer ses amies, qui le trouvaient adorables comme on aime bien les chatons.
(quatre) Aussi forte était la connexion entre Adrian et Eliott, aussi dure fut la chute. Adrian allait toujours trop loin, même Eliott pouvait en convenir. Et il alla trop loin jusqu’à s’attirer de graves ennuis en tabassant un jeune homme sous unique prétexte qu’il avait été aperçu en train de tenir la main d’un autre garçon sur le chemin menant à l’école. Ce jour-là, Eliott était avec Adrian trois quarts d’heure avant les faits. Il était donc le témoin privilégié des forces de l’ordre. Étrangement, la famille lui en tenait presque autant rigueur, comme s’il y avait été pour quoi que ce soit dans la sottise de son frère. Adrian reçut une condamnable et la famille Braxton s’en trouva brisée de honte. Du côté d’Eliott, c’était le sentiment encore plus criant d’être incompris et injustement traité. Plus jamais les rapports ne furent vraiment agréables entre lui et le reste de sa famille. Il y avait un constant malaise, un énorme abcès que tous s’évertuaient à ne pas crever.
(cinq) Eliott rêvait d’être acteur. Voyager, découvrir le monde, faire de nouvelles rencontres, s’entourer de gens qui sauraient le comprendre, s’éloigner d’incessants conflits - même silencieux - entre les membres de sa famille. Être quelqu’un de spécial, être aimé, adulé… Il suivit même des cours d’art dramatique. Eliott n’avait rien de similaire à ses camarades et il ne trouvait pas vraiment sa place dans le groupe, ce qui finit par le décourager à poursuivre malgré un certain talent que lui reconnaissaient ses professeurs. Faire des efforts, surtout en ce qui concernait les autres, n’était pas sa tasse de thé. Il éprouvait trop de colère envers ceux qui lui donnaient toujours le sentiment d’être jugé.
(six) Il était complètement saoul quand il fit la rencontre d’un recrutement, par le plus pur hasard, dans un pub du centre de Londres. C’était des années difficiles et les promesses qu’on lui faisait, faisaient rêver. Il y a fort à parier que s’il était resté à Londres, son avenir aurait été tout sauf glorieux et Eliott aspiraient à de grandes choses malgré le néant qu’était en train de devenir sa vie. Son charisme naturel le sauva malgré son état pitoyable et il sut faire bonne figure, suffisamment pour obtenir un rendez-vous le lendemain et pouvoir faire ses preuves auprès de l’agence.
(sept) Sa mère lui avait acheté une chaîne avec une petite croix, qu’il portait à son cou depuis ses douze ans. Sa famille était croyante et oh combien de dimanches avait-t-il dû passer sur les bancs de l’église à se demander ce qu’il y avait tant à répéter chaque semaine. Lorsqu’il a quitta définitivement Londres pour se lancer dans sa carrière de mannequin l’amenant à voyager partout en Europe - ce que désapprouvaient assez vigoureusement ses parents -, Eliott jeta le collier dans la Tamise, ni vu ni connu. C’était pour lui libérateur, question de ne plus être sous le joug d’une croyance familiale qui n’était pas vraiment la sienne. Il a toujours prétendu avoir perdu la chaîne lors du déménagement.
(huit) Son agent, il le détestait. Comment dire ? C’était un homme contrôlant, dont les commentaires et les critiques étaient tout sauf flatteurs. Au début, Eliott faisait preuve d’acharnement et voulait répondre aux attentes. Après quelques mois, il se mit à reprendre de vieilles habitudes d’adolescent ; consommer, boire un peu trop, ramener des conquêtes différentes tous les soirs à sa chambre d’hôtel… Une part de lui voulait tout de même plaire à cet homme, qui lui avait offert mieux que ce qu’il avait. Qui avait cru en lui. Il avait peur de se retrouver abandonné par ce dernier, il ne s’autorisait donc pas d’échec, même s’il courait à son autodestruction petit à petit et qu’il ne se présentait pas toujours aux photoshoots dans les meilleures conditions.
(neuf) Un soir en particulier, tout bascula. Eliott supportait tant bien que mal l’attitude de son agent, ainsi que les abus de ce dernier qui contrôlait jusqu’à son salaire. Qui le traitait comme un objet sans véritable valeur sinon que ce qu’il pouvait bien vendre. La vérité, c’était qu’Eliott était bien dépourvu. Contacter sa famille ? Admettre qu’il était dépassé ? Jamais ! Pour qu’elle lui dise qu’il n’aurait jamais dû suivre cette carrière, peut-être ? Ce fameux soir, Eliott draguait une fille dans une soirée après un défilé. Et son agent se mit de la partie, rejoignant la conversation. Était-ce ces verres en trop ou alors la volonté inéluctable d’Eliott d’être dans les bonnes grâces de cet homme qu’il détestait ? Toujours est-il qu’Eliott se retrouva avec cette fille et son agent dans la chambre de ce dernier, qui lui faisait des compliments pour la toute première fois. Rien ne se passa vraiment, parce que le jeune anglais quitta la chambre pour s’enfermer dans la sienne avant que les choses n’aillent trop loin. Il devint toutefois évident qu’il ne voulait plus continuer ainsi et qu’un changement, n’importe lequel, devait s’opérer.
(dix) De l’audace, il n’en manquait certainement pas. Mais aller ainsi, sans prévenir, à la rencontre de Milo Ferrucci pour lui demander - presque l’implorer - de le prendre sous son aile était tout de même un acte de dernier recours pour Eliott. En dehors du mannequinat, avait-il seulement un autre avenir ? C’était plus ou moins réfléchi de sa part, mais c’était en tout cas une stratégie brillante pour s’extirper d’une situation catastrophique qui aurait fini par avoir raison de lui. En acceptant, Milo le sauvait non seulement d’un agent abusif, mais il lui permettait de poursuivre sa carrière. Eliott fut si reconnaissant qu’il mit de l’effort pour la première fois depuis des mois à bien se comporter. Petit à petit, ses mauvaises habitudes furent raccrochées au placard.
(onze) Avec le sentiment de paix revint aussi la bonne humeur. Eliott s’amuse à jouer les clowns comme il peut et son nom reprend sa dorure que certains excès avaient assombrie. Sans doute que son amour de la comédie ne l’avait jamais vraiment quitté, car il n’excelle jamais autant que lorsqu’il doit faire des entrevues. Il ne l’admettra pas, mais Eliott investit un certain temps à visionner chacune de ses apparitions publiques sur youtube, question de s’auto-évaluer et de parfaire son image.
(douze) Lors d'une entrevue, il a mentionné à l'intervieweur que Milo Ferrucci était devenu comme un père pour lui. Sans trop savoir pourquoi, il s'en est mordu les doigts jusqu'au sang, espérant par-dessus tout que le principal intéressé ne voit jamais cette entrevue... De quoi aurait-il l'air, sinon que d'un gosse pleurnichard et émotivement incapable de départager le boulot de l'émotion ? De plus, même s'il est énormément attaché à son nouvel agent, il... ne le considère pas vraiment comme un père de remplacement, loin de là.
(treize) Eliott rêve de posséder un animal, question de se sentir un peu moins seul une fois dans son grand loft. Seulement, il n'est pas assez là pour ça, entre les shoots et les castings, mais il mentionne souvent cette envie. Eliott est un mec à chats, et à vrai dire, un mec qui a besoin d'affection tout court, derrière ses façades de beau gosse cool que rien ne peut affecter.
(quatorze) Cette fille, tombée du ciel, ayant trouvé son numéro de portable il ne sait comment… Est l’une des meilleures choses qui lui soit arrivé, après Milo, depuis des mois voire des années. Parce qu’en discutant avec elle, Eliott a l’impression de pouvoir être lui-même. Il n’est pas forcé de parler de ces conneries qu’il faut savoir lors des entretiens d’embauche, il n’a qu’à se détendre et échanger. De plus, cela lui permet de croire qu’il n’est pas si anormal et qu’il a toujours envie de se trouver une copine. Ses dernières expériences en la matière l’ont découragé et il est resté plutôt sage depuis quelques semaines, même mois. Si seulement il pouvait voir cette fille en vrai, mais il semble que toutes les occasions ne fonctionnent pas. À vrai dire, cela ne le dérange pas plus que ça, car il craint bien de voir la facilité de la relation changer s’ils se mettent à se fréquenter en vrai.
(quinze) Son grand combat de tous les jours : cesser de fumer. Il en a décidé ainsi et ne reviendra pas sur cette décision. Cela fait d’ailleurs des mois qu’il est « clean ». Étrange, comme l’odeur froide de cigarette peut le répugner et il a bien dû faire nettoyer tous ses vêtements une dizaine de fois pour s’assurer de s’en être débarrassé complètement. Malgré tout, le manque se fait sentir violemment à certains moments, notamment lorsqu’il est stressé. C’est pourquoi il peut se montrer soudainement particulièrement irritable ou alors extravagant, il lui faut absolument canaliser ce désir auquel il refuse de céder à nouveau.
ton groupe :- DE 29 ANSton avatar :Taron Egerton


   
pseudo, prénom :Kiwicombien de bougies ?25 y.o.d'où viens-tu ?Très à l'ouest de l'Italie.comment t'as atterri ici ?Par Djoan/Milo =)

   

   


Dernière édition par Eliott Braxton le Dim 17 Sep - 2:23, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Roberto KhalilJe viens de débarquer parmi les fous
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ID : Djoan ; Yohan
Faceclaim : © Puckessa ; tumblr
Multi-comptes : Floriana Mennini & Danilo Mikklesen
Messages : 1356 - Points : 579

Sujet: Re: Walking my shoes ~ Eliott Braxton ( le Sam 16 Sep - 19:02 )
Bienvenue parmi nous !
Tu fais un heureux et cet heureux, c'est moiiii !!
J'ai hâte de voir ce que tu vas en faire !
Je suis sur mon téléphone étant chez mes parents alors je ne vais pas pouvoir te faire une pluie de Smiley, mais le coeur y est !
Merci d'avoir opté pour ce scénario. Je suis content de te voir ici !


Revenir en haut Aller en bas
Luciano MorelliLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t560-so-new http://ciao-vecchio.forumactif.com/t599-luciano-morelli-liens
ID : Cocoe/Aurore
Faceclaim : Cillian Murphy - (vava) Ailahoz (sign) Endlesslove
Multi-comptes : Jane Invanov.
Messages : 1519 - Points : 562

Âge : Tout juste 39 ans.
Métier : Il dirige une société de marketing qu'il a fondé avec son meilleur ami
Sujet: Re: Walking my shoes ~ Eliott Braxton ( le Sam 16 Sep - 19:06 )
Bienvenue ;)


loving game † Dis moi, ai-je raison ou tort, à la folie, d'encore tout espérer. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Bren Gianelli10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t86-bren-o-love-and-pain-go-h http://ciao-vecchio.forumactif.com/t100-bren-o-i-don-t-know-where-i-m-going
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©timeless
Multi-comptes : Demetrio, Erio, Terenzio
Messages : 3648 - Points : 3505

Âge : trente-cinq ans
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia
Sujet: Re: Walking my shoes ~ Eliott Braxton ( le Sam 16 Sep - 19:07 )
Bienvenue par ici !
ELIOTT. T'as même pas idée à quel point ce personnage était attendu. Milo était désespéré.


Silent love is calling faith to shatter me through your hallways. Into echoes you can feel, And rehearse the way you heal. Make them dance just like you. Cause you make me move, you always make me go. I'll run away with your footsteps, I'll build a city that dreams for two and if you lose yourself, I will find you.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: Walking my shoes ~ Eliott Braxton ( le Sam 16 Sep - 19:35 )
Bienvenue, t'es trop beauuuuuuu !
En espérant que celle-ci, tu sois le bon...

Bon courage pour ta fiche, j'ai vraiment hâte de RP avec toi, plein d'amouuur.
Revenir en haut Aller en bas
Bren Gianelli10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t86-bren-o-love-and-pain-go-h http://ciao-vecchio.forumactif.com/t100-bren-o-i-don-t-know-where-i-m-going
ID : Ealitya, Sandrine (ou Alice)
Faceclaim : Jamie Dornan ©timeless
Multi-comptes : Demetrio, Erio, Terenzio
Messages : 3648 - Points : 3505

Âge : trente-cinq ans
Métier : commandant de bord pour la compagnie aérienne Alitalia
Sujet: Re: Walking my shoes ~ Eliott Braxton ( le Sam 16 Sep - 20:09 )
Mais oui, trop. La troisième fois est toujours la bonne !


Silent love is calling faith to shatter me through your hallways. Into echoes you can feel, And rehearse the way you heal. Make them dance just like you. Cause you make me move, you always make me go. I'll run away with your footsteps, I'll build a city that dreams for two and if you lose yourself, I will find you.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: Walking my shoes ~ Eliott Braxton ( le Sam 16 Sep - 21:30 )
Merci à vous tous =D

Je zieute le forum et ce scénario depuis avant même l'ouverture, j'ai seulement eu la malchance d'être toujours en retard sur d'autres qui s'étaient inscrits avec le scénario. Je saisis la chance cette fois
Revenir en haut Aller en bas
Abel Javary10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1232-abel-pasdetitre#23498 http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1242-j-ai-toujours-cru-qu-exister-voulait-dire-appartenir-a-une-famille-a-un-homme#23709
ID : Yulia
Faceclaim : Stephen James-Ocean Lounge.
Je suis absent(e) : jusqu'au 21/12
Multi-comptes : Alessio le pianiste.
Messages : 181 - Points : 384
Abou le fou.
Âge : 30 ans
Métier : Serveur au San Calisto + artiste essayant d'obtenir des expositions. Son but reste de vivre de sa passion.
Sujet: Re: Walking my shoes ~ Eliott Braxton ( le Dim 17 Sep - 0:52 )
Bienvenue et bon courage pour ta fiche. Super choix de scénario et comme je te comprends moi qui découvre toujours un scénario jour trop tard.



Two strangers, not strangers, only lacking the knowing. So willing, feeling, infinite growing. While we're here, the whole world is turning, we should be. One, fulfilling the yearning. •• amaaranth ♫♪
Revenir en haut Aller en bas
Monica BarianiLa jeunesse dorée et éclatante
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1581-monica-bariani-cette-nu http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1597-monica-bariani-les-etoiles-eclairent-nos-nuits
ID : cooky, playground.
Faceclaim : cara delevingne (cooky).
Messages : 1023 - Points : 618

Âge : 29 years old.
Métier : actrice voyageant entre Naples & LA, comédienne au Teatro San Carlo & mannequin.
Sujet: Re: Walking my shoes ~ Eliott Braxton ( le Dim 17 Sep - 2:41 )
bienvenuuuuue à toi ♥
bonne rédaction de fiche avec ce joli personnage ♥



you make me a believer
can we go back ? this is the moment. tonight is the night, we'll fight 'til it's over. so we put our hands up like the ceiling can't hold us. like the ceiling can't hold us

(c) blue walrus.


Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
ID : sweety / nath
Faceclaim : Jon Kortajarena + © angel180886 (vava) © frimelda (sign)
Je suis absent(e) : présente
Multi-comptes : Safiya Rahotep
Messages : 1540 - Points : 2754

Âge : 30 ans depuis le 17/09
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale.
Sujet: Re: Walking my shoes ~ Eliott Braxton ( le Dim 17 Sep - 10:06 )
Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche.

Superbe choix de scénario hâte de vous voir à l’œuvre tous les deux.


Augusto Rinaldi

Mi ange. Mi Démon
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Walking my shoes ~ Eliott Braxton ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Walking my shoes ~ Eliott Braxton -
CIAO VECCHIO :: Partie Hors Jeu :: Archives :: Fiches
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

CIAO VECCHIO :: Partie Hors Jeu :: Archives :: Fiches