- ELIOTT - I feel everything -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Luna FerrucciLa jeunesse dorée et éclatante
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://ciao-vecchio.forumactif.com/t339-luna-i-m-sorry-if-i-smot http://ciao-vecchio.forumactif.com/t371-luna-nothing-s-gonna-hurt-you-babe
ID : wiwi.
Faceclaim : Millie Bobby Brown. (élissan)
Messages : 95 - Points : 172

Âge : quinze petites fleurs.
Métier : élève de lycée, elle a ce rêve de devenir mannequin depuis quelques semaines maintenant pour peut-être travailler avec son papa. Elle mange moins, saute même des repas sans se douter que ça a de graves conséquences sur son organisme.
Sujet: ELIOTT - I feel everything ( le Mer 2 Aoû - 4:03 )
I feel everything...
Your stare makes me freeze but I can't stay still


17 heures. La sonnerie du lycée retentissait enfin, annonçant le début des grandes vacances pour tous ces lycéens qui avaient passé leur année assis sur leur chaise à apprendre des choses qu’ils jugeaient inutiles, complètement débiles et qu’ils pensaient tous ne jamais utiliser à un seul moment dans leur vie. Luna était l’une d’entre eux. À l’entente de la sonnerie, elle s’est levée sans même attendre que sa professeure finisse sa phrase puis avec ses camarades, elle a filé après avoir remballé ses affaires dans son sac, passant les grilles de cet enfer qu’elle était enfin heureuse de quitter le temps de deux mois. Adieu les cours ennuyeux, adieu les devoirs, adieu les emmerdeurs et bonjour les vacances, le soleil, les journées en pyjama et les nuits passées debout. Luna n’avait encore rien prévu de ses vacances mais elle se doutait qu’elle allait s’amuser. Elle aurait cependant aimé que ses parents décident d’un petit voyage à l’étranger, mais vu qu’en ce moment à la maison c’était plutôt tendu, elle avait vite oublié cette idée.

Les écouteurs dans les oreilles, sa playlist lancée sur son téléphone, elle marchait tranquillement direction l’agence dans laquelle son père bossait. En ce moment, ça avait beau ne pas être la joie entre eux, elle n’avait pas pour autant envie d’oublier cette habitude qu’elle avait de souvent passer le voir au travail après les cours, si ça pouvait les aider à mieux s’entendre… Alors après ces quelques pas faits pour finalement atteindre l’entreprise, elle poussa doucement les portes en verre de l’agende de mannequinat et se dirigea directement vers le bureau de son père, saluant tous ces employés, ces mannequins et personnes qui travaillaient avec son père sur le chemin. Elle y passait tellement de temps qu’elle connaissait à priori toutes les personnes qui y travaillaient.

Elle fut cependant surprise lorsqu’elle arriva devant le bureau de son père et qu’en ouvrant la porte de celui-ci, elle vit qu’il était vide. Personne, son père n’était pas là. Alors Luna alla taper à la porte du bureau de l’une de ses collègues histoire d’en savoir plus et c’est de cette façon qu’elle apprit que celui-ci était actuellement en réunion… Super papa, t’aurais pas pu prévenir ? Soufflant, elle retourna dans le bureau de son paternel et s’installa comme si elle était chez elle, posant son sac à terre, les pieds sur le bureau… Elle jouait avec son téléphone, attendant qu’on la remarque, zieutant de temps en temps le brun qui se trouvait pas très loin de là… Eliott. Qu’est-ce qu’il était mignon, charmant… super super super beau. Une dizaine de secondes à le regarder ont suffi à lui faire enlever la veste tellement elle avait chaud. Elle commençait à sentir rougir ses joues quand il a soudainement posé son regard sur elle. C’est donc ça, être amoureuse ?




HOPELESS
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Sujet: Re: ELIOTT - I feel everything ( le Jeu 3 Aoû - 16:45 )
trouble is comingLuna & EliottIl avait fouillé de fond en comble le moindre recoin de l’agence dans l’espoir de les retrouver. Ces foutues lunettes dont il ne peut se priver s’il veut sortir au grand soleil, au risque de se bousiller les rétines. C’est ici qu’il les avait perdues, il en est certain, et il commence à deviner où il les avait laissées. Dans le bureau de Milo. Il a déjà cherché partout ailleurs, les pistes s’amenuisaient jusqu’à devenir unique. Ça l’énerve, ça ne pourrait pas être pire. Et ce n’est pas qu’il l’évite ou qu’il ne veut pas le déranger. Il s’avère juste qu’en ce moment, il devient de plus en plus troublé par sa présence. Quelques démons viennent murmurer à ses oreilles des insanités inédites, qu’il n’aurait jamais cru possibles de leur part. C’est un être plein de doutes et de remises en question, Eliott, mais de ce côté-là, l’évidence était supposée prévaloir. Oui, son boss est sûrement l’un des hommes les plus attirants de la planète. Il n’y a qu’à voir le succès qu’il a encore de nos jours, ça saute aux yeux. Mais ce n’est pas supposé être son truc, ce n’est pas supposé le troubler comme ça. Depuis quand est-il devenu une minette ayant un crush sur un bonhomme qu’elle ne peut pas avoir ? Depuis quand est-il devenu susceptible d’être séduit par un homme tout court ? Les interrogations se multiplient, les hypothèses burlesques en font de même. Sûrement que cela a un rapport avec le fait d’être reconnaissant. Ou encore avec le fait de ne pas s’être envoyé en l’air depuis un certain temps. Forcément que c’est temporaire, et c’est justement pour s’en convaincre qu’il refuse de céder à sa gêne. Ses pas le portent vers le bureau, bien qu’une boule commençât déjà à se former au niveau de sa gorge. C’est à quelques centimètres de la porte du bureau où il n’avait même pas eu le temps de jeter un coup d’œil qu’il fut interrompu dans sa progression. Un collègue devient instantanément la distraction idéale de sa nervosité grandissante. Entamant une conversation on ne peut plus banale avec lui, qui dura quelques instants. Le temps de jeter une œillade discrète en direction de Milo, remplacé dans sa position habituelle par une jeune fille de quinze ans qu’il reconnaît sans trop de mal. Luna, sa fille, piquant un fard lorsque leurs pupilles coïncidèrent. Il décoche un clin d’œil joueur en sa direction, alors qu’il décide d’expédier son interlocuteur ailleurs en prétextant des affaires importantes. Faisant irruption dans le bureau, ses lèvres se retroussent dans un sourire rassurant. Luna, c’est ça ? Comment vas-tu ? Ton père n’est pas là ? Une question purement rhétorique lorsqu’il peut très bien constater que l’autre Ferrucci est absent de la pièce. Et à en juger par les aises qu’a prises sa fille, qu’il remarque avec un rictus amusé, il ne reviendra peut-être pas de sitôt. Est-ce que tu peux me dire si tu n’as pas vu des lunettes de soleil qui n’appartiennent pas à Milo par ici ? Il semblerait que j’ai perdu les miennes, et j’espérais les retrouver ici. Autant déléguer le sale boulot. Ce n’est pas malintentionné, mais il préférerait ne pas être surpris par le patron en train de fouiller dans ses affaires. Tu veux boire quelque chose ? Je peux te ramener ce que tu veux, je suis à ton entière disposition, princesse. © 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
 
- ELIOTT - I feel everything -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples