- Maybe tonight I'll call ya, after my blood turns into alcohol, no, I just wanna hold ya. -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t951p40-lost-child#18392 http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + hedgekey
Multi-comptes : Abel alias Abou le fou.
Messages : 271 - Points : 409

Âge : 33 ans
Métier : Pianiste international normalement, homme angoissé et détruit suite au drame.
Sujet: Maybe tonight I'll call ya, after my blood turns into alcohol, no, I just wanna hold ya. ( le Ven 4 Aoû - 17:34 )
X
Alpo
Pour être franc, il n’y avait aucune envie de revenir habiter ici pour le jeune homme. Sans son accident il ne serait sûrement pas revenu avant plusieurs mois. Mais sa main étant foutus, il n’avait techniquement plus de travail, les revenus provenant de la vente de ses disques ou de ses tournées lui permettait de vivre de manière plus qu’aisée, malgré tout il aurait aimé pouvoir jouer du piano. Son instrument lui manquait, la plupart des gens trouvaient son rapport au piano incompréhensible. Ils ne comprenaient pas le lien qui unissait Alessio à cet instrument, ils ne comprenaient pas que son piano était une partie de lui. Al ne savait pas s’exprimer, il ne savait pas mettre de mots sur ses émotions, il se dévoilait en jouant. Lorsqu’il jouait un morceau triste, cela voulait dire qu’il était triste, lorsqu’il jouait un air amoureux, il s’agissait d’une déclaration d’amour, etc. Il avait la chance de pouvoir choisir lui-même les morceaux qu’il voulait jouer, il pouvait proposer ses propres morceaux.

L’idée de ne plus pouvoir jouer du piano lui filait la nausée, il savait jouer d’autres instruments, mais il n’avait un lien filial qu’avec son piano. Il poussa un soupir de découragement en pensant à son accident avant de sortir une cigarette de sa poche, il l’alluma d’un geste expert avant de fumer pour enlever son stress. Ales était un gros fumeur capable de terminer un paquet par jour, il essayait de se restreindre, ce qui n’était pas vraiment facile depuis son accident. Plongé dans ses pensées, il s’aperçut juste à temps que le moment de quitter l’hôtel était arrivé s’il ne voulait pas louper son rendez-vous chez le médecin.


Alessio n’avait aucune envie d’aller chez son médecin, mais son manager allait le tuer s’il n’y allait pas donc le jeune homme sortit dans la rue pour prendre son bus. Sa main tremblait bien trop pour qu’il prenne le risque de grimper sur sa moto. Al pouvait être un vrai con, mais il n’allait pas mettre la vie des autres usagers en danger juste pour satisfaire ses besoins personnels. En général, il pouvait prendre sa moto après avoir fait sa piqûre quotidienne. Cette piqure ne le guérissait pas, mais elle stoppait pendant quelques heures les tremblements de sa main, il lui restait juste quelques petits tremblements qui l’empêchaient de jouer du piano correctement, mais il pouvait au moins conduire sa moto, sortir sa main à l’air libre, il pouvait vivre en résumé.


Aujourd’hui il n’avait pas pu faire sa piqure à cause de son rendez-vous chez le médecin et cacha sa main dans la poche de son slim. Il attendit le bus avant d’arriver à destination se laissant manipuler par le médecin. Ce dernier trouvait les progrès du jeune homme satisfaisants, ce qui lui valut une remarque acide dans les dents avant qu’Al quitte l’hôtel.
La mine renfrognée, il décida de marcher en direction de son hôtel, sa foutue main dans la poche, il râla lorsqu’un homme le bouscula lâchant quelques insultes au passage. Ne regardant pas où il allait, il faillit trébucher dans un chat tout mignon qui le regardait de ses magnifiques yeux.


La colère du jeune homme se calma presque instantanément, il s’assit à même le trottoir caressant le chat de sa main valide, il n’hésita pas à lui parler non plus sachant très bien que les animaux nous comprenaient bien mieux que l’on pouvait penser. Tu es bien beau dis donc, tu as un propriétaire, tu risques de te faire écraser si tu restes ici. Viens ici. Alessio tendit la main vers le chat avant que ce dernier ne vienne ronronner dans ses bras. Il releva la tête en entendant quelqu’un derrière lui crier un nom et faillit tomber de son trottoir en voyant la personne derrière lui. Il se releva avec le chat dans ses bras avant de prendre la parole. Salut Lupo, tu vas bien ? Je pense que la merveille t’appartient ?


B-Ever
.


@Lupo Nazzareno


Dernière édition par Alessio Valentini le Sam 5 Aoû - 23:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: Maybe tonight I'll call ya, after my blood turns into alcohol, no, I just wanna hold ya. ( le Sam 5 Aoû - 0:56 )

« Peppe je pense pizza qu’est-ce que tu en dis ? » Se débarrassant de son tablier sur le canapé du salon, le napolitain laissa son regard noisette embrasser le salon du regard avant d’esquisser une grimace. D’habitude, le grassouillet chat qui régnait en maître et conquérant sur son territoire se faisait entendre dans le moindre de ses déplacements,  tant son embonpoint lui avait fait perdre de la discrétion. Il ne manquait jamais non plus de l’assommer de miaulements répétitifs auxquels Lupo répondait comme s’ils échangeaient au cours d’une vraie discussion. Il tendit l’oreille pour entendre l’arrivée de son compagnon à poils mais le silence qui suivit lui fit légèrement froncer les sourcils. Peppe était libre de ses allers et venues dans le quartier mais quand l’heure du dîner se faisait sentir, il n’était jamais loin. Il n’avait jamais loupé un repas. Encore moins depuis qu’il était castré et qu’il ne pouvait plus courir les toits pour miauler après les femelles. Mettant de côté le souffle d’inquiétude qui le saisit, le jeune homme entrepris de se débarrasser de la terre qui maculait ses mains, brossant ses ongles de façon à  être impeccable.

Il se mit ensuite en tête de préparer son propre repas, en réalisant une sauce tomate avec les légumes venant de son jardin en même temps qu’il s’occupait de façonner une pâte. Il aurait pu se faire directement livrer, mais depuis toujours il avait eu le goût de façonner de ses propres mains et après avoir passé la journée dans son atelier, l’esprit bouillonnant d’idées, il avait toujours besoin de ce moment de calme où ses mains travaillaient par réflexe et non pas dans un but caché. Il avait fini de préparer la pizza et l’avait enfournée, que le chat n’avait toujours pas pointé le bout de ses moustaches. Et Lupo commença à craindre qu’il ne soit encore monté dans l’arbre de la maison voisine, et y soit resté coincé. Essuyant la farine qu’il avait sur les mains, sur son t-shirt, il ne prit pas la peine de renfiler des chaussures et descendit en pantoufles.

Après avoir fait les cachettes les plus habituelles, il faillit rebrousser chemin, se disant qu’entre-temps l’animal avait bien dû rentrer, alléché par l’odeur du fromage en train de fondre, quand il aperçut la bête du coin de l’œil. Il s’élança d’abord dans sa direction sans réfléchir, puis se figea à deux mètres à peine de l’homme qui le tenait dans ses bras. Sur le coup, il n’avait pas fait attention et ne l’avait pas reconnu. Maintenant il se mordait l’intérieur de la joue en voyant Peppe ronronner tranquillement dans les bras d’Alessio en frottant sa tête rondelette contre son torse. Le traître !

« Euh ouais c’est mon chat. » S’entendit-il répondre platement en fourrant ses mains dans ses poches.  Il n’avait pas vu Alessio depuis une bonne dizaine d’années. La dernière fois qu’il l’avait vu ils avaient passé la nuit ensemble, comme souvent depuis quelques semaines. Puis après plusieurs jours de silence de sa part Lupo s’était discrètement renseigné auprès de Matteo, pour apprendre que son amant – pouvait-il vraiment user de ce terme ? – avait quitté la ville. Il n’avait plus jamais eu de nouvelles. Mais grâce à la magie d’internet, avait pu suivre l’itinéraire de ses tournées et sa folle histoire avec une jolie demoiselle. Il était donc tout sauf ravi de le retrouver en bas de son immeuble. En particulier en se rendant compte combien il pouvait être en colère encore.

« C’est un mec alors comme c’est pas trop dans ton délire, tu le lâches à un moment donné et il retrouvera bien le chemin de la maison. Allez tchao. » Il se retourna avant que son visage ne s’enflamme littéralement, se forçant à une allure correcte alors qu’il avait envie de changer de quartier. Il avait dû inhaler quelque chose de mauvais à l’atelier, parce qu’il n’y avait pas une seule once de chance qu’il ait bien vu, qui il venait tout juste de voir. Impossible. Non. Les fantômes du passé n’allaient faire chier que Mr Scrooge.


@Alessio Valentini
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t951p40-lost-child#18392 http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + hedgekey
Multi-comptes : Abel alias Abou le fou.
Messages : 271 - Points : 409

Âge : 33 ans
Métier : Pianiste international normalement, homme angoissé et détruit suite au drame.
Sujet: Re: Maybe tonight I'll call ya, after my blood turns into alcohol, no, I just wanna hold ya. ( le Sam 5 Aoû - 1:41 )
X
Alpo
Alessio ne s’attendait pas à une réaction superpositive de la part de Lupo, il se doutait bien que le jeune homme allait sûrement vouloir le frapper, le tuer et cacher son corps dans une poubelle. Il ne s’attendait pas à si peu de réaction, on aurait dit qu’il venait de croiser le vendeur de hot-dog du coin. Alessio se doutait bien qu’il n’avait pas laissé un souvenir irremplaçable dans l’esprit du jeune homme, il se doutait que Lupo avait eu d’autres amants, d’autres hommes après lui.


Le côté hyper possessif de sa personnalité avait envie de hurler au scandale, mais il aurait été bien hypocrite de demander fidélité au brun alors qu’il ne l’était absolument pas de son côté. Alessio n’avait jamais retrouvé la connexion qu’il avait eue avec Lupo et pendant longtemps il s’était demandé si le jeune homme était le seul responsable de son homosexualité. Il avait connu d’autres hommes, mais ces derniers passaient la nuit avant de repartir le lendemain, il ne se sentait pas comme un gay et il arrivait à occulter cette partie de jambes en l’air dès qu’elle prenait fin.

En langage cru, on pouvait dire qu’il se vidait les couilles avant de commencer sa journée de travail, il sortit de ses pensées en sentant le chat bouger dans ses bras et décida d’aller voir le jeune homme. Al n’était pas complètement débile, il ne savait pas exprimer ses sentiments, mais il savait s’excuser et reconnaitre ses torts. Ce n’était pas qu’un gros con bourré de principe qui refusait d’avoir tort, il avait blessé des gens et même s’il ne s’en rendait pas compte immédiatement, il finissait toujours par s’excuser.


Il rentra dans la boutique du jeune homme regardant autour de lui avec admiration, son amant avait toujours été doué. Un vrai petit génie en poterie, un art qu’Ales ne maîtrisait absolument pas. Il n’aimait pas attendre des heures pour obtenir un résultat éphémère. Seul le piano arrivait à le faire tenir des heures assis à chercher la note parfaite. Alessio était un perfectionniste qui détestait jouer mal, il pouvait recommencer un morceau pendant des heures s’il jugeait qu’un passage de la partition n’était pas parfait.

Il se posta derrière le jeune homme et prit la parole ne sachant pas comment tourner les choses. Bonjour Lupo, je suppose que tu n’es pas ravi de me revoir, je comprends parfaitement, mais je ne m’attendais pas à une telle réaction. Tu avais plus de caractère la dernière fois que je t’ai vu.

Alessio eut un sourire triste avant de reposer le chat qui pesait son poids, séreux il comptait faire exploser ce pauvre chat pour réaliser une expérience scientifique ?

Le châtain reprit la parole en se passant la main dans les cheveux ne sachant pas trop comment se comporter. Pourquoi tu me parles des hommes qui ne seraient pas mon délire ? Tu sais très bien que je fréquente des hommes, je ne suis pas gay, je suis hétéro. Alessio haussa la voix pour se rentrer dans le crâne qu’il était hétéro et non homo, il n’était pas gay. Les hommes étaient juste des passades et de toute manière c’était la faute de Lupo s’il était gay. Il sentit sa main trembler dans la poche de son slim ce qui l’obligea à s’éloigner du regard acéré de Lupo qui avait l’air de vouloir lui sauter dessus.

Al mentirait s’il disait n’avoir rien ressenti en revoyant le jeune homme, le truc qu’ils partageaient avant lui était revenu en pleine face et il avait juste envie de pleurer, de hurler comme un malade ayant un cancer. Il poussa un soupir en regardant le jeune homme suivant ses courbes du regard, c’était peut-être con, mais il n’avait jamais oublié le corps du jeune homme, sans tomber dans les conneries du style ses conquêtes ressemblaient à Lupo, il se souvenait encore de ses réactions, des détails qui l’avaient rendus fous.

Il se passa sa main valide dans les cheveux encore et encore signe de stress chez lui. Il recula de quelques pas en voyant le jeune approcher craignant le pire.


B-Ever
.


@Lupo Nazzareno


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Sam 5 Aoû - 14:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: Maybe tonight I'll call ya, after my blood turns into alcohol, no, I just wanna hold ya. ( le Sam 5 Aoû - 12:21 )

Lupo s’en voulait. Dix ans en arrière il avait autorisé Alessio à prendre une part de lui trop importante en sachant que le jeune homme s’attachait farouchement à son hétérosexualité. Alors qu’il admirait l’homme pour avoir très jeune su ce qu’il voulait faire de sa vie et avoir poursuivi ses rêves et mit toute son énergie au service de sa passion, il le voyait s’empêtrer dans des mensonges et des faux semblants. Tomber amoureux d’un hétéro, ou de quelqu’un qui refusait de sortir du placard avait au final toujours le même résultat. Si la fuite du musicien ne l’avait pas étonné outre-mesure, il avait d’avantage été blessé par le manque de courage dont il avait fait preuve. Il l’avait fait se sentir comme de la merde en le traitant comme moins que rien. Et maintenant il débarquait comme une fleur et se permettait des commentaires sur son comportement ? Lupo riait jaune. Putain de connard imbu de lui-même. Qu’est-ce qu’il s’imaginait en faisant son petit show ici ?

Serrant les poings, Lupo lutta réellement contre l’envie de lui coller un pain dans sa jolie petite tronche. Mais il explosa d’un rire amer quand Alessio, dans toute sa superbe prétendit que baiser des hommes à tire-larigot prouvait à quel point il était hétéro. Qu’il donne le change aux caméras pour préserver sa carrière était une chose, mais qu’il se montre aussi aveugle face à quelqu’un qui l’avait vu à l’œuvre était de la pure ironie. Se passant les mains sur le visage, il soupira et secoua la tête.

« Oh non je ne vais pas refaire la même connerie deux fois… » Dit-il, plus pour lui-même qu’à l’attention de son ancien amant. « Je ne sais pas dans quel monde tu vis Alessio, mais la dernière fois que j’ai regardé, enculer des mecs c’était pile-poil la définition de gay. J’ai juste de la peine pour toi, si après tout ce temps tu n’as encore rien appris. Mais je ne peux plus rien pour toi. Et j’ai assez de respect pour moi-même pour ne pas vouloir endurer tes conneries encore une fois. Tu m’as pris pour une pute ou quoi ? Tu crois que tu peux traîner les gens dans la merde et revenir dix ans plus tard en espérant qu’il y a prescription ? »

Lupo déglutit difficilement. Il n’avait eu aucune envie de montrer à quel point il avait été touché. Mais la vérité était là et Alessio n’avait fait que confirmer ce qu’il croyait depuis ses premières années adolescentes. Le couple était un mythe pour un jeune homme gay comme lui. Il y aurait les occasionnelles personnes avec qui il passerait quelques jours, semaines, mois… Mais ça n’aboutirait jamais à rien de plus qu’à quelques parties de jambes en l’air. S’il voulait de l’engagement, il allait le chercher auprès de ses amis. Et certainement plus auprès de ce traître de Peppe qui se frottait aux jambes du musicien en ronronnant.

« J’veux que tu dégages d’ici. Et surprise ! C’est ce que tu fais de mieux au monde ! »



@Alessio Valentini
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t951p40-lost-child#18392 http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + hedgekey
Multi-comptes : Abel alias Abou le fou.
Messages : 271 - Points : 409

Âge : 33 ans
Métier : Pianiste international normalement, homme angoissé et détruit suite au drame.
Sujet: Re: Maybe tonight I'll call ya, after my blood turns into alcohol, no, I just wanna hold ya. ( le Sam 5 Aoû - 14:29 )
X
Alpo
En entendant la réaction du jeune homme, Alessio comprit qu’il l’avait blessé, il ne savait pas à quelle point, mais il était blessé et Al ressentit un petit pincement au cœur rien que d’y penser.

Il pouvait être un vrai con sans même le faire exprès, mais il n’aimait pas briser des cœurs pour le plaisir. Il avait un bon fond, même s’il ne le montrait pas souvent. Il poussa un grand soupir avant de se lancer dans un exercice pour lequel il n’était absolument pas doué : les excuses. Il savait s’excuser, il savait reconnaître ses torts, mais il avait du mal à présenter ses excuses. Il avait l’impression d’être un petit homme faible dans ce moment-là, il prit son courage à deux mains en plantant ses yeux dans ceux du jeune homme refusant de répondre à sa réflexion sur l’homosexualité qu’il essaya d’oublier dans un coin de sa tête.


Je t’ai blessé non ? Je n’ai même pas besoin d’entendre ta réponse pour le savoir. Je suis sincèrement désolé Lupo, ce n’était pas mon but et je me doute bien que tu ne vas pas me pardonner immédiatement. Je n’ai jamais pensé qu’il y avait prescription et je t’interdis de dire que tu es une pute ou que je te considère comme une pute. Tu sais pertinemment que tu as toujours été bien plus que cela à mes yeux, ce qui m’a donné envie de fuir. Même si j’ai honte de l’admettre, oui j’ai pris peur et je suis vraiment désolé de t’avoir blessé au passage, j’aurais dû m’y prendre autrement, mais à l’époque je n’ai pas réfléchi. Et je continuerais sûrement de fuir lorsque la situation deviendra  trop dure pour moi, je suis sûrement un lâche. Alessio haussa les épaules en regardant le sol absolument pas à l’aise avec sa révélation. Il détestait se confier et ne voulait surtout pas jouer un remake des feux de l’amour avec Lupo, il avait assez raconté sa vie à ses yeux et se baissa pour caresser l’énorme chat.

Il était bien plus à l’aise avec les chats qu’avec les animaux. Il ne savait pas s’exprimer avec les êtres humains, il voulait toujours en savoir plus, lui posait des questions auxquelles il ne voulait pas répondre.


Il se releva ensuite veillant à ne pas marcher sur la queue du chat avant de regarder partout sauf en direction de Lupo. Je suis encore désolée Lupo, je ne suis pas douée avec les êtres humains  et je ne le serais sûrement jamais Lu. Alessio se mordit la lèvre en ressortant le surnom qu’il donnait à Lupo lorsqu’ils étaient ensemble, c’était l’une des raisons qui l’avaient poussé à fuir. Il avait pris peur en remarquant qu’il commençait à donner des surnoms à Lupo, qu’il commençait à s’attacher à lui, il ne voulait pas être gay et Lupo était son petit démon qui remettait toutes ses convictions à terre.


Il sortit un paquet de cigarettes de sa poche avant de coincer une cigarette entre ses deux lèvres prévenant le jeune homme qu'il allait fumer en s’avançant vers la sortie pour allumer sa cigarette. Il resta contre le chambranle de la porte d’entrée regardant les passants aller et venir en se demandant s’il devait fuir ou rester pour affronter ses problèmes.



B-Ever
.


@Lupo Nazzareno


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Dim 6 Aoû - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: Maybe tonight I'll call ya, after my blood turns into alcohol, no, I just wanna hold ya. ( le Dim 6 Aoû - 12:50 )

La mine de Lupo se renfrogna sitôt qu’Alessio mentionna le fait qu’il l’avait blessé. Il n’aimait pas l’admettre parce qu’il donnait alors au jeune homme bien trop de pouvoir sur lui quand il était évident qu’il n’était qu’un jouet pour lui. Peut-être qu’il était devenu subitement nostalgique et qu’il avait envie de se faire sucer parce qu’il n’avait pas sa blonde sous la main. Peu importe, l’artiste n’avait de toute manière aucune envie d’entrer dans son jeu. Il avait attendu trop longtemps après le musicien en espérant qu’une fois la peur passée il lui ferait un signe. Dix ans plus tard, il était trop tard. Lupo n’était plus le même homme, il avait tiré un trait sur la romance et toutes ces conneries hétéro. Il préférait se savoir libre et ne rien attendre de l’autre, et surtout pas de quelqu’un qui arrivait à admettre dans la même phrase qu’il était spécial à ses yeux mais qu’il n’avait rien d’une tapette. C’était un coup à le voir s’enfuir encore une fois, dès qu’il aurait estimé que sa parenthèse avait assez duré.

Silencieux jusqu’à ce que le jeune homme s’éloigne pour allumer une clope, il écarquilla les yeux en se rendant compte qu’il ne semblait pas avoir pour le moment l’envie de lui foutre la paix mais plutôt l’air de s’installer tranquillement. Il détestait le voir flatter les flancs de Peppe, et encore plus quand l’animal l’encourageait en ronronnant. Il sentait la colère prendre le pas sur lui et s’imposer. Tout l’enrageait, de sa mine penaude au fait qu’il essaye de l’attendrir à coups de surnoms. Dix ans c’était quand même affreusement long pour se rendre compte qu’on avait abusé et traité quelqu’un comme de la merde.

« Alessio, je crois que tu as zappé une partie importante de ce que je t’ai dit : casse toi. Ton petit numéro, je le connais par cœur, je l’ai vu arrivé des centaines de fois. Si tu cherches quelqu’un pour te sucer, il y a des putains de prostituées qui font ça très bien et tu en as largement les moyens. Alors tu prends tes excuses foireuses, tu te les colles où je pense et tu dégages de chez moi. » Lupo avait parlé d’une traite, jusqu’à ce que le souffle lui vienne à manquer.

Il était au-delà de blessé. Il avait eu son cœur brisé. Dix ans en arrière, il avait cru avoir une connexion spéciale avec un autre homme qui allait bien plus loin qu’une simple attirance physique. Il avait commencé à se sentir à l’aise dans leur complicité. Il savait qu’Alessio avait des difficultés à admettre sa sexualité, mais il pensait seulement qu’il lui faudrait un peu de temps pour finir par être en accord avec sa nature. Qu’il comprendrait qu’il n’y avait aucune raison d’avoir honte. Longtemps après la fuite du pianiste, il s’était demandé ce qui s’était passé pour qu’il prenne subitement peur. Puis il s’était souvenu de la remarque d’un des amis d’Alessio et de l’horreur qui avait saisi les traits de son amant, suivit de très près par la honte. Personne n’avait envie de provoquer un tel dégoût chez l’être aimé. Jamais.

« Tu n’es pas le bienvenu ici au cas où tu ne l’aurais pas remarqué. »



@Alessio Valentini
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t951p40-lost-child#18392 http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + hedgekey
Multi-comptes : Abel alias Abou le fou.
Messages : 271 - Points : 409

Âge : 33 ans
Métier : Pianiste international normalement, homme angoissé et détruit suite au drame.
Sujet: Re: Maybe tonight I'll call ya, after my blood turns into alcohol, no, I just wanna hold ya. ( le Dim 6 Aoû - 18:35 )
X
Alpo
Les excuses n’avaient servi à rien, il devait bien avouer qu’il ne s’attendait pas  une telle réaction, il se doutait bien que le jeune homme n’allait pas lui sauter dans les bras, mais il ne s’attendait pas à tant de haine de la part du brun. Il avait peur d’avoir loupé sa chance, d’avoir perdu la seul personne qui aurait pu l’aider à refaire surface, son roc et celui qui l’aurait aidé à accepter son handicap. Il y a avait un truc avec Lupo, un truc qu’il refusait de perdre, même si cela le terrifiait. Il poussa un soupir face à la demande de Lupo refusant d’abandonner si facilement, il ne put retenir une réflexion cinglante lorsqu’il l’entendit parler de pute qui devait le sucer. J’aurais besoin de me faire sucer, je ne prendrais pas le temps de présenter mes excuses. Je ne suis pas un bon samaritain et je me ferais moins chié si je voulais juste que tu me suces. Alessio se pinça l’arête du nez sachant très bien qu’il n’allait arriver à rien s’il continuait d’être aussi acerbe avec son ex-amant.  Il hésita un bon moment avant de reprendre la parole, ne voulant pas dévoiler sa faiblesse.

J’ai été témoin d’un drame récemment et j’ai eu de la chance de survivre, de pouvoir marcher à nouveau, mais le choc m’a permis au moins de me rendre compte d’un truc. La vie est courte et même si je crève de peur, je dois accepter de faire des efforts, aucun homme ne m’a donné envie de faire ses efforts, sauf toi. Je ne te demande pas de me croire, je te demande juste de me laisser une chance.


Laisse-moi une deuxième chance, si je foire ma deuxième chance, tu n’entendras plus parler de moi et je disparaîtrais pour de bon. Je sais que tu me détestes, mais je commence à évoluer et je te jure que je ne fuirais pas et que je veillerais à préserver ton cœur tant que tu me donnes une chance. Je tiens mes promesses, je suis peut-être un gros con, mais je n’ai jamais rompu une promesse. Acceptes-tu de me donner cette chance Lu ? Juste une chance, pas ton pardon, enfin pas immédiatement. Il tendit la main à Lupo coinçant sa cigarette entre ses lèvres, espérant qu’il allait lui accorder cette chance, sinon il allait accepter sa volonté et disparaître sans laisser de trace, le cœur brisé d’avoir encore une fois blessé l’un de ses proches. Il n’avait jamais eu aussi peur de sa vie, espérant que le jeune homme n’allait pas lui demander pourquoi il lui tendait la mauvaise main. Il n’assumait pas encore sa blessure, mais il avait promis d’être honnête et lui raconterait l’histoire en intégralité.

Lupo avait toujours été sa faiblesse, le seul capable de mettre Alessio plus bas que terre. Il n’aurait jamais fait autant d’effort pour quelqu’un d’autre, peut-être pour ses frères et sœurs, mais une autre personne aurait été se faire voir. C’était notamment le cas de sa petite amie, enfin son ex petite amie qui n’était pas vraiment sa petite amie. Il sortit de ses pensées en entendant le jeune homme reprendre la parole, attendant la sanction avec angoisse ne faisant même plus attention à l’énorme chat qui ronronnait contre ses jambes.



B-Ever
.


@Lupo Nazzareno


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.


Dernière édition par Alessio Valentini le Mer 9 Aoû - 21:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: Maybe tonight I'll call ya, after my blood turns into alcohol, no, I just wanna hold ya. ( le Mer 9 Aoû - 0:26 )

Lupo savait bien que son numéro de gros nounours ne durerait pas et quand il lui sortit une remarque acide il se félicita d’avoir enfin le vrai Alessio devant lui. Celui qui était obsédé par sa musique et rien d’autre, handicapé des sentiments et se foutait bien de faire du mal aux autres ou non du moment qu’il conservait le jeu des apparences. Il ne s’attendait certainement pas à la suite, à sa brusque confession sur son accident et tout ce qui s’en suivit. Si sa mâchoire n’avait pas été fermement soudée à son visage, elle se serait sans doute décrochée et pendant un long moment, Lupo observa la main que lui tendait le pianiste, perplexe. Une deuxième chance ? Lupo secoua la tête, la gorge nouée et fit un pas en arrière. Un peu étourdi, il dut attendre un moment avant de pouvoir reprendre la parole.

« Une deuxième chance de quoi ? Ne le prends pas mal, je suis désolé qu’il te soit arrivé ce qui t’es arrivé. Peu importe ce que c’était. Mais je ne suis pas un pansement ou un médicament. Ni un jouet que tu sors d’un carton parce que tu t’es subitement souvenu qu’il était là. » Il se passa la main dans les cheveux. Il avait envie de fuir le plus loin possible de cet endroit. Pourtant il était chez lui. Mais jamais il ne s’y était sentit aussi menacé qu’en cet instant.

« Tu débarques là et tu me balances tes trucs mais pas une seule fois tu te demandes ce que je veux moi. Ce dont j’ai besoin. Tu as déjà eu mon cœur entre les mains et tu en as fait de la bouillie. Tu te rappelles ? Qu’est-ce qui me fait croire que je peux te faire confiance à nouveau ? Parce que tu as eu un accident et tu as failli mourir ? Est-ce que ça fait de toi un gay du coup ? Non… tu l’as dit toi-même, tu es hétéro. Alors quoi ? On devient potes ? Qu’est-ce que ça t’apporteras ? On s’envoie une carte postale de temps en temps et on prétend que tout va bien ? Tu retournes à ta meuf, tu l’épouses et tu lui fais un tas de bébés et je deviens le parrain ? » Un rire nerveux lui échappa et il se passa les mains sur le visage, soudain las et sans forces.

« En plus tu viens tout juste de dire que tu ferais que fuir à nouveau. Qu’est-ce que je dois croire ? »




@Alessio Valentini
Revenir en haut Aller en bas
Alessio ValentiniLe vin est un puissant lubrifiant social
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t951p40-lost-child#18392 http://ciao-vecchio.forumactif.com/t1037-le-temps-est-assassin-et-emporte-avec-lui-les-rires-des-enfants-et-les-mistral-gagnants#18972
ID : Yulia
Faceclaim : Billy Huxley + hedgekey
Multi-comptes : Abel alias Abou le fou.
Messages : 271 - Points : 409

Âge : 33 ans
Métier : Pianiste international normalement, homme angoissé et détruit suite au drame.
Sujet: Re: Maybe tonight I'll call ya, after my blood turns into alcohol, no, I just wanna hold ya. ( le Mer 9 Aoû - 21:55 )
X
Alpo
Alessio finit sa cigarette essayant de remettre de l’ordre dans ses idées, il poussa un soupir en écrasant sa clope par terre ramassant ensuite le mégot, il était complètement con, mais il se souciait légèrement de l’écologie et ne laissait pas ses mégots sur le trottoir. Il expira la fumée de sa cigarette en regardant Lupo avant de se lancer, ayant l’impression de se lancer dans un bain de requin près à le déchiqueter sans aucune pitié. Je veux juste être ton ami, rien de plus.


Il montra son cœur avant de reprendre la parole hésitant.
Je t’ai ici Lupo, mais en cédant à mes envies je t’ai fait énormément de mal et je vivrais avec cette douleur toute ma vie, donc je tiens juste à être ton ami. Parce que je suis plus douée avec mes amis qu’avec mes relations de couple. Tu peux me faire confiance, parce que je n’aurais pas ton cœur entre les mains. Je n’ai pas compris ton délire avec le mariage et les gosses sachant que je suis célibataire et que je déteste ses microbes sur pattes qui salissent tout. Je ne vais pas fuir à nouveau parce que je ne fuis pas mes amis, je suis célibataire par choix et je ne te prends pas pour un médicament ou je ne sais quoi.

J’ai compris que je ne pourrais jamais être avec une femme et vu que je ne peux pas être gay, je serais célibataire, je finirais sûrement seul comme un vieux con, mais j’aurais mes amis autour de moi et j’espère que tu en feras partie.
Alessio souffla n’ayant pas prévu de dire cela à Lupo, il avait l’impression d’avoir ouvert son cœur à vif et il détestait cette sensation. Surtout qu’il venait de lui avouer qu’il comptait rester célibataire, une décision qu’il avait prise après sa rupture avec sa soi-disant petite amie, il allait se contenter de coup d’un soir qui lui permettait d’oublier qu’il était attiré par les hommes, il pouvait se donner l’impression d’être hétéro.

Et sérieux Lupo ? Des cartes postales ? Tu ne veux pas des pigeons voyageurs plutôt ? Alessio eut un petit sourire en coin aimant taquiner le jeune homme, des cartes postales sérieux. Un léger rire franchit ses lèvres, n’arrivant pas à croire que Lupo lui avait sorti cela.


Il ne savait pas si le jeune homme allait accepter son amitié, il aurait toutes les raisons de refuser et Alessio préféra se concentrer sur le chat qui ronronnait entre ses jambes plutôt que sur le visage de Lupo. Oui beauté, je te vois, dès que j’aurais un chez moi, j’adopterais un de tes cousins. Alessio caressait le chat avec attention souriant comme un gosse devant les ronronnements de la bête. J’adore ton chat si tu cherches un gardien.



B-Ever
.


@Lupo Nazzareno


Highway of fallen kings
   

❀ Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods …Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. But they’ll never know this. Not until it’s too late.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Maybe tonight I'll call ya, after my blood turns into alcohol, no, I just wanna hold ya. ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Maybe tonight I'll call ya, after my blood turns into alcohol, no, I just wanna hold ya. -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples