Revenir en haut
Aller en bas


 

- I swallow the sound and it swallows me whole ⁂ Alessio -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©Twixnfun
Multi-comptes : Tobias, l'historien torturé
Messages : 151 - Points : 681

Âge : 33 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: I swallow the sound and it swallows me whole ⁂ Alessio ( le Jeu 10 Aoû - 16:16 )

There's a drumming noise inside my head
That starts when you're around



Don Giovanni faisait toujours salle pleine bien que cela fasse un mois que la représentation était jouée. Le public était toujours là et les ovations quotidiennes pour le plus grand plaisir des acteurs et du Maestro Nikolaus Harnoncount. Vera ne se lassait pas de jouer et de chanter cet opéra. Cela faisait la troisième fois dans sa vie qu’ils remontaient tous sur scènes pour jouer ce chef d’œuvre. Interpréter le rôle d’Elvira, cette femme trompée encore et encore par Don Juan, était salvateur. S’insurger des tromperies de Don Juan lui permettait de ne pas se concentrer sur celles de son mari. Ainsi elle avait toujours gardé un calme Olympien. Ce n’était pas tant qu’elle aimait son époux et qu’elle était possessive, ce qui lui faisait le plus mal c’est qu’elle soit humiliée de la sorte car tout le monde savait qu’il avait des maîtresses à la pelle. Un personnage presque fait sur-mesure. Au final, elles avaient toutes les deux gagné la partie. Vera était aujourd’hui libre de la poigne et de l’emprise de son époux pour son plus grand bonheur. Elle n’a porté le deuil que quelques jours pour la bienséance mais rien de plus. Parce qu’elle n’était pas triste de sa mort. Cela était un soulagement. Elle pouvait enfin voir un avenir plus brillant pour son fils et elle. Même s’il y avait encore beaucoup de combats à mener, notamment celui de la paix intérieure. Son esprit était en guerre perpétuelle depuis la mort de son frère. Trouver la paix était comme chercher une Oasis en plein désert : presque impossible et fourbe. Une fois le rideau tombé, elle s’empressa de se retirer pour aller se changer dans sa loge et enlever cette longue robe. Une fois son jeans et son chemisier enfilé, elle salua ses compagnons de scène et envoya un message à Alessio.


Je suis sur la route du retour, tu es encore dans la salle de répétition ?



Vera ne s’attendait pas à une réponse, elle savait que son ami, son frère de cœur, ne regardait pas son portable quand il travaillait. Cela était un des nombreux points communs qu’ils avaient.

La propriétaire de la villa se gara dans l’allée et fut accueillie par le majordome. Il lui expliqua rapidement que Winston était maintenant au lit et a demandé à ce qu’elle vienne le voir quand elle rentrerait. Lewis confirma également qu’Alessio était toujours dans la salle de musique ce qui la fit sourire. Elle allait pouvoir le voir. Une fois le baiser déposer sur le front de son enfant qui dormait à poings fermés, elle alla chercher une bouteille de vin et deux verres. L’artiste jouait, elle pouvait entendre la musique de dehors.

A pas feutré, elle pénétra dans la pièce qu'elle avait spécialement commandée pour que l'acoustique soit parfaite. Ici, elle pouvait chanter, s'entrainer mais également permettre aux artistes qui l'accompagnaient ou venaient chez elle de s'exercer sur des instruments de haute qualité. Vera était généreuse et régulièrement des amis empruntaient cette pièce. Mais depuis qu'elle connaissait le Signore Valentini : ce dernier avait un certain monopole sur ce lieu. Vera ne savait pas comment expliquer cela, mais il y avait quelque chose qui lui qui lui rappelait Winston.

Alors que le beau Quidam jouait l’air de Grease, Hopellessy devoted to you à la batterie : Vera posa la bouteille et les verres sur la petite table et se mit à chanter et à danser comme si elle était Sandy dans le film. Naturellement, elle exagérait et elle termina cette petite performance au pied d’Alessio avant d’éclater de rire :

« Comment ne pas succomber à ton charme en même temps ? » Elle le taquine évidemment. Il n'y avait aucun sentiment amoureux entre eux. Juste une tendre affection amicale que la musique amplifiait. « Tu n’as pas bougé de la journée n’est-ce pas ? Tu as mangé au moins ? » Elle garda son sourire et se releva pour aller chercher l’alcool qu’elle servit avant de tendre un verre à son compagnon d’infortune. « Tu as composé quelque chose ? » Vera prit une gorgée du liquide carmin : « Tu permets que j'essaye de t'accompagner ? » Elle était infatiguable en ce moment, parce qu'elle avait enfin sauté le pas et avait rencontré Demetrio. Elle avait même écouté le coeur de ce dernier. Des battements familliers qui ont mis du baume sur son coeur.
AVENGEDINCHAINS


No more and yet no less
« Love all, trust a few, do wrong to none. » Shakespeare by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t951p40-lost-child#18392 http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + MORPHINE.
Multi-comptes : Abel alias Abou le fou.
Messages : 469 - Points : 1061

Âge : 33 ans
Métier : Pianiste international normalement, homme angoissé et détruit suite au drame.
Sujet: Re: I swallow the sound and it swallows me whole ⁂ Alessio ( le Sam 12 Aoû - 20:42 )
X
Vera & Alessio
Étant un dingue de piano, le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher de jouer, malgré sa main défaillante. Il ne pouvait plus jouer en public, sa main tremblant malgré la piqûre quotidienne qu’il se faisait, il n’allait pas se plaindre de cette merveilleuse piqûre qui lui permettait de faire stopper les tremblements. Après sa piqûre, il lui restait juste des légers tremblements de temps à autre, ce qui l’empêchait de jouer devant quelqu’un. Les fans de base n’entendraient sûrement pas ses petites erreurs causées par le tremblement soudain de sa main, mais les professionnels de la discipline ne louperaient pas ses petites fautes.


De toute manière, Alessio était trop exigeant avec lui-même pour oser présenter un morceau d’une telle médiocrité. Le jeune homme était considérée comme le meilleur dans son domaine, un vrai prodige, selon certains. Alessio n’était pas vraiment d’accord avec cette définition de lui, c’est vrai qu’il avait un petit don pour le piano, mais son niveau venait surtout de son entrainement quotidien, des heures qu’il passait sur son piano, les mains douloureuses d’avoir encore et encore joué le morceau jusqu’à obtenir la note parfaite. Alessio n’avait pas de piano dans sa chambre d’hôtel, il n’en souhaitait pas sachant parfaitement qu’il ne pourrait pas s’empêcher de jouer des heures entières sans s’arrêter, abîmant sa main sans même s’en rendre compte.


Toutefois il avait vite cédé à la tentation de rejouer d’un instrument, passant des heures dans le manoir de Vera. Vera était une femme qu’il admirait énormément, une artiste de génie, l’une des rares qui pouvait comprendre lorsque Alessio finissait avec 45 heures de piano dans les doigts, ne s’étant pas lavé ou n’ayant pas mangé entre-temps trop pris dans son art pour se préoccuper de choses aussi débile. Il décida de jouer l’air de Grease à la batterie, un instrument qu’il maîtrisait moins bien que son piano, mais qu’il maîtrisait quand même lui permettant de jouer pendant des heures en ressentant un minimum de plaisir. Son piano lui manquait, il ne jouait plus vraiment de cet instrument, une heure par ci-par là lorsque le manque était trop fort.


Il sortit de ses pensées en voyant Vera danser et chanter sur la table l’accompagnant avec plaisir dans sa danse avant d’exploser de rire lorsqu’elle lui dit : « Comment ne pas succomber à ton charme en même temps ? ».
Alessio calma son rire avant de prendre la parole n’étant absolument pas sérieux dans ses propos. Je ne sais pas, tu pourrais fermer les yeux peut-être ou mettre des lunettes de soleil pour éviter que ma beauté ne te rende aveugle. Et tu n’es pas mal non plus, mais nous ne pouvons être ensemble, nos enfants seraient trop parfaits. Alessio sourit absolument pas sérieux, il ne se trouvait pas moche, mais il n’avait pas un ego énorme no plus et il savait parfaitement que certains hommes étaient bien plus beau que lui. Il assumait son physique et pouvait rire de lui-même sans aucun problème.

Il répondit par la négative à la question de la jeune femme prenant le verre avant de reprendre la parole. Tu sais bien que la musique a tendance à me faire oublier le temps ou les gens, ce qui est plus problématique pour mes proches. Et j’ai composé quelques choses pour toi mia bellissima, pour te remercier d’accueillir le handicapé que je suis dans ta demeure, enfin je devrais plutôt dire ton château. A ta place, je me serais acheter un truc encore plus grand, histoire de pouvoir perdre ton gamin lorsqu’il t’ennuie de trop. Alessio sourit ne voulant pas non plus vexer la jeune femme, il n’aimait pas les enfants. Oh il ne leur faisait aucun mal, mais il n’aimait pas ses êtres baveux remplis de microbes et toujours collés derrière toi. Il ne souhaitait pas d’enfant, il ne s’imaginait absolument  pas en couple avec quelqu’un ayant un enfant. Moins il voyait de gnome sur pattes, mieux il se portait.


Il but une gorgée de son verre avant de lever les yeux au ciel en entendant la question de Vera. Tu es la meilleure dans ton domaine et l’une des artistes que je trouve les plus talentueuses, donc ce serait un honneur pour moi de t’accompagner en musique. Tu ferais mieux de te taire si c’est pour dire des âneries pareilles à chaque fois que tu ouvres la bouche. Tu vas bien ? Et tu sais toujours choisir tes breuvages, tu essayes de m’enivrer pour abuser de moi ?




B-Ever
.


@VERA VENEZZIO


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Lun 14 Aoû - 16:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©Twixnfun
Multi-comptes : Tobias, l'historien torturé
Messages : 151 - Points : 681

Âge : 33 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: I swallow the sound and it swallows me whole ⁂ Alessio ( le Dim 13 Aoû - 0:15 )

There's a drumming noise inside my head
That starts when you're around


Tous les artistes qui se respectent ont des doutes dans leur carrière. Des moments où pour x raisons on ne pouvait ni chanter ou bien jouer d’un instrument. Vera avait connu ce passage à vide pas immédiatement après le décès de son frère mais un an après. Elle n’arrivait tout simplement pas à créer un son harmonieux avec sa gorge. Seuls des sons étranges sortaient la rendant folle de rage et nourrissant son mal-être. Une période où l’alcool s’est invité dans la maison. De plus en plus, jusqu’à ce que Winston la regarde dans les yeux et dise son premier mot : Maman. Elle s’est ressaisie pour son petit homme et à recommencer à fréquenter la salle de musique qui pendant huit longs mois n’avait pas été ouverte. S’entrainant des journées entières, se nourrissant de thé et de dates quand elle y pensait. Vera faisait partie de ces personnes complètement passionnée par leur art ; qui non seulement en vivent, mais n’arrête jamais.
En rencontrant Alessio, elle avait rencontré une sorte de double. Une réflexion d’elle-même. Exigeant voir injuste avec son travail, Vera connaissait ces sentiments. Combien de fois avait-elle repris encore et encore une note jusqu’à ce que son larynx sache comment l’exécuter ? Les artistes comme eux trouvaient une sorte de paix intérieure quand ils étaient satisfaits. Une chose rare mais qui étaient des plus délectables quand cela arrivait.

Elle était indubitablement heureuse de voir qu’il était encore là. Elle se sentait chanceuse de pouvoir le compter dans son cercle privé et proche d’amis. Vera ria de plus belle en écoutant son explication quant à sa beauté et à son faste.

« Cacher un tel spectacle sera un gâchis. Je suis d’accord en tout cas pour dire que nos enfants seraient si parfaits que même Venus et Apollon pleureraient devant leur beauté. »

Les verres de vin maintenant remplis, elle en tendit un à son homologue masculin. Vera sourit doucement avant de prendre une gorgée. Comme elle le comprenait… Elle faillit s’étouffer en entendant la réflexion sur Winston. Elle essuya la commissure de ses lèvres et tenta de camoufler son rire.

« J’ai bien peur que Winston soit malin comme un singe et trouve toujours un moyen pour être dans mes pattes. Et il n’arrête pas de me répéter encore et encore qu’il aimerait colorier tes tatouages. » Le petit garçon avait déjà la fibre artistique pour le plus grand plaisir de sa génitrice qui voulait en faire l’opposé de son père. « Ne t’en fais pas, je ne te reprochais pas d’avoir travaillé. Tu sais bien que je serais la dernière personne à te jeter la pierre mio caro amico. » Alessio avait composé pour elle et ce n’était pas tombée dans l’oreille d’une sourde : « Ma foi, si je t’inspire autant que ça : tu devrais venir encore plus souvent. Tu pourras même avoir ta chambre attrité. »

Elle était à moitié sérieuse dans ces paroles. Elle avait plusieurs chambres vides qui n’étaient pas utilisé et elle s’en voulait parfois de vivre dans tant de luxe. Son époux avait la folie des grandeurs à un point où cela était plus ridicule que séduisant. Si ces moments passés dans la salle de musique pouvait aider son ami : alors elle serait heureuse. Vera espérait qu’un jour Alessio pourrait à nouveau pratiquer comme il le souhaite, aussi longtemps qu’il en a envie. Elle ne voulait pas lui parler de la prochaine étape pour soigner les tremblements de sa main. S’il voulait lui en parler : elle serait là et elle n’hésiterait pas à appeler ses contacts pour avoir les meilleurs médecins à sa disposition.

Vera défit ses cheveux et reporta son verre à ses lèvres alors qu’il complimentait sa voix. « Les accompagnements sont primordiaux même si ma voix rend, il est vrai, le tout plus harmonieux. » Un nouveau rire ponctua sa phrase. Cela ne lui allait pas de se vanter de la sorte. « Si j’arrive à décrocher le rôle de la Reine de la Nuit, j’accepterais tes compliments ok ? En attendant je préfère me penser l’égal d’un Sénateur et non d’un César. »

La chanteuse d’Opéra s’installa à même le sol et regarda Alessio d’un air outré :

« Je pensais que tu étais déjà sous mon charme pour que je n’ai pas à utiliser un appât tel que l’alcool. » Elle réfléchit : « Mais soit. Je vais remédier à cela… Un jour Alessio tu te retrouveras dans mon lit, j’en fais le serment ! »

Sa voix se fit un peu plus terne alors qu’elle expliquait sa journée.

« On a encore eut une ovation de la part du public, ils n’ont pas remarqué qu’Hector était complètement à côté des fois. Il a tenu toutes les notes mais dans son jeu de scène : je crois qu’il commence à fatiguer. » Après tout, ils étaient sur scène cinq soirs par semaine. « C’est la dernière ligne droite, on commence tous à être sur les rotules. » Elle la première.
AVENGEDINCHAINS


No more and yet no less
« Love all, trust a few, do wrong to none. » Shakespeare by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t951p40-lost-child#18392 http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + MORPHINE.
Multi-comptes : Abel alias Abou le fou.
Messages : 469 - Points : 1061

Âge : 33 ans
Métier : Pianiste international normalement, homme angoissé et détruit suite au drame.
Sujet: Re: I swallow the sound and it swallows me whole ⁂ Alessio ( le Lun 14 Aoû - 16:52 )
X
Vera & Alessio
Je comprends parfaitement, on va devoir refréner nos envies, nos pulsions. Sinon nos futurs enfants devront se promener avec une cagoule sur la tête. Bon tu me diras, ils pourront nous rapporter de l’argent, contrairement au gnome qui dort pas loin de nous. Alessio sourit, il n’était absolument pas sérieux, enfin pas vraiment. Il était contre le travail des enfants, mais il devait bien avouer que le gamin qui dormait pas loin d’eux ne devait pas servir à grand-chose. A part coûter de l’argent à sa mère, vomir sur son t-shirt préférer, casser les objets présents dans le salon, non Alessio ne voyait pas à quoi le gamin pouvait bien sortir.

Heureusement que les gens ne pensaient pas comme lui, sinon il ne serait jamais venu au monde et il n’aurait pas deux sœurs merveilleuses, un frère chiant, mais qu’il aimait plus que sa propre vie, un manager qui lui avait appris à être un homme, un homme qui se contentait de peu. Cela ne se voyait pas encore, Al dormant encore dans une suite de luxes, mais il avait appris à se détacher de certains objets inutiles comme son portable, sa voiture de luxe, certains de ses bijoux qu’il ne portait jamais, il n’allait pas vivre dans le dénuement, mais il vivait uniquement avec les choses dont il allait avoir besoin.

Bon il avait encore des progrès à faire et la phrase de Vera concernant son gosse qui voulait dessiner ses tatouages lui fit lever les yeux au ciel. Voilà pourquoi je n’aime pas les enfants, s’il veut colorier mes tatouages, il peut, mais tu le dégages quand il me soûle. Tu le bâillonnes ou tu le vends, tu n’as jamais pensé à le vendre ? Enfin c’est interdit tu me diras. C’est con, on pourrait se faire un paquet d’argent.

Alessio sourit ensuite avant de prendre une gorgée du délicieux breuvage ne répondant pas à sa réflexion concernant les heures qu’il passait sur son piano, il n’avait de toute façon aucune excuse à part son amour pour le piano, ses proches ne le comprendraient jamais et il était heureux d’avoir quelqu’un comme Vera pour cette raison et aussi parce qu’elle était tout simplement adorable. Tu sais que ton talent m’inspire souvent, même lorsque je ne suis pas chez toi, je n’ai pas besoin d’être dans un endroit particulier pour écrire, une sensation, une odeur me suffise généralement. Puis je n’ai rien d’autre à faire en ce moment donc je m’occupe comme je peux et je passe ta proposition de dormir ici.


Alessio sourit avant de reprendre la parole faisant tourner le liquide dans son verre. Je n’aime pas le contact humain, enfin j’aime ma tranquillité et crois-moi je suis dur à vivre. Je suis capable de me lever tôt le matin ou travailler tard le soir juste pour mettre une idée sur une partition ou tout simplement parce que je ne trouve pas le sommeil. Tu vas devoir te contenter de ma présence lorsque je viens dans ta salle de musique, tu pourras toujours faire un statut à mon effigie, si je te manque trop.

Alessio n’avait pas vraiment quelques choses contre les autres humains, mais il était juste timide, même s’il ne le montrait pas, il n’aimait pas être le centre d’attention et il n’était pas fait pour la vie à deux. Il préférait vivre dans sa tanière laissant de temps à autre l’un de ses amis rentrés plutôt que vivre avec quelqu’un en permanence. Il ne le supporterait sûrement aimant son indépendance, puis il n’avait jamais aimé la charité, il n’allait pas loger gratuitement chez quelqu’un, même si certaine personne fortunée avait voulu payer Alessio pour qu’il devienne leur pianiste de compagnie comme s’il n’avait pas de conscience propre.

Il sourit en entendant la comparaison de la jeune femme reprenant la parole après un léger silence. Tu es César, selon moi. Ton talent ne dépend pas des rôles que tu obtiens ou que tu n’obtiens pas, tu peux être la meilleure du monde et louper le rôle parce que le metteur en scène ne t’aime pas ou alors ta concurrente a corrompu le jury, ne te laissant aucune chance d’avoir le rôle. C’est pour cela que j’aime tant le piano, il n’y a personne pour me dire que je joue bien ou mal, je me fais mon propre avis et je joue quand je veux sans devoir subir les caprices d’un abruti.




Alessio éclata de rire lorsqu’elle lui parla de finir dans son lit, il aimait bien trop la jeune femme pour lui faire subir un tel affront, Al ne voulait de toute façon pas gâcher cette amitié, cette complicité qu’il y avait entre eux, il joua le jeu de la jeune femme, sachant très bien qu’elle n’était pas sérieuse. Ne me tentes pas ainsi où je ne pourrais pas résister, déjà que je rêve de toi chaque nuit, rappelles-toi de nos enfants trop parfaits, nous sommes comme Roméo et Juliette, condamnée à mourir d’amour sans avoir pu consumer notre amour qui nous consument de l’intérieur.

Sois forte ma belle et tu vas réussir à tenir pour ta dernière ligne droite, parce que tu en as les capacités, parce que tu aimes ton métier et que je commanderais ton plat préféré si tu résistes à la pression.





B-Ever
.


@VERA VENEZZIO


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Ven 18 Aoû - 5:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©Twixnfun
Multi-comptes : Tobias, l'historien torturé
Messages : 151 - Points : 681

Âge : 33 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: I swallow the sound and it swallows me whole ⁂ Alessio ( le Mar 15 Aoû - 22:21 )

There's a drumming noise inside my head
That starts when you're around


D’un geste dramatique, Vera posa sa main sur son front. “Quel drame ! Quelle abomination !” Elle se mit à rire : “Le gnome dont tu parles connaît déjà ses gammes et ses asperges. Il se débrouille aussi au piano.” On pouvait déceler une pointe de fierté dans sa voix. Oui, elle éprouvait une admiration pour son enfant mais elle ne ferait pas comme son père : elle ne le traînerait pas de salon en salon. Il en était hors de questions. “Promis, on organisera ça. Je sortirais la muselière aussi au cas où il veuille te mordre. C’est dangereux ces bêtes là tu sais jamais à quoi ils pensent !” Vera n’était évidemment pas sérieuse. “Attends encore quelques années : avec sa gueule d’ange on lui donnera un youkoulélé et il mendiera. Retour sur investissement !” Alessio apaisait son âme, lui donnait envie de blaguer de tout et de rien. Même de la prunelle de ses yeux.

Son ami parlait de son talent. Résultat d’heures entières à souffrir, à travailler encore et encore sa voix jusqu’à ne plus pouvoir parler tant elle a forcé. Vera avait fait de nombreux sacrifices. Au gré des envies de son géniteur ou bien du désir de sa mère de faire de sa fille prodigue l’attraction du quartier. On ne la jamais épargnée. Mais la chanteuse ne se plaignait pas : sans cette souffrance elle ne serait pas l’artiste qu’elle est aujourd’hui. C’est bien connu que seuls les artistes torturés réussissent.

“Tant que je te répugnes pas, c’est le principal hein ? Je me dis que quand t’en auras marre tu viendras plus.” Elle lui dit un clin d’œil: “Même si le jour où ça arrive je te retrouve et je t’attache quelque part dans la maison.”

Elle but plusieurs gorgées, savourant le goût du tannin contre sa langue. Il n’y avait définitivement rien de mieux après une dure représentation. Vera était bien contente de trouver une âme charitable comme Alessio pour parler et de détendre. Peut-être qu’il était là le secret sur son aptitude à survivre. Elle s’était entourée de maillon fort.

“Il faudra que tu me dises dans ce cas si tu la veux en marbre ou en or.” La chanteuse comprenait parfaitement son ami. “La seule personne que je pouvais prendre ou être dans ses bras : c’était mon frère.” Depuis, elle n’avait jamais reprit quelqu’un dans ses bras, sauf son fils mais cela était différent. Il était la chair de son sang et elle ne voulait pas qu’il manque d’amour. “Et puis il y a des exceptions, comme toi. Tu changes la donne sur beaucoup de sujets.”

Alessio la complimentait, il était bien le seul à pouvoir le faire sans qu’elle ne lui cloue le bec. Car elle le savait sincère. Il ne se jouait pas d’elle, ne cherchait pas ses faveurs. Son honnêteté était la chose la plus incroyable qu’il pouvait lui offrir. C’est pour cela qu’il avait le statut d’ami à ses yeux et se démarquait des autres gueux  autour d’elle.

“Comme je t’envie mon ami.” La critique avait toujours fait partie de son art. Elle s’en était accommodé avec le temps. “Je n’ai jamais été à la hauteur des attentes de mon père. Même quand ses amis m’acclamaient dans le salon, il trouvait quelque à redire. Tu vas me dire, c’est ma voix qui m’a vendu et qui a fait un mariage si profitable pour lui.” Elle haussa les épaules : “Et encore aujourd’hui, même si j’arrive à être la meilleure : je l’entends me corriger, me faire des remontrances avec ses grands gestes.”

Et en pensant à cela, elle siffla le reste de son verre. Pour oublier, pour faire passer la pilule. Vera n’avait pas eut une enfance heureuse, sauf quand son frère était là pour la protéger. Et puis, elle se permit de souligner le fait qu’il était déjà sous son charme qu’il le veuille ou non. Sa réflexion la fit rire :

“Bon sang on devrait écrire un opéra ou une tragédie à la Grecque tant notre histoire est poignante.”

Alessio lui demanda comment c’est passé sa journée. Moins bien qu’elle ne l’aurait espéré. En l’écoutant, elle s’allongea sur le parquet.

“Ma foi si tu me fais une proposition si alléchante… Je ne peux que résister et être forte hein ?” Elle ferma les yeux et laissa le silence s’installer. Soudain, elle se redressa et regarda Alessio : “J’ai trouvé !”

Sur ses deux jambes, elle râcla sa gorge et se mit à changer ‘L'amour est un oiseau rebelle’. A la fin, elle le regarda souriant :

“Tu vois, tu m’inspires aussi !” On frappa, le majordome rentra avec un mug de lait chaud au miel. “Merci Alfred.” Elle s’approcha rapidement pour prendre le mug : “Vous pouvez disposer, bonne nuit.” Il referma la porte et elle retourna auprès d’Alessio : “Comme une mamie !”

AVENGEDINCHAINS
[/quote]


No more and yet no less
« Love all, trust a few, do wrong to none. » Shakespeare by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t951p40-lost-child#18392 http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + MORPHINE.
Multi-comptes : Abel alias Abou le fou.
Messages : 469 - Points : 1061

Âge : 33 ans
Métier : Pianiste international normalement, homme angoissé et détruit suite au drame.
Sujet: Re: I swallow the sound and it swallows me whole ⁂ Alessio ( le Ven 18 Aoû - 5:23 )
X
Vera & Alessio
Alessio sourit en l’entendant parler de son fils de cette façon, il aimait Vera pour de multiples raisons, mais la façon dont elle réagissait à ses conneries était l’une des raisons qui lui faisaient apprécier la jeune femme. Elle savait rire d’elle-même et de ses proches et Al appréciait cela étant typiquement le gars à être cynique avec lui-même. Il ne se prenait pas au sérieux et sans avoir une opinion atroce de lui, ne se trouvait pas génial non plus, il avait conscience d’être un gars d’une banalité horrible. Il éclata de rire suite à la proposition de la jeune femme ne rajoutant rien.

Elle avait des idées géniales, il pouvait essayer de faire pareil avec un gamin dans la rue non ? Bon ce n’était pas légal, dommage, il aurait récupéré de l’argent facilement. Il ne partagea pas ses pensées avec son interlocutrice ne voulant pas paraître pour un monstre non plus, même s’il n’était absolument pas sérieux.

Il leva les yeux au ciel lorsqu’elle lui parla de répugnance, c’était bien la dernière personne qui pouvait répugner Alessio. Tu racontes toujours autant de conneries ? Et ne me fait pas des propositions indécentes comme ça, je ne suis qu’un homme, comment veux-tu que je résiste ? Pense à nos enfants parfaits et imagine le couple parfait que l’on formerait. Range tes menottes, c’est ce qu’il y a de mieux pour nous deux, je t’offrirais tous les accessoires de ce pseudo film érotique en récompense pour que tu rêves de moi.

Alessio aurait aimé être normal, il aurait aimé tomber amoureux de la jeune femme, il aurait adoré charmer son interlocutrice, mais il semblerait que son orientation sexuelle soit défaillante pour son plus grand malheur. Il sortit de ses pensées lorsque la jeune femme parla de son père et prit la parole sans mettre de gant, après tout, il ne disait que la vérité et il ne voyait pas pourquoi il devrait préserver l’image d’une famille parfaite alors qu’elle était loin d’être parfaite, elle était plutôt moisie, inexistante.


Je ne peux pas comprendre ce que tu as vécu avec ton père parce que le mien ne doit même plus se souvenir de mon existence. Oh je ne m’inquiète pas, lorsqu’il voudra un descendant pour reprendre son foutu hôtel, il retrouvera mon numéro de téléphone pour mon plus grand malheur. Je n’ai eu aucun soutien de mes géniteurs, mon père reste mon manager, un homme que je respecte plus que tout. Tu devrais te concentrer sur une personne te soutenant comme ton fils, oublie les remarques de ton père, ce sera dur au début, mais tu finiras par t’y habituer comme je me suis habitué à l’absence de mes géniteurs.

Alessio haussa les épaules, il avait énormément souffert de la situation, lorsqu’il était enfant, il avait essayé d’être le meilleur à tout prix, s’entrainant encore et encore pour être le meilleur. Il avait vite compris que ses parents ne l’aimeraient jamais, malgré les prix gagnés.

Après avoir fait son deuil de cette relation, il n’avait plus ressenti cette douleur comme si son cerveau avait fait une croix sur ce qu’il pouvait obtenir de la part des géniteurs d’Alessio. Ce changement de mentalité était aussi dû à son manager qui avait comblé en partie le manque d’amour paternel chez Alessio. Il avait pris le gamin de quinze ans qu’il était sous son aile lui enseignant tout ce qu’il savait concernant le piano, mais aussi la vie en général. Alessio avait grandi grâce à cet homme et aujourd’hui il ne s’imaginait pas vivre sans lui, même s’il ne lui avait jamais dit. Ils étaient des pudiques tous les deux, mais Al savait que son manager l’aimait et réciproquement.


Les gestes parlent parfois plus que les mots et surtout les gestes sont souvent plus honnêtes que les mots. Alessio ne savait pas dire je t’aime, mais il le montrait comme il pouvait. Malheureusement ses proches ne comprenaient pas toujours ces preuves d’amour et certains lui en avaient déjà tenu rigueur de son incapacité à dire ce qu’il ressentait de façon claire.


Il tourna son regard vers la jeune femme avant de se lever pour faire danser la jeune femme. Je sais que tu te moques complètement de mes propos, mais tu es génial Véra, il y a des gens qui pensent que tu as une voix d’or et tu viens encore de me le prouver. Sois fière de toi, parce que personnellement j’aime bien me vanter de t’avoir dans mes amis. En plus avec ta baraque, on dirait le manoir de Batman, si tu es catwomen, je veux te voir enfiler le costume.

Il libéra la jeune femme pour qu’elle prenne sa tasse et fit semblant de réfléchir. Tout bien pensé, je vais plutôt t’acheter un déambulateur, mais j’applique aussi de la crème sur mes doigts, déjà que je saignais parfois alors si je n’applique rien, je ne peux plus bouger la main le lendemain. Bois ta tisane, tu t’endormiras après et je pourrais te voler. Ales fit un sourire absolument pas sérieux, il était aussi riche que la jeune femme voir plus riche donc il n’avait pas besoin de lui voler des trucs puis l’argent comptait peu pour lui.



[/color]


B-Ever

.


@VERA VENEZZIO


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Mer 23 Aoû - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©Twixnfun
Multi-comptes : Tobias, l'historien torturé
Messages : 151 - Points : 681

Âge : 33 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: I swallow the sound and it swallows me whole ⁂ Alessio ( le Dim 20 Aoû - 21:47 )

There's a drumming noise inside my head
That starts when you're around


C’est probablement parce que sa famille s’était toujours prise au sérieux qu’elle n’avait jamais désiré faire partie de cette élite pompeuse et mondaine. Déjà enfant, quand elle n’était traînée de force pour faire des performances : elle se cachait sous les tables pour manger du dessert et éviter ainsi une énième représentation. Nul ne doute que son défunt époux aurait fait de même. Il aurait utilisé leur fils pour vendre la famille Venezzio. Il n’était pas le meilleur ami de son père pour rien. En rire était mieux qu’en pleurer. Elle n’avait jamais poussé Winston à chanter ou jouer du piano : il avait voulu par lui-même pratiquer ces deux arts. Vera ne voulait que son bonheur.
L’entente bonne enfant entre Alessio et elle lui permettait de souffler. D’être elle-même, une personne qu’elle ne peut pas être souvent. Il fallait garder les apparences et elle avait déjà fait les vrais des commérages dans les magazines pour souhaiter réitérer l’expérience. Elle savait que jamais le joueur de piano ne la trahirait, n’irait raconter à droite et à gauche ce qui se passait ici. Vera avait une confiance aveugle en cet homme. Elle se doutait bien que ce n’était pas les femmes qui l’attiraient. : Il aurait pourtant fait le compagnon parfait cela ne fait aucun doute.

« En y repensant, on rendrait pourtant une fière chandelle à l’humanité si toi et moi on commençait à procréer. Bon, ok la vie de nos enfants ne sera pas facile, mais au moins on aura fait de bonnes actions ! »

Venir sur le sujet de son père était quelque chose d’étrange. Elle ne parlait jamais de lui et pour une raison : elle le portait en horreur. Le détestait de tout son être comme à l’instar de son époux. Elle les haïssait viscéralement. Elle écouta cependant Alessio parler de son propre géniteur puis de celui qui a pris la place de ce dernier. Le visage de Vera se ferma un peu.

« Mieux vaut ne pas les connaître que d’être utilisés par eux jusqu’au jour où le prix est assez haut pour vendre leur enfant au plus offrant. » Un long soupire traversa ses lèvres et elle préféra boire que d’épiloguer sur le sujet.

Et comme pour chasser ce mauvais moment, cette conversation qui mettait du sel sur des plaies qui n’étaient pas encore renfermer en plus de gâcher ce moment : Vera se mit à chanter. Un air que tout le monde connaît. Utiliser encore et encore dans des publicités ou des films. Chanter une ode à l’amour platonique qui les liait : voilà la meilleure façon de finir une dure journée de travail.
Elle se laissa volontiers entraîner par Alessio dans une danse. Elle le laissa la complimenter en souriant doucement face à cet élan de tendresse. Des paroles qui faisaient toujours chaud au cœur cela va s’en dire avant de rire de bon cœur :

« Je ne suis pas Catwoman désolée de te décevoir mon ami. » Elle posa sa main sur sa joue : « Bien sûr que ton avis compte, tu es l’une des seules personnes de mon entourage à avoir ce droit. Merci de croire en moi. » Vera le contempla, profitant de cet instant : « Toi aussi ne doute jamais de toi. Je n’ai que très peu entendu d’artistes comme toi dans ma carrière. Tu es doué, plus que quiconque. »

Elle aimerait que son ami soit guéri, pour qu’il puisse reprendre confiance en lui. Elle avait déjà fait des recherches pour l’aider, une fois qu’elle aurait trouvé le bon médecin : elle ferait tout pour qu’Alessio le rencontre. Sa tasse à la main elle rigole :

« Regarde nous, un parfait duo ! » Elle prit une gorgée et soupira de contentement. « Ma foi tu peux entrer et sortir comme tu veux : la seule pièce que j’aime dans cette villa c’est celle-ci. Tant que tu n’y touches pas : le reste je m’en fiche. »

Elle reprend le verre au sol et coince la bouteille entre ses doigts : « Je comptais manger avant d’aller me coucher, tu te joins à moi ? » Vera réfléchit : « Je te laisserais même choisir ce qu’on regarde ! »
AVENGEDINCHAINS


No more and yet no less
« Love all, trust a few, do wrong to none. » Shakespeare by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t951p40-lost-child#18392 http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + MORPHINE.
Multi-comptes : Abel alias Abou le fou.
Messages : 469 - Points : 1061

Âge : 33 ans
Métier : Pianiste international normalement, homme angoissé et détruit suite au drame.
Sujet: Re: I swallow the sound and it swallows me whole ⁂ Alessio ( le Mer 23 Aoû - 18:50 )
X
Vera & Alessio

Alessio leva les yeux au ciel en entendant la jeune femme parler de rendre service à l’humanité, un sourire amusé aux lèvres montrait qu’il était plus amusé qu’agacé par ses réflexions, il reprit la parole en se montrant de la tête au pied d’un grand geste. Tu trouves vraiment que j’ai l’air d’être un bon samaritain ? Si la fin du monde arrive parce que nous n’avons pas réuni nos gènes parfaits, je m’en moque royalement. Je pense que je sauverais quatre personnes en plus de toi, enfin sauf s’ils sont mort avant. On pourrait sacrifier ton gosse au pire, je t’en ferais un autre pour le remplacer ne t’inquiète pas.  


Alessio n’était absolument pas sérieux, il n’avait jamais pu coucher avec une femme et en cinq ans de relation, il n’avait jamais touché de façon sexuelle sa soi-disant copine. Il lui avait inventé une soi-disant virginité à conserver avant le mariage, mais la vérité était plus qu’elle ne l’attirait absolument pas de cette façon, aucune femme ne l’avait fait bander comme un homme pouvait le faire. Il n’avait aucune envie de coucher avec une femme et n’avait donc jamais testé une partie de jambe en l’air avec l’une d’elles, peut-être en imaginant un homme en dessous il y arriverait. Al soupira en songeant à ce sujet, son orientation sexuelle lui pourrissait la vie, il aurait donné tout son argent s’il pouvait devenir hétéro. Il n’avait rien contre les homosexuels, mais lui ne pouvait pas être gay, c’était hors de question.


Il sortit de ses pensées et ne put retenir une grimace en entendant la jeune femme parler de son géniteur. Lorsque tu dis ce genre de truc, j’ai envie de tuer ton père. Je ne comprendrais jamais comment il a pu faire cela et j’aurais aimé être présent pour toi à cette période. Je me serais fait passer pour ton mari absolument parfait, mais ton fils ne serait pas venu au monde. Dommage pour la pérennité de l’humanité, mais heureusement pour ta santé mentale.


Alessio  sourit en entendant son compliment et porta son verre à ses lèvres avant de reprendre la parole. Je ne suis pas si doué que ça, il y a des jeunes pianistes extrêmement talentueux et je dois énormément travailler pour être le meilleur et ce n’est pas ma main pourrie qui va m’aider à maintenir un niveau convenable. Je deviens fou à ne plus toucher un piano, certains ont besoin de caresser des corps, moi j’ai besoin de caresser un piano pour m’apaiser. Je sais que ma réflexion est bête et que mes proches me traitent d’égoïste, mais j’ai besoin de jouer, on verra ce que dira le médecin.

Alessio haussa les épaules regardant sa main prise d’un léger tremblement, il l’a remis dans sa poche en poussant un soupir. Les tremblements de sa main lui donnaient envie de pleurer, lui donnait envie de hurler, mais il ne pouvait rien faire. Il avait trop de fierté pour pleurer et il ne pouvait pas frapper un mur au risque d’aggraver les tremblements de sa main. Il fit la moue lorsqu’elle ne s’opposa même pas à sa tentative de vol.

Si ton manoir n’a aucun intérêt pour toi, pourquoi tu restes ici ? Tu pourrais louer ton manoir à quelqu’un d’autres et te prendre un truc avec ton fils. Enfin je dors à l’hôtel donc je ne peux pas vraiment parler, mais je n’habiterais jamais un truc pareil. Trop grand, trop impersonnel, sérieux tu ne t’es jamais perdu chez toi ?

Alessio regardait la jeune femme curieux de sa réponse, il n’aimait pas les grandes maisons, il avait pourtant grandi dans une maison de ce type, mais il n’aimait pas. C’était impersonnel et vraiment tape à l’œil, même s’il aimait habiter seul, il adorait mettre de la musique pour combler le silence autour de lui.

La musique représentait une grande partie de sa vie, il passait son temps à jouer ou à écouter de la musique se perdant souvent dans son monde. Il but une gorgée de son verre qu’il finit avant de le reposer sur une surface plate évitant de casser le verre.

Tu me fais des propositions indécente jeune femme, je ne suis pas encore assez alcoolisé, mais si tu me vends une pizza ou autres plats végétariens, je risque de céder et j’ai même le choix du film ? Je vais choisir un truc bien horrible.




B-Ever

.


@VERA VENEZZIO


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Dim 27 Aoû - 1:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
ID : Ingrid // Sharky
Faceclaim : Gal Gadot ©Twixnfun
Multi-comptes : Tobias, l'historien torturé
Messages : 151 - Points : 681

Âge : 33 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Sujet: Re: I swallow the sound and it swallows me whole ⁂ Alessio ( le Jeu 24 Aoû - 23:22 )

There's a drumming noise inside my head
That starts when you're around


La fin du monde ne devait probablement pas être loin. A l’aube d’une possible troisième guerre mondiale : il y avait des choses à prévoir. Avec son frère Winston, ils avaient échafaudé un plan en cas d’épidémie et d’invasion de morts-vivants. S’il y avait bien une seule personne dans ce bas monde qui pourrait prendre la place de son frère : c’était bien Alessio. Il n’y avait pas de doute à avoir : les deux hommes se seraient très bien entendus.

« Oh je suis certaine que tu ne dirais pas non si tu devenais un Saint et que tu avais une ribambelle de personnes à tes pieds à te vénérer ! » Réplique-t-elle en rigolant. « Nous verrons en temps et en heure, mais on sait tous les deux que je donnerais ma vie plutôt que de voir mon enfant mourir. »

Vera était une vraie lionne quand il était question de sa progéniture. Elle n’a pas eu des parents modèles, mais au moins elle savait ce qu’elle ne voulait pas être. Une bonne chose en soit. Le premier pas vers la réussite et l’accomplissement.

« Ne t’en fais pas va, ses péchés l’ont également rattrapé comme pour mon vaurien de mari. » Elle est cependant touchée par les paroles d’Alessio : « Mieux vaut tard que jamais. Le principal c’est qu’on soit là pour l’un et pour l’autre maintenant non ? » En l’imaginant en mari parfait, elle se mit à réfléchir : « Mon père n’aurait jamais accepté que j’épouse un homme qui est tatoué partout. »

Les desseins sur la peau d’Alessio étaient magnifique mais pour sa famille ultra croyante : cela était un blasphème. Tout comme sa façon de dénigrer son talent.

« Ecoute moi bien, tu es un pianiste d’exception ! Tu penses réellement que j’aurais travaillé avec quelqu’un pour qui je n’aurais pas eu un coup de cœur ? J’en ai entendu de pianistes : mais jamais je n’ai ressenti ce petit quelque chose en écoutant un autre. » Elle ne pouvait pas plus être sincère. « Tu n’es pas tout seul. Je suis là et je suis prête à tout pour que tu puisses retrouver ton doigté. » Elle pencha sa tête sur le côté : « Tu sais qu’ici tu peux être celui que tu veux hein ? »

Vera voulait avoir la confirmation qu’il se sentait bien ici. Elle aimait croire que c’était un peu un sanctuaire pour les amoureux de la musique. Cette pièce de la maison était comme œuvre. L’acoustique était parfaite et il y avait plusieurs instruments dans la salle. Les tremblements de son ami ne passèrent pas inaperçu. Elle se sentait impuissante… Cela la rendait malade parfois. Il méritait tellement mieux…

« Parce que je sais que je ne trouverais jamais un endroit comme cette pièce où je me sens à ma place. » Vera haussa les épaules : « C’est mon petit coin de paradis ici. Là où je peux me ressourcer, m’entraîner, ou je peux avoir la paix. » L’idée de se perdre la fit sourire : « Ce n’est pas si grand que ça. » La chanteuse ne se rendait pas compte. Elle devrait un jour changer la décoration ou bien partir d’ici : cela était probable. Mais elle n’avait pas réellement la force. « Et puis… C’est dans cette villa que j’ai grandis avec mon frère alors je ne peux pas la quitter comme ça. »

Vera, voulant chasser cette discussion : lui proposa un repas et de regarder la télévision. Elle rêvait de se poser et enfin pouvoir décompresser de sa journée.

« Une proposition indécente aurait de te proposer cela en lingerie. » Elle arqua un sourcil : « Ma foi si tu veux oui. Je te laisse choisir après tout. » Elle lui fit un clin d’œil et se glissa hors de la pièce pour aller vers le salon-cuisine et commencer à sortir deux pizzas du réfrigérateur. Une fois au four, elle reprit son mug : « Je te ressers ? » Demanda-t-elle en pointant de son menton la bouteille. « Le seul avantage quand Winston est couché : je peux boire et regarder la télé. Il est déjà bien assez accro comme ça au dessin animé à mon goût ! »

AVENGEDINCHAINS


No more and yet no less
« Love all, trust a few, do wrong to none. » Shakespeare by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t951p40-lost-child#18392 http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + MORPHINE.
Multi-comptes : Abel alias Abou le fou.
Messages : 469 - Points : 1061

Âge : 33 ans
Métier : Pianiste international normalement, homme angoissé et détruit suite au drame.
Sujet: Re: I swallow the sound and it swallows me whole ⁂ Alessio ( le Dim 27 Aoû - 1:25 )
X
Vera & Alessio

Alessio ne réagit pas à sa remarque concernant le fait de devenir un Saint, il était loin d’être un homme aimant être admiré. Il n’avait pas besoin de cela pour être bien dans sa peau d’un point de vue physique puis lorsque quelqu’un vous admire, il admire une forme enjolivée de vous, il n’admire pas ce que vous êtes vraiment, mais la façon dont il vous perçoit.

Alessio savait qu’il avait quelques admirateurs, mais il savait également que ces personnes admiraient l’Alessio qu’ils voyaient sur scène, celui légèrement maquillé, bien coiffé, avec un costume valant plusieurs milliers d’euros. Ils ne connaissaient pas le vrai Alessio, celui qui avait les cheveux en pétard, qui traînait en jogging taché dans tout l’appartement, celui qui avait un caractère de chien. Il ne comprenait pas comment on pouvait idolâtrer une personne ou même un Dieu. Il se considérait athée en quelque sorte et estimait que personne n’était au-dessus de lui, ni en dessous. Les hommes naissent libres et égaux non ? Alors pourquoi certains exigeaient que l’on se prosterne devant eux, non Alessio aurait détesté avoir une foule d’admirateurs.

Il retourna au moment présent en entendant la jeune femme parler de son père qui ne l’aurait pas accepté à cause de ses tatouages. Pour information jolie demoiselle, je ne suis pas née avec mes merveilles sur le corps, donc à l’époque, parce que tu as un certain âge quand même, je n’avais pas autant de tatouage.


Puis pour tes beaux yeux, j’aurais porté une cagoule, des moufles tout un équipement qui n’aurait pas permis à ton père de voir mes tatouages. Ou alors j’aurais mis du fond de teint tout simplement, mais nous n’aurions jamais eu d’enfant. Autant de chiens que tu veux, un alligator même, mais en aucune façon des enfants. Rien que d’y penser, j’ai des frissons.



Alessio poussa un soupir avant de croiser ses bras sur son torse prenant la parole pour essayer de faire comprendre son point de vue à la jeune femme, elle avait un sacré caractère et il n’était pas certain de pouvoir lui faire changer d’avis.

Oui j’ai un certain don pour le piano, mais non je ne suis pas le meilleur. Il me reste beaucoup de chemin à parcourir avant d’arriver au niveau des plus illustres pianistes et je compte bien travailler encore et encore pour y arriver. Et tu as eu un coup de cœur pour moi ? Je vais finir par rougir, je savais que tu étais folle de moi. Et quand tu dis retrouver mon doigté, tu parles de quoi exactement ? Non parce que tes propos sonnent vraiment pervers, laisse mes doigts où ils sont s’il te plait, je ne céderais pas à tes avances. Alessio sourit ayant parfaitement compris de quoi elle parlait, mais il ne voulait pas en parler alors il préférait prendre sa réflexion à la rigolade. Sa main était un sujet très sensible pour lui et il ne voulait pas s’étendre le sujet, ses démons le rattrapaient bien assez souvent en lui chuchotant dans le crâne qu’il était fini, foutu, que sa main n’allait jamais retrouver sa dextérité d’avant.


Le brun ne comprit pas vraiment la phrase de la jeune femme, il était lui-même avec elle et ne jouait aucun rôle. Il fronça les sourcils d’incompréhension laissant tomber le sujet pour le moment, elle allait bien finir par développer sa pensée à un moment.

Le jeune homme suivit la jeune femme jusque dans la cuisine lui demandant au passage si sa pizza était bien végétarienne. Il hocha la tête lorsqu’elle lui proposa un nouveau verre de vin avant de prendre la parole. Je comprends pour ton frère, mais je t’assure que ton manoir est énorme et tu es une belle femme Vera. Tu n’as pas besoin de sortir la lingerie pour attirer un homme, il suffit de t’écouter pour tomber sous ton charme, tu as de la chance que tu sois comme une sœur pour moi, sinon je crains que j’aurais cédé à tes avances depuis longtemps. Bon c’est vrai que tu commences à devenir un peu vieille, tu n’aurais pas attrapé des cheveux blancs dernièrement ?

Alessio n’était absolument pas sérieux, la jeune femme était superbe et elle était encore loin d’être vieille, mais il adorait la taquiner et il espérait bien que sa taquinerie allait marcher, sinon ce n’était pas drôle. Il porta son verre de vin à ses lèvres s’éloignant en la voyant approché par mesure de sécurité.



B-Ever

.


@VERA VENEZZIO


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Mar 29 Aoû - 20:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: I swallow the sound and it swallows me whole ⁂ Alessio ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- I swallow the sound and it swallows me whole ⁂ Alessio -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences